Les jeunes qui vapotent seraient plus tentés par le cannabis

Auteur
David Nathan
Adolescent qui vapote

C'est une étude qui devrait intéresser beaucoup de parents d'ados. Le docteur Nicholas Chadi, pédiatre et chercheur au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (CHUSJ), spécialisé en toxicomanie et médecine de l’adolescence, a en effet mis en lumière un lien existant entre le vapotage et la consommation de marijuana.

Pour ce faire, il a participé à une méta-analyse qui portait sur 21 études regroupant près de 130 000 participants et qui a été publiée dans la prestigieuse revue médicale JAMA Pediatrics, indique un communiqué de l'hôpital. On apprend ainsi qu'il existe une tendance «de 3 à 4 fois plus élevée des jeunes à consommer ou avoir consommé du cannabis parmi ceux qui se sont adonnés au vapotage. La méta-analyse montrant en outre que la propension accrue à consommer du cannabis chez un jeune ayant utilisé la cigarette électronique est plus élevée chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans que chez les jeunes adultes de 18 à 24 ans».

C'est la première fois qu'une étude d'une telle envergure est menée sur ce sujet très délicat du lien potentiel qu'il y aurait entre le cannabis et le vapotage. «On ne peut pas prouver un lien de causalité, a déclaré le Dr Nicholas Chadi au journal le Devoir. Par contre, quand on a un grand nombre d’études qui montrent une association dans une même direction, et qu’on s’aperçoit que l’association se maintient dans les études longitudinales et les études transversales, on a une bonne raison de penser que l’exposition au vapotage est une partie de la cause de l’initiation du cannabis».

À l'heure où la prévention de la dépendance chez les adultes de demain est une préoccupation majeure, ces travaux apportent un éclairage nouveau en ce qui concerne la santé publique d'autant que, selon le communiqué, il existe une augmentation fulgurante du taux de vapotage chez les jeunes dans les cinq dernières années tant au Canada qu’aux États-Unis.

Il faut savoir que la nicotine et la marijuana ont des effets directs sur les voies neuronales associées au plaisir et au système de récompense du cerveau. L'étude met en lumière un danger : ces deux substances pourraient avoir une influence à long terme sur la sensibilité du cerveau à d’autres substances psychoactives, avec comme conséquences et risques, de futurs comportements toxicophiles pendant la vie adulte.

Les travaux du spécialiste, qui vient tout juste de réintégrer le Centre de recherche du CHUSJ, où il a effectué sa résidence en pédiatrie générale,visent également à mieux comprendre l’impact des politiques publiques, des perceptions de risque et des croyances personnelles sur l’utilisation d’alcool et de drogue durant l’adolescence. Le Dr Chadi poursuivra ses travaux sur plusieurs fronts au sein du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine tout en étant pédiatre au sein de la section de médecine de l’adolescence du CHU Sainte-Justine.

Sur le même sujet

Les plus récents