Êtes-vous prêts à cesser de fumer?

Vous le savez : cesser de fumer n'est pas une mince affaire. Tous les fumeurs sont habitués à la nicotine et, en période de sevrage, ce besoin se manifeste après seulement quelques heures. Et il est très intense. Bien sûr, il disparaît après quelques minutes, mais il réapparaîtra dans un proche avenir. Et il sera très présent, du moins au cours des premières 72 heures après votre dernière cigarette. Bientôt, les souvenirs agréables de la cigarette remonteront à la surface.

Les « bienfaits » de la cigarette...

Vous fumez : au fil des mois, des années, votre cerveau a enregistré le plaisir de prendre quelques bouffées en période de stress, après un bon repas, une bière.

Fumer vous permet aussi de rencontrer des collègues (devant la porte du bureau), de réfléchir au travail à accomplir lorsque vous vous remettrez à la tâche.

Même s'il n'y a aucun lien réel entre les petits plaisirs décrits plus haut et la cigarette, votre cerveau est bien « conditionné ». Il vous faudra de l'aide, de bonnes raisons et beaucoup de détermination, pour mettre un terme à cette habitude.

Vos raisons pour cesser de fumer

Elles peuvent être nombreuses : 

  • Vous craignez pour votre santé : au Canada, selon les prévisions de la Société canadienne du cancer, quelque 25 400 personnes devront lutter contre le cancer du poumon en 2011. Parallèlement, 11 300 hommes et 9300 femmes perdront leur bataille. De plus, le taux de mortalité est en hausse chez les femmes alors qu'il diminue chez les hommes.
  • Vous subissez la pression de vos proches : de vos enfants, de vos amis, de vos collègues non-fumeurs.
  • Vous en avez assez de fumer à l'extérieur : le fait de devoir fumer à l'extérieur, très agréable l'été, mais pas de tout repos lorsqu'il pleut ou en hiver, par un froid sibérien, vous rebute-t-il?
  • Le jugement des autres, souvent très intolérants, vous affecte.
  • L'odeur qui imprègne vos vêtements, votre automobile, vous semble de moins en moins tolérable.
  • Vous trouvez que c'est franchement trop cher : n'oublions pas que le paquet de cigarettes aujourd'hui coûte en moyenne 7 à 10 $ le paquet.

Si vous vous appuyez sur la plupart de ces raisons pour cesser de fumer, il est possible que vous subissiez des influences externes. Or, arrêter de fumer est un choix qui VOUS appartient. C'est à vous, et à vous seul, de prendre cette décision.

Les raisons pour fumer... à nouveau

La socialisation vous manque, le stress augmente. Certains font même des crises de panique lorsqu'ils sont en période de sevrage. La détente que vous procurait la nicotine vous fait cruellement défaut. Voilà autant de motivations pour vous donner bonne conscience... et d'excuses pour recommencer à fumer.

  • « Je manque de volonté. » Pourtant, vous avez la volonté nécessaire pour épargner, pour mettre les bouchées doubles afin d'obtenir une promotion, pour gérer la maison, les devoirs, et vous occuper de vos rejetons, voire pour vous lever le matin. Manquez-vous vraiment de volonté?
  • « Je deviens un paquet de nerfs quand j'arrête de fumer. C'est pas drôle pour les autres! » C'est vrai qu'arrêter de fumer peut engendrer, au début, des réactions indésirables autant physiques qu'émotives. Mais si vous prenez des moyens pour garder le contrôle, ça devrait finir par passer!
  • « C'est émotif... Quand je suis heureux, il faut que je fume, quand je suis en colère ou triste, il faut que je fume. » Je suis certain qu'à la longue, vous trouverez d'autres moyens d'évacuer les tensions émotives. Une petite marche? Jouer de la musique? À vous de trouver.
  • « C'est mon choix! » Est-ce vraiment votre choix? Vous adorez les crevettes, mais vous n'éprouvez pas de symptômes de sevrage s'il n'y en a pas au menu. Et, si vous croyez que le plaisir de fumer est agréable, souvenez-vous que vous n'avez pas le choix d'aimer fumer, vous êtes dépendants de la cigarette.
  • « J'ai le contrôle. » Si vous êtes un fumeur occasionnel, il y a de bonnes probabilités que vous deveniez des fumeurs réguliers. En fait, de 30 à 50 % des fumeurs occasionnels deviennent accros à la nicotine.
  • « Je ne suis pas capable de cesser de fumer. » Et vous n'êtes pas le seul à penser ainsi. Il vous suffit de travailler sur votre motivation et de changer vos habitudes de vie. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire.
  • « Si c'était grave, le gouvernement interdirait de fumer. » Que voilà une belle excuse! Imaginez que vous deveniez hors-la-loi d'ici six mois, un an. Un policier qui vous verrait fumer vous donnerait une amende. Puis, après quelques récidives, que vous arriverait-il? La prison? Elles sont déjà surpeuplées.
  • « Fumer, c'est payant pour le gouvernement. » Les gouvernements récoltent des millions en taxes payées par les fumeurs. C'est vrai. Mais les coûts de santé sont nettement supérieurs aux revenus issus de ces taxes.
  • « Mourir de cela ou d'autre chose. » Les effets néfastes de la cigarette se font sentir à long terme. Celle que vous fumez maintenant ne provoquera pas de cancer ou de maladie cardiaque. Le phénomène est progressif.
  • « Je vais prendre du poids. » Plusieurs prennent quelques livres en cessant de fumer. Or, vous croyez déjà que vous avez des kilos en trop. Pourtant, la cigarette vous enlève de l'énergie. Vous avez moins envie de bouger. Vous pourriez aussi prendre du poids, en fumant.

En fait, vous trouverez des centaines de bonnes raisons pour continuer à fumer. Mais il y en aura qu'une seule pour vous aider à arrêter de fumer.

Les moyens pour cesser de fumer

Bon, vous avez pris votre décision : vous cessez de fumer demain, dans une semaine, dans un mois. Il existe des moyens pour vous aider à franchir cette étape qui entraînera des modifications importantes dans vos habitudes de vie. Mais c'est votre motivation qui demeure votre meilleur atout.

  • Faites-vous plaisir : l'envie de fumer attribuable à la cigarette dure environ cinq minutes, chaque fois. Durant cette courte période, faites quelque chose qui vous plait. Non seulement l'envie passera, mais, après quelques jours, elle sera de moins en moins présente.
  • Allez, bougez! En faisant des activités physiques qui vous feront transpirer, vous désamorcerez ce besoin de nicotine.
  • Faites-vous plaisir chaque fois que vous combattez une envie pressante de fumer.
  • Occupez vos mains avec un élastique, un trombone, votre clavier d'ordinateur, chaque fois que le besoin de nicotine se pointe.
  • Brossez-vous les dents plusieurs fois par jour.
  • Mâchez de la gomme.
  • Mangez des morceaux de carotte, de céleri, pour faire passer vos envies.
  • Trouvez des excuses pour ne pas fumer. Par exemple, économisez de l'argent pour un voyage, pour une nouvelle automobile, pour refaire la cuisine, pour une formation personnelle liée à votre passe-temps favori, pour aller au spa. À 10 $ le paquet, vous économiserez rapidement les sommes nécessaires pour de petits projets.
  • Relaxez. Dormez beaucoup, apprenez des techniques de relaxation.
  • Trouvez un allié. Identifiez une personne qui saura vous accompagner dans votre démarche et confiez-vous à elle.

Et la médication?

Il existe également divers outils ou des méthodes éprouvées pour cesser de fumer. La gomme ou les timbres à la nicotine, les inhalateurs, une médication peuvent vous aider à traverser la période de sevrage. D'autres optent pour l'acupuncture, voire l'hypnose pour mettre un terme à cette habitude et contrer les symptômes de sevrage. Parlez-en à votre médecin. Il saura vous conseiller.

Cesser de fumer n'est pas une sinécure. Après des mois ou des années de dépendance à la nicotine, il vous faudra des efforts, du courage et de la volonté pour vous débarrasser de cette dépendance. À vous de déterminer les moyens qui vous semblent les mieux adaptés à votre quotidien et à votre personnalité. Et si vous rechutez, ne vous en faites pas. Recommencez vos démarches. Vous atteindrez votre objectif, un jour ou l'autre.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Vous aimerez aussi