Les hormones à la ménopause, oui ou non?

Auteur
Canal Vie
Les hormones à la ménopause

La ménopause constitue une étape importante dans la vie d’une femme et elle provoque souvent des effets, plus ou moins désagréables. Il existe cependant des traitements pour en diminuer les symptômes. Mais qu’en est-il exactement de l’hormonothérapie? Est-ce sécuritaire?

L’hormonothérapie a, en effet, fait l’objet d’une grande controverse au début des années 2000 et plusieurs s’en détournent de peur des conséquences. Cependant, pour certaines qui subissent des symptômes intenses associés à la ménopause, l’hormonothérapie est la meilleure option. Il est important de s’informer de manière adéquate afin de prendre une décision éclairée.

Des symptômes légers à intenses

Lors de la périménopause, la période qui précède la ménopause, la production d’estrogène et de progestérone se modifie. Cette fluctuation hormonale provoque différents symptômes, qui varieront d’un moment à l’autre, mais également d’une personne à l’autre. Il est possible d’observer, entre autres, des menstruations irrégulières, des sueurs nocturnes, des bouffées de chaleur, des changements à l’apparence et à la texture de la peau, des perturbations du sommeil, une modification du désir sexuel et des sautes d’humeur.

Différents traitements pour contrer les désagréments qui entourent la ménopause existent. Certaines femmes optent pour l’hormonothérapie. Est-ce une bonne ou une mauvaise idée?

Oui aux hormones

Un traitement hormonal, à base d’estrogènes et/ou de progestatif, peut s’avérer bénéfique pour certaines femmes qui ont des symptômes modérés, à intenses. C’est souvent un choix de la patiente, orienté par le médecin, et le traitement doit s’amorcer dans les 10 années qui suivent la ménopause. Il peut être administré par voie orale, percutanée (avec un timbre ou un gel) et même locale, si les symptômes se manifestent uniquement au niveau de la région génitale (sécheresse vaginale, relations sexuelles douloureuses et problèmes de vessie).

Ce traitement est bénéfique à certains égards.

  • Il réduit les bouffées de chaleur lorsque ces dernières sont suffisamment importantes pour nuire à la qualité de vie.
  • Il a un impact positif sur l’insomnie qui accompagne souvent cette période.
  • Il permet de contrer la sécheresse vaginale souvent désagréable lors de relations sexuelles.
  • Le traitement hormonal de la ménopause permet de prévenir la perte osseuse (ostéoporose).
  • Il réduit l’incidence du cancer de l’endomètre chez la femme ménopausée.
  • Les femmes qui suivent une hormonothérapie ont 40 % moins de risque de développer une maladie cardiaque et de mourir que les femmes qui ne prennent pas d’hormones, selon la Société des obstétriciens et des gynécologues du Canada.
  • L’hormonothérapie diminuerait le risque de développer le diabète de type 2 selon une étude de la Women’s Health Initiative.

Malgré les avantages qui se dégagent de l’hormonothérapie, elle n’est pas recommandée pour toutes les femmes. Plusieurs conditions médicales, ou prédispositions font en sorte que ce traitement est contre-indiqué chez plusieurs d’entre elles. C’est notamment pour ces raisons qu’il est impératif que les médecins dressent une analyse exhaustive avant de recommander l’hormonothérapie. Ils choisiront alors la dose et la durée adéquate. D’autres traitements sans hormones peuvent également être privilégiés.

Non aux hormones

Le traitement hormonal peut entrainer des risques pour la santé de certaines femmes. Le médecin devra, dans un premier temps, évaluer les antécédents médicaux dans la famille de la femme ménopausée.

