Le sport et le syndrome prémenstruel

Tous les mois, votre cauchemar se répète. Pendant quelques jours, vous êtes ballonnée, courbaturée, migraineuse, irascible à l'excès, déprimée... Vous êtes une des nombreuses victimes du syndrome prémenstruel, communément appelé SPM, qui affecterait près de 8 femmes sur 10. Vous serez heureuse d'apprendre que vous n'avez pas à attendre la ménopause pour que l'intensité de ce problème diminue!

Agir sur les symptômes

À titre préventif et thérapeutique, l'exercice physique permet d'agir sur les principaux symptômes typiques du syndrome prémenstruel. Comme souvent, c'est une histoire de neurotransmetteurs... En effet, le SPM affecte l'humeur et provoque des douleurs physiques tout à la fois. Or, le sport favorise la production par le cerveau de différents neurotransmetteurs, qui ont différents rôles.

Le rôle de la sérotonine

La sérotonine favorise la stabilisation de l'humeur. Si vous êtes déprimée, excessivement sensible ou vaguement agressive pendant votre SPM, c'est elle qui se chargera de vous remettre dans un état normal. On estime que ce sont les sports d'endurance qui sont particulièrement à l'origine de la production accrue de sérotonine. Si votre humeur est affectée par le syndrome prémenstruel, allez courir, nager, marcher ou faire une longue randonnée en vélo!

Le rôle des endorphines

Le mot « endorphine » vient des mots « morphine » et « endogène ». Cela signifie qu'il s'agit d'une substance possédant des propriétés similaires à celles de la morphine, mais qui est produite par notre corps. Le sport stimule la production d'endorphines. C'est pourquoi le fait de faire de l'exercice pourra contribuer à réduire les symptômes physiologiques liés au syndrome prémenstruel, tels que les maux de dos, les douleurs aux seins et même les migraines!

Il existe d'autres solutions...

Si vous souffrez du syndrome prémenstruel et que le fait de pratiquer un sport ne vous aide pas à en atténuer les symptômes, sachez qu'il existe désormais plusieurs façon d'y parvenir. Des changements dans l'alimentation, ou la prescription d'un anovulant sont parmi les méthodes les plus connues. Parlez-en à votre médecin, il saura vous recommander la méthode qui vous conviendra!

Vous aimerez aussi