Une pandémie qui amène à réfléchir sur les méthodes de contraception

Auteur
Cynthia Brunet
29 septembre 2020
Une pandémie qui amène à réfléchir sur les moyens de contraception

Il y a quelques jours, en me promenant et en regardant autour de moi, je me suis mise à penser à ce que je ferais si je n’avais pas déjà mes enfants. Aujourd’hui, en 2020, de quelle façon est-ce que je raisonnerais? Est-ce que j’oserais ou je reporterais à plus tard ce projet? C’est que, par moment, je suis pris d’un grand vertige en réfléchissant à l’avenir de mes filles, au sort de notre planète et à cette dette qui ne cesse de se creuser avec la pandémie de la COVID-19. On sait bien que cette pandémie aura un jour une fin… mais que laissera-t-elle dans son sillage?

Les femmes réévaluent leur méthode de contraception

Je n’ai donc pas été surprise d’apprendre qu’une grande proportion de femmes réévaluent leur méthode de contraception, selon un sondage effectué par la firme Léger auprès des filles âgées de 18 à 40 ans. Effectivement, 75 % des personnes interrogées ont mentionné qu’il était important d’éviter une grossesse non désirée en cette période incertaine. Évidemment, une grossesse non désirée se doit toujours d’être évitée, mais je crois qu’on y pense plus que jamais! Il ressort de ce sondage que les femmes souhaitent avoir la méthode optimale de contraception. Personne ne veut courir le risque, aussi minime soit-il.

On apprend alors que le quart des Québécoises, mais 42 % des Canadiennes, pensent modifier leur principale méthode de contraception. Advenant une seconde vague (eh bien, ça y est, elle est là!), plus de la moitié d’entre elles envisageaient de demander à leur médecin de réévaluer leur méthode de contraception.

 

Pour tout lire sur la COVID-19, c'est ici.

 

Un changement dans les habitudes qui peut avoir une influence sur la contraception

C’est que plus de 75 % des participantes, qui utilisent un moyen de contraception, ont mentionné prendre la pilule contraceptive. Bien que cette méthode de contraception ait un taux d’échec infime (son taux d’échec est de 90 femmes sur 1000, selon La société des obstétriciens et gynécologues du Canada), elle exige une régularité sans faille. La pilule doit être prise tous les jours, sensiblement à la même heure. Cependant, durant les derniers mois, l’ensemble de la population a vu son quotidien chambardé du tout au tout. La routine s’est modifiée et, dans ces moments, il est fréquent que les femmes oublient, un peu trop souvent. La pilule n’est donc peut-être pas la méthode optimale avec les nombreux changements que l’on vit, jour après jour.

Le stérilet, plus fiable?

Chaque méthode contraceptive qui demande une manipulation est susceptible d’être omise. Celles qui ont tendance à oublier un peu trop fréquemment devraient alors se tourner vers d’autres méthodes, par exemple le stérilet. Avec celui-ci, une fois qu'il est installé, on n’a plus besoin d’y penser, et ce, pendant 3 à 10 ans, selon le modèle. Un souci de moins au quotidien! De plus, son taux d’échec est encore plus faible que celui de la pilule, soit 8 femmes sur 1000.

La meilleure contraception, selon la réalité de chacun, pour éviter une grossesse non désirée

La contraception a évolué et il est impératif de se questionner à savoir quelle méthode nous convient le mieux. La pilule conserve son haut taux de popularité, plus de 100 millions de personnes s’y fient à travers le monde, mais il existe d’autres options. Bref, l’essentiel est de trouver la meilleure méthode pour soi, et ce peu importe l’instabilité planétaire. Afin que l’on puisse accueillir, au moment opportun, une petite merveille… mais qu’en aucun cas, une grossesse non désirée ne vienne accentuer le stress, déjà très grand, que l'on vit tous en ce moment.

 

Sources : La Presse, Le sexe et moi de La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada

 

Les informations contenues dans cet article vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Bell Média ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Coronavirus - Bannière 400x200 standard image

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents