Pourquoi a-t-on si peur d'être différent?

Auteur
Nadine Descheneaux
Quatre femmes qui rient

Derrière la volonté commune d’être accepté par les autres se cachent à la fois le désir d’être «normal» et la peur des différences. Pourtant, l’altérité est une richesse à cultiver. Être soi devient donc une quête parsemée de questionnements et de réflexions

«Qui suis-je?» : un jour ou l’autre, chacun s’est posé cette question sans probablement y trouver une réponse suffisante. Bien sûr, on a un nom, une profession, un lien de parenté. Mais «être soi», c’est bien plus encore. Pourtant, on se définit d’abord et avant tout par rapport aux autres. «Je suis la fille de…», «Je suis la mère de…», «Je suis infirmière…». Cette affirmation de soi n’est que la surface de qui on est profondément. Se définir plus intrinsèquement exige une réflexion plus poussée. Et c’est précisément là où on perd le pied (et la boule!). «Qu’est-ce qui fait que je suis moi?». Cette question peut venir nous hanter lorsqu’on traverse différentes crises existentielles souvent associées à notre anniversaire, le passage d’une nouvelle dizaine, une rupture, un deuil, une nouvelle décennie, le Nouvel An, etc. L’absence de réponse précise peut être angoissante comme si on n’était pas capable de s’expliquer à soi-même. 

Être soi parmi les autres

Dans sa conférence TED – Embracing otherness, embracing myself, l’actrice britannique Thandie Newton affirme que notre identité est «un véhicule qui nous permet de naviguer dans le monde social et une projection basée sur celles des autres». Ce qui veut dire que nous avons appris à nous définir d’abord par la recherche d’une certaine «normalité». En effet, dès notre jeune enfance, on cherche à être comme les autres. On observe ceux qui nous entourent. On les imite. On se compare. On reproduit des comportements ou des façons d’être. On essaie de se démarquer tout en restant dans la norme. On veut entrer dans le moule. C’est ainsi qu’on s’intègre. On a l’impression d’avoir notre place. On confirme même notre importance. «J’ai appris à être les autres avant d’être n’importe quoi d’autre», énonce aussi Thandie Newton dans sans conférence. 

On n’y échappe pas. On veut tous être comme les autres. On ne veut pas être étiqueté comme étant «différent». Comme si notre particularité nous imposerait une existence plus difficile, ardue et confrontante. On craint que notre différence nous amène à être seuls. Et c’est contre la nature humaine. On a besoin des autres. 

Mais cette recherche de similitudes altère notre essence profonde, celle qui fait qui nous sommes véritablement. Souvent, c’est à l’adolescence qu’on souhaite casser les modèles tout en cherchant notre place dans le monde. On rejette les valeurs venant de nos parents pour aller chercher une part de vérité ailleurs, chez nos amis ou d’autres personnes significatives. On recherche à être unique tout en étant accepté du groupe. Puis, à l’âge adulte, un certain conformisme revient.  Le regard des autres est pesant. On suit les conventions et les prescriptions sociales. Toutefois, sans pour autant tout rejeter et faire cavalier seul, il est possible de s’ouvrir aux différences… les nôtres comme celles des autres.   

Cultiver les différences

Cultiver nos différences, c’est être capable de faire de la place à notre essence profonde, à ce qui nous rend uniques et ce qui fait en sorte que notre existence a du sens. Nos particularités singulières nous aident à nous démarquer. Et c’est à travers les différences de chacun qu’on arrive à mieux se connaître. Vouloir vivre dans un monde où tout le monde est pareil n’est pas souhaitable. 

Le sociologue Pascal Duret à Psychologies a affirmé dans un article du magazine que «l’opposition nous aide à nous définir». Nos distinctions devraient être une source saine de discussion, de curiosité, d’ouverture et de respect. Le temps où l’altérité rimait avec opposition, jugement, compétition et intimidation devrait être révolu. Même dans un couple, il n’est pas nécessairement souhaitable d’avoir un partenaire qui nous ressemble en tout point. Vivre avec son double ne devrait pas être le but recherché. C’est en étant confronté à d’autres choses qu’on grandit, qu’on se découvre et se définit. 

Trouver son essence et s’y connecter

Mieux se connaître est clairement le travail de toute une vie. Il est impossible que notre «soi» n’évolue pas au fil des ans. Chacune de nos expériences le modèle. Mais un des aspects les plus importants quant à la connaissance de soi et la construction de notre identité serait de découvrir ce qu’est notre essence. Thandie Newton croit qu’on est le plus soi-même quand on fait une activité qui nous fait oublier tout le reste et «quand notre moi est suspendu». C’est le cas quand on est absorbé dans une activité qui nous passionne, par exemple. Pour sa part, elle atteint cet état quand elle joue ou quand elle danse.    

Accueillir les différences des autres est aussi un défi. Il est essentiel d’apprendre à reconnaître l’autre dans sa différence et ses droits à être lui – et les nôtres à être soi – dans un esprit de tolérance, d’ouverture et de respect. Chaque petit geste est important et cette démarche peut être mise en place en pratiquant plus de bienveillance autour de soi, en étant plus ouvert et en chassant nos peurs. 

 

À LIRE AUSSI SUR CANAL VIE

- 4 trucs pour augmenter l'estime de soi
- La confiance en soi
- 3 façons de devenir une priorité dans sa vie


Pour aller plus loin dans votre démarche personnelle

Le grand livre de la connaissance de soi : de Confucius à Freud. Par Bernard Baudoin, Presse du Châtelet. 2014. ISBN : 9782845925687. 26,99$


Bouton acheter Canal Vie

150 exercices de psys pour mieux se connaître et mieux vivre sa vie. Par Philippe Roman, éditions Solar, 2016. ISBN : 9782263070297. 27,95$

 

Bouton acheter Canal Vie


 

À LIRE AUSSI SUR CANAL VIE

Comment être en parfaite harmonie avec soi-même?
Le silence : l’apprivoiser pour connaître ses bienfaits
Comment booster son estime de soi

 

Certains des objets proposés dans cet article contiennent des liens affiliés, ce qui signifie que nous recevons une petite commission d’affiliation lorsqu’un achat est effectué à partir d’un tel lien. Ne vous en faites pas, il ne vous en coûtera pas plus cher et ça nous permet de continuer à vous offrir du contenu de qualité!

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web