Les risques secondaires associés à l’hormonothérapie sont :

  • Les caillots sanguins : le traitement peut en effet augmenter le risque de développer des caillots sanguins. Avant d’amorcer une hormonothérapie, il est donc impératif de s’attarder aux facteurs de risque comme le tabagisme, l’obésité, la sédentarité, le vieillissement (le risque augmente par tranche de 10 ans après 50 ans), la prédisposition génétique ou la présence d’un cancer.
  • L’accident vasculaire cérébrale (AVC) : Le risque d’AVC augmente légèrement, lors d’une hormonothérapie, surtout chez les femmes de plus de 60 ans qui prennent des doses élevées d’hormones.
  • La migraine : La diminution ou la fluctuation du taux d’estrogène peut provoquer des migraines chez plusieurs femmes. Pour certaines, l’hormonothérapie peut augmenter les migraines.
  • Le cancer du sein : Le risque de développer un cancer du sein est accru chez les femmes exposées de manière prolongée à l’estrogène et à la progestérone ou à un progestatif. Néanmoins, la hausse du danger s’avère la même que les hormones soient synthétiques ou issues de son propre corps.

Les traitements sans hormones

L’hormonothérapie n’est pas une option envisageable pour toutes les femmes. Cependant, d’autres traitements peuvent réduire les symptômes désagréables associés à la ménopause.

Médicaments

Selon les symptômes que l’on souhaite traiter, des médicaments peuvent être prescrits. Des antidépresseurs sont des options qui semblent prometteuses pour soulager les symptômes vasomoteurs. Entre autres, la venlafaxine fait l’objet d’essais cliniques pour soulager les bouffées de chaleur. La paroxétine et la fluoxétine pourraient également soulager ce symptôme. La gabapentine, un médicament pharmaceutique utilisé pour soigner différents troubles neurologiques, serait également particulièrement efficace contre les sueurs nocturnes si elle est prise juste avant de se mettre au lit.

Produits naturels

Il existe des alternatives aux traitements médicaux traditionnels, notamment en se tournant vers la phytothérapie ou l’homéopathie. Toutefois, aucun produit ne couvre toute la gamme des symptômes liés à la ménopause.

  • La valériane aiderait à diminuer les troubles du sommeil.
  • Le soja et l’actée à grappe (cimicifuga) réduiraient les symptômes de la ménopause en général, dont les bouffées de chaleur.
  • Le soja aurait un effet bénéfique sur les symptômes les plus fréquents de la ménopause.
  • Les isoflavones, plus connues sous le nom de phytoestrogènes, constitueraient une bonne alternative.

Les produits naturels peuvent contribuer à diminuer les effets indésirables de la ménopause, toutefois, les recherches scientifiques sont limitées dans ce domaine. À ce jour, aucune étude ne démontre l’efficacité de l’un de ces produits.

La femme ménopausée doit être prudente. Santé Canada a d’ailleurs émis cette mise en garde : « De nombreuses personnes croient à tort que ces produits sont sûrs parce qu’ils sont naturels. Cependant, tout comme les autres produits de santé, les produits de santé naturels peuvent avoir de graves effets secondaires. Toute substance, naturelle ou synthétique, qui agit sur l’organisme peut poser un risque pour la santé. Par conséquent, il faut utiliser avec prudence les produits de santé naturels pour atténuer les symptômes de la ménopause ».

Moyens complémentaires

Les symptômes de la ménopause peuvent être diminués, dans certains cas, en pratiquant une activité physique, en cessant de fumer ou en perdant du poids, lorsque cela s’applique. La méditation pourrait également avoir un effet positif.

Les traitements en acupuncture permettraient également de diminuer les symptômes associés à la ménopause.

 

Bref, il n’y a pas de réponse absolue en ce qui a trait à l’hormonothérapie. Chaque femme doit prendre sa décision en fonction de la réalité qui lui est propre.

La ménopause se produit dans la vie de toutes les femmes, personne ne peut l’éviter. Si les symptômes sont intenses et nuisent à votre quotidien, n’hésitez pas à en discuter avec votre médecin. Il vous fera part des différents traitements qui s’offrent à vous, en fonction de votre condition physique et médicale.

Pour plus d’informations, consultez Ménopause, un site de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada. 

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l’avis d’un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d’experts met tout en œuvre pour vous fournir de l’information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d’une fiche s’avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu’il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d’un problème de santé.

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents