Auteur
Marie-Ève Laforte

Le Québec n’a peut-être pas une tradition viticole millénaire… Mais disons que pour une industrie qui n’a pas encore 40 ans d’histoire, la province s’est rattrapée à vitesse grand V. Découvrez les vignobles québécois!

À l’époque, les experts affirmaient haut et fort que produire du vin au Québec était impossible, que ce dernier soit blanc ou rouge. Lentement, les mentalités ont changé à propos du blanc, puis encore plus lentement, du rouge –la plupart des vignobles d’ici produisent désormais les deux. Le développement d’une expertise globale et d’un savoir-faire relié à la vinification en climat froid ainsi que les changements climatiques qui ont déjà transformé nos saisons ont tous deux contribué au succès des vignobles québécois aujourd’hui.

 

Quelques statistiques

Selon le magazine Vin Québec, il y a à l’heure actuelle 134 vignerons dans la province. Environ la moitié est établie dans la région administrative de la Montérégie –ce qui n’est pas une surprise, étant donné que cette région du Sud de la province profite du climat le plus clément au Québec. Il est à noter que cette région englobe une partie de la région touristique des Cantons-de-l’Est, où se trouve une grande concentration de vignobles.

Le Québec produirait ainsi annuellement près de 3 millions de bouteilles, incluant 40 % de vin blanc, 35 % de vin rouge, 16 % de rosé et 6 % de mousseux.

Seulement à la SAQ (depuis 2016, les vins québécois sont également vendus en épicerie ainsi que dans les dépanneurs), 460 330 litres de vin québécois se sont vendus en 2018-2019, pour un montant total de 10,7 millions de dollars.

 

Les deux pionniers

C’est au début des années 80 que deux vignobles se lancent dans l’aventure alors considérée comme très risquée : il s’agit de L’Orpailleur et du vignoble Les Côtes d’Ardoise. Tous les deux sont situés à Dunham, dans les Cantons de l’Est. 

Les deux domaines sont toujours en activité et plus que jamais actuels; L’Orpailleur, par exemple, vient tout juste de compléter une rénovation/refonte majeure qui inclut un économusée sur l’histoire de l’industrie et de l’endroit. Les Côtes d’Ardoise, par ailleurs, a récemment ajouté plus de 15 000 plants de vignes provenant de 6 cépages non-traditionnels à sa production et, de par l’achat d’un verger voisin, s’est lancé dans la production du cidre.

 

Le Vignoble Gagliano

Également situé à Dunham, ce vignoble a été fondé en 1989, mais acheté et rebaptisé en 2008 par l’ancien député libéral fédéral et ambassadeur Alfonso Gagliano. M. Gagliano, originaire de Sicile et arrivé au Canada à l’âge de 16 ans, a toujours caressé le rêve travailler la vigne pour se rapprocher de ses racines, ce qui fut fait suite à sa carrière politique. Âgé de 77 ans, il travaille encore dans le chai tous les jours! Il est épaulé par sa femme et ses trois enfants, qui sont partie intégrante de l’entreprise, devenu un mode de vie familial.

Les vins Gagliano ont remporté de nombreux prix prestigieux, et ce seulement quelques années après leur lancement, un événement atypique dans le monde du vin.

 

Le Domaine des Pervenches

Situé à Farnham, ce vignoble mérite le détour pour 2 raisons : d’abord, il est l’un des seuls au Québec qui est certifié biologique. Non seulement ça, mais ses vins sont largement considérés comme les meilleurs au Québec et ses jeunes viticulteurs, comme les plus talentueux.

Le vignoble, dont les bouteilles sont extrêmement prisées, applique également les principes de la biodynamie, c’est-à-dire en considérant le vignoble comme un éco-système dont il faut assurer et protéger l’équilibre.

 

Le Domaine St-Jacques

Ce vignoble est situé à St-Jacques-le-Mineur, soit à seulement quelques kilomètres de la frontière américaine en Montérégie, dans un terroir exceptionnel qui, par ailleurs, accueille le gros de la production maraichère au Québec. Ce vignoble fondé en en 2007 a connu une croissance fulgurante : de 1 600 caisses de vin pour la première cuvée, ils devraient bientôt passer le cap des 100 000 bouteilles produites annuellement. Le propriétaire Yvan Quirion (qui, pour l’anecdote, est également le père de Jay du Temple) a piloté cette croissance de main de maître et est désormais président du Conseil des Vins du Québec.

 

Le Vignoble Domaine L’Ange Gardien

Situé sur la Côte-de-Beaupré près de Québec, ce vignoble profite d’une vue exceptionnelle sur la Vieille Capitale, mais aussi sur le fleuve, l’Ile d’Orléans et le Mont-St-Anne. Fondé en 2007, le vignoble comporte plus de 22 000 plants de vigne et propose une dizaine de produits maintes fois primés.

 

Vignoble Prémont

Ce vignoble champêtre est situé à Ste-Angèle-de-Prémont, en plein cœur de la Mauricie. Les jeunes propriétaires ont effectué un « retour à la terre » qui les a amenés vers le raisin! Le domaine possède plus de 12 500 vignes et propose environ 15 bouteilles par année totalisant 7 différents produits.

Ce qui caractérise l’endroit, c’est surtout qu’il est très dynamique, avec des soupers-spectacles, des conférences, des ateliers, un bar et une terrasse, des bouchées et des visites guidées.

 

Vignoble Couchepagane

On se trouve ici à Métabetchouan, sur les rives du majestueux Lac-St-Jean, dans un petit vignoble issu de la passion d’un ancien vétérinaire. Ce dernier exploite aujourd’hui l’un des vignobles les plus au Nord de la province, comportant environ 5 500 plants de vignes et produisant 4 vins différents. « Couchepagane », c’est un mot innu qui signifie « lieu de passage ».

L’entreprise ayant récemment fait l’acquisition d’un permis de micro-distillation, de nouveaux types de produits feront bientôt leur apparition!

 


 

Les plus récents