Manger du riz pour… contrer l’obésité?

Auteur
Marie-Ève Laforte
Assiette de poulet et de riz

« Manger juste un peu plus de riz pourrait réduire le taux mondial d’obésité de 1 pour cent ». C’est l’affirmation intrigante avancée par des chercheurs japonais, qui ont mené une étude sur la consommation de riz et son lien avec l’embonpoint.

 

Plus de riz pour combattre l'obésité?

L’étude, menée par la professeure Tomoko Imai et complétée auprès de la population de 136 pays, a conclu que les taux d’obésité étaient beaucoup plus faibles dans les pays où l’alimentation était basée sur le riz que dans les pays où ce n’était pas le cas. 

Il s’agit bien sûr d’un lien de corrélation, c’est-à-dire s’appuyant sur des observations sans que la causalité entre les deux éléments soit définitivement établie, mais tout de même… Les chercheurs ont ajusté les données en tenant compte de différents facteurs socio-économiques comme la santé générale, l’apport calorique total, l’éducation, le tabagisme, le PIB du pays, etc. Et pourtant, un fort lien entre la consommation de riz et l’obésité est demeuré.

Selon la professeure, qui enseigne à l’Université Doshira à Kyoto, «une diète à la japonaise, ou plus largement à l’asiatique et qui serait basée sur le riz, pourrait aider à prévenir l’obésité. Alors que les taux d’obésité augmentent partout dans le monde, manger plus de riz devrait faire partie des recommandations dans les pays occidentaux

 

La recommandation des chercheurs

Selon les résultats de l’étude, l’idéal serait d’augmenter sa consommation de riz de l’équivalent de seulement ¼ de tasse par jour (40 à 50 grammes), donc disons 1 tasse de plus à chaque 4 jours ou environ 1 tasse ½ par semaine.

Si tout le monde mettait ce conseil en pratique, les données de la professeure Imai indiquent que le nombre de personnes obèses dans le monde pourrait passer de 650 millions d’adultes à 643,5 millions.

 

Le rang selon les pays

Les taux d’obésité étaient en effet les plus bas dans les pays qui mangeaient le plus de riz, soit en ordre de consommation de cet aliment :

  1. Le Bangladesh
  2. Le Laos
  3. Le Cambodge
  4. Le Vietnam
  5. L’Indonésie

 

Dans ces pays, le riz est non seulement l’aliment de base mais procure la majorité des calories : au Bangladesh par exemple, la consommation quotidienne moyenne est de 473 gr par personne par jour, soit plus d’une livre de riz!

 

Une association inverse avec l’obésité a par contre été établie dans les pays qui consommaient très peu de riz, par exemple :

 

  • L’Australie, au 67erang de la consommation de riz dans le monde, avec 32 grammes par personne par jour (ou l’équivalent de 2 c. à soupe)
  • Le Canada, au 77erang (où nous mangeons seulement en moyenne 29 grammes de riz par personne par jour)
  • L’Espagne, au 81erang
  • Les États-Unis, au 87e rang
  • Le Royaume-Uni, au 89e rang
  • La France, au 99erang, avec à peine 15 grammes de riz par personne par jour.

 

Selon l’Organisation Mondiale de la santé, le taux d’obésité est 10 fois moins élevé au Japon, avec 4 %, qu’aux États-Unis, avec 40 %. 

 

Le féculent de base à travers le monde

Chaque culture alimentaire ou presque s’articule autour d’un «féculent de base», qui peut être soit une céréale, ou soit un légume racine. Ensemble, la culture des 3 céréales les plus répandues, soit le maïs, le blé et le, riz procure 60 % de toutes les calories consommées à travers le monde. 

  • Les pays asiatiques, on l’aura bien compris, mangent majoritairement du riz!
  • Le maïs est également à la base de l’alimentation de nombreuses cultures, que ce soit en Amérique latine ou en Afrique. À l’échelle de la planète, il dépasse même le riz en termes de popularité! 
  • Le blé est très répandu en Europe, en Amérique du Nord, au Moyen-Orient mais aussi dans certaines régions auxquelles on s’attend moins, comme la Chine et l’Inde
  • La pomme de terre a d’abord été cultivée dans les Andes en Amérique du Sud, mais elle est devenue très populaire dans de nombreuses cultures alimentaires à travers le monde. Elle est très consommée en Amérique du Nord, dans plusieurs pays d’Europe, et même en Chine.
  • Le manioc, que l’on appelle aussi cassava, yucca ou tapioca, est originaire d’Amérique du Sud, où il est encore très consommé. Il est également devenu un aliment de base très important dans certains pays d’Afrique

 

Pourquoi le riz?

Selon la professeure Imai, « manger du riz semble protéger contre la prise de poids. C’est peut-être dû aux fibres et aux nutriments présents dans cette céréale qui procure la satiété et empêche de trop manger. Le riz est également faible en gras et ne cause pas une hausse très prononcée de la glycémie après les repas, ce qui inhibe la sécrétion d’insuline ». La chercheure a tout de même fait remarqué qu’il y avait des cas où les personnes consommant trop de riz pouvaient développer un syndrome métabolique et du diabète; il est donc important de trouver un juste milieu.

Il ne s’agit plus ici des conclusions avancées par les chercheurs mais plutôt de nos propres réflexions… Sauf qu'il ne faut pas oublier qu’il pourrait de plus y avoir d’autres raisons à ce lien entre le riz et l’obésité, par exemple :

  • Les personnes qui mangent beaucoup de riz dans des pays en développement le font plutôt par nécessité; elles mangent peu en général, probablement pas toujours à leur faim.
  • Manger majoritairement du riz comme féculent signifie manger moins de d’autres types de féculents comme par exemple des frites, de grosses portions de pâtes plus caloriques, etc.
  • Dans ces pays, l’accès à la malbouffe et/ou aux aliments ultra-transformé est plus limité, etc.

 

Sur le même sujet

Les plus récents