Appareil reproducteur féminin, ce que nous devrions tous savoir

Auteur
Chloé Gouveia
4 novembre 2020
Vagin en origami

Nous connaissons mal le fonctionnement de l’appareil reproducteur féminin. Je ne vais pas vous parler du clitoris qui est représenté correctement seulement depuis 2017 dans les manuels scolaires. Je vais vous parler du fonctionnement reproducteur, mais surtout, pourquoi il est d’intérêt général de savoir tout ceci. Il faut connaitre ce mouvement cyclique que ce soit pour la conception, la contraception ou les pratiques sexuelles.

Attention, ce texte résume et schématise. Il est important de noter que chaque corps est différent.

 

Les glaires cervicales

Je sais, ce n’est pas le genre de choses dont on parle allégrement aux partenaires détenteurs de phallus. 

Les glaires cervicales, communément appelées pertes blanches, ont plusieurs fonctions. La principale est d’enlever les bactéries. Yes! Un système d’autonettoyage inclus!

Elles sont un signe important de fertilité. Quand la glaire est blanche opaque et pâteuse, on n’est pas fertile. Au microscope la structure filamenteuse ressemblerait à un maillage de filet de pêche (je schématise, on se souvient). Les spermatozoïdes vont se heurter à cette protection. Pauvres petits poissons! À l'inverse, plus l’ovulation approche plus les glaires seront transparentes et «étirables». La structure au microscope ressemble à des filaments orientés dans la même direction. Une autoroute à sperme!

Bref, on peut savoir s’il y a ovulation dans les dernières 24h en allant chercher des glaires aux bords internes des petites lèvres (vagin). Il faut en mettre entre son index et son pouce, si les glaires sont blanches et pâteuses, on est loin de l'ovulation. Si ça ressemble à du blanc d’œuf cru, mais qui demeure «cassant» entre vos doigts; l’ovulation se rapproche. N’oubliez pas que les spermatozoïdes vivent plusieurs jours dans l’utérus! Si la glaire est transparente, élastique, collante et ne casse pas, bravo l’ovule est libre! Rassurez-vous, au bout de quelques cycles, on arrive à mieux connaître son corps et ces spécificités deviennent familières. Finalement, la glaire n'est qu'un indicateur, en aucun cas un moyen de contraception.

 

La position de ton utérus 

L’utérus bouge dans le corps durant le cycle. Oui, oui et c’est utile! Toutefois, on a une position qui nous est propre. Comme les hommes portent à droite, à gauche ou au centre, l’utérus porte légèrement vers l’arrière, l’avant ou le centre. Donc, ceci prédestine à aimer certaines positions plus que d’autres. Exemple, les personnes qui portent plus vers l’arrière vont préférer les positions du style levrette… Vous me remercierez. 😉.

L’utérus change de position aussi durant le cycle. Plus on va se rapprocher de l’ovulation plus l’utérus va progressivement s’aligner avec le vagin. On se souvient de l’image de l’autoroute avec les glaires? Bien, c’est vraiment ça. Le lendemain de l’ovulation, l’utérus est remis dans sa position de départ. En gros, il va mettre du temps à s’aligner, mais dès le lendemain de l’ovulation il est revenu d’un coup à la case départ. Vous est-il arrivé de vous en donner à cœur joie avec votre partenaire, mais le lendemain la même position n'était plus du tout agréable?

Bref, l’utérus bouge et on est capable de le savoir! C’est assez technique, il faut savoir si son col est mou ou dur. La première étape est de pratiquer afin de différencier les parois du vagin (ondulées) du col de l’utérus (boule lisse).

 

La température 

C’est le signe le plus difficile à adopter selon moi. D'abord, il faut prendre sa température pendant plusieurs cycles pour connaitre SA température corporelle que l’on va utiliser comme «de base». C’est difficile, car si on se réveille la nuit, si on prend un verre d’alcool, si on est malade (etc.) avant de la prendre, elle ne sera pas exacte. On comprend mieux pourquoi il existe beaucoup de préjugés sur la symptothermie comme moyen de contraception… Sauf que, comme on vient de le voir, la symptothermie ne s'arrête pas qu'à l'aspect «thermie».

Une fois que l’on a la température de base, on peut déduire les jours d’ovulation, car la température est différente. Ce n’est pas facile je l’avoue, d’où l'importance d'utiliser un moyen de contraception si concevoir un bambin n'est pas un projet pour vous.

 

Au final 

Chacun des trois symptômes corporels comporte des variables et donc un risque d’erreur, mais la combinaison des trois est un très bon indicateur du moment où vous êtes rendues dans le cycle. Et ce, quelle que soit la longueur de votre cycle, vos partenaires et vos pratiques sexuelles.

L’appareil génital féminin doit être mieux connu et c’est une des clés vers une acception sociale.

Pour plus d’infos, n’hésitez pas à vous former auprès de l'organisme spécialisé en gestion naturelle de la fertilité Séréna Québec. Ils expliquent très bien les signes corporels au travers de leur formation sur la symptothermie. Ils sont reconnus et le tarif est sous forme de contribution volontaire 😉 (cet article n’est pas en partenariat avec eux).

P.S. À présent, mon partenaire connait mieux mes cycles que moi… Une charge mentale de moins!

 

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents