Choisir son bois de chauffage

Auteur
Canal Vie
Choisir son bois de chauffage

Lorsque les nuits deviennent plus fraiches, c’est que l’automne est à nos portes. Avant de faire le premier feu de la saison, il faut d’abord bien choisir son bois de chauffage

Idéalement, il faut acheter le bois de chauffage au printemps et le faire sécher à l’extérieur. En milieu rural, c’est plus simple. En ville, les propriétaires de foyers ou de poêle à combustion contrôlée n’ont pas toujours l’espace nécessaire pour entreposer le bois. Que faire? Commandez votre bois à l’automne, en suivant ces quelques conseils.

Choisir un bon détaillant

D’abord, identifiez un bon détaillant de bois de chauffage. Vos voisins et vos amis devraient pouvoir vous recommander quelques experts qui leur ont livré un produit de qualité. Vous pouvez aussi consulter les petites annonces sur le web. Toutefois, assurez-vous d’avoir l’adresse municipale de votre fournisseur. Si c’est possible, allez sur place pour vérifier la qualité du produit offert.

Les détaillants qui n’utilisent qu’un simple numéro de téléphone ne sont pas tous fiables. D’autant plus qu’il est souvent difficile de les rejoindre.

Il existe une règle d’or pour obtenir un bon apport calorifique de chaque bûche de bois consumée : le bois doit être fendu et sec! Même si les poêles d’appoint sont plus efficaces aujourd’hui, la qualité du combustible demeure incontournable.

Comment savoir si le produit livré est sec?

Voici quelques trucs qui vous seront utiles :

  • Observez les bûches. Le bois doit être fendillé aux extrémités. Plus les gerces et les craquelures sont larges et profondes, plus il est sec.
  • Vérifiez le poids. Une bûche qui a séché à l’air libre est généralement plus lourde qu’une de même volume, en bois vert.
  • Frappez deux bûches ensemble. Si vous obtenez un bruit sec, vous avez des morceaux de choix entre les mains.
  • Vérifiez la couleur des bûches. Si elles vous semblent plus foncées que le bois à son état naturel, elles s’enflammeront plus facilement et brûleront efficacement. Vous obtiendrez alors une meilleure performance pour chaque morceau consommé.
  • Sentez le bois. Si les bûches sentent encore le bois frais, c’est signe qu’elles sont probablement encore vertes et qu’elles seront plus difficiles à faire brûler.

Si votre fournisseur vous a livré du bois vert, vous le saurez assez rapidement. Dans un premier temps, observez le bout des bûches. Si de l’eau semble s’en échapper, refusez la livraison immédiatement, quels que soient les arguments du vendeur.

Le morceau de bois vert que vous mettrez dans votre poêle aura tendance à faire beaucoup de fumée... et moins de chaleur. Si le bois suinte ou fait des bulles, il est trop vert.

Vous pourriez aussi entendre de petits grésillements ou de légers sifflements. Ce bois sera moins efficace... Vous encrasserez la cheminée de votre résidence et multiplierez, de ce fait, les risques d’incendie.

Dans l’incertitude, demandez à un voisin, ou un expert d’être présent lors de la livraison. Exigez la facture ou un reçu sur lequel sont inscrits les essences livrées, la qualité, le nom, l’adresse et le numéro de téléphone du fournisseur, voire le numéro de la plaque d’immatriculation du camion.

Bois dur, bois mou?

Généralement, les fournisseurs livrent du bois mélangé composé de merisier, de hêtre, d’érable et de bouleau. Ce sont des essences qui vous donneront une bonne performance énergétique. Vous pouvez aussi acheter du chêne, du frêne ou de l’orme. Toutes ces variétés seront très utiles pour chauffer votre résidence lorsqu’il fait très froid. Elles brûlent plus lentement et laissent un bon lit de braises.

Contrairement à certaines prétentions, les bois mous : mélèze (le plus dur des bois mous), bouleau blanc, pruche, peuplier, pin blanc, tilleul ne sont pas à dédaigner. Ce bois pourrait être utilisé lorsque la température extérieure est plus clémente ou lorsque vous choisissez de faire une petite attisée pour enlever l’humidité. Ces bûches ont aussi tendance à « craquer » lorsqu’elles brûlent dans un foyer. Ce son ajoutera à l’atmosphère romantique... Toutefois, elles brûlent moins longtemps, en laissant peu de braises.

Évitez cependant les bois résineux, comme l’épinette et le sapin. En plus de produire très peu de chaleur, ils provoquent, lors de leur combustion, d’importants dépôts de créosote dans la cheminée, ce qui augmente le risque d’incendie.

Les bûches synthétiques

Faites de sciures de bois ou de bran de scie, les bûches synthétiques sont enduites de paraffine ou compressées. Elles dégagent plus de chaleur, brûlent plus longtemps et émettent moins de particules polluantes. Toutefois, elles sont plus onéreuses que le bois traditionnel, sauf si vous les achetez en vrac.

Mesurez!

Le bois de chauffage se vend à la corde. Une corde mesure 4 pieds de large sur 8 pieds de long, par 4 pieds de haut.

Une « corde » de bois de chauffage devrait alors mesurer, en théorie, 16 pouces de large sur 4 pieds de haut et 24 pieds de long. Cela vous donnera 128 pieds cubes de bois. En fait, c'est cette dernière mesure qui est importante à se souvenir : 128 pieds cubes!

Le gouvernement du Canada demande de ne pas vendre de bois de chauffage en utilisant les appellations : cordon, corde d’appartement, corde de bois de poêle. Il y a souvent une confusion entre les vendeurs et les acheteurs concernant la mesure du bois. En contrepartie, un fournisseur peut vous offrir du bois en « mètre cube apparent », en « fraction de corde », en « fraction de mètre cube apparent » ou en « pied cube », pourvu que ces appellations correspondent, en partie, à la mesure officielle adoptée.

Pour vous y retrouver, le gouvernement du Canada met à votre disposition des documents officiels. Consultez : Achat de bois de chauffage, Vente du bois de chauffage et Mesurer le bois de chauffage.

Ensuite, vous devrez décider la quantité de bois que vous souhaitez recevoir. Celle-ci varie selon vos besoins. Si vous utilisez sporadiquement votre foyer, deux ou trois cordes suffiront. Si vous chauffez votre résidence au bois, il vous en faudra plus. Combien? Difficile de répondre! L’efficacité énergétique (facteur R) de votre résidence et les températures extérieures influenceront la consommation.

Qu’en est-il de la pollution?

Les poêles à bois sont souvent placés sur le banc des accusés lorsqu’il est question des épisodes de smogs hivernaux. Effectivement, la fumée de bois contient plusieurs contaminants qui composent en partie le smog. Cependant, de nouvelles normes ont permis de réduire considérablement ces émissions puisque les nouveaux appareils à haut rendement produisent 10 fois moins de particules que les anciens. Il faut donc, idéalement, avoir un poêle à combustion qui respecte les nouvelles normes en vigueur. De plus, en sélectionnant des essences de bois performantes, et en s’assurant de brûler du bois sec et propre, on minimise l’impact négatif du poêle à bois. Il est alors possible de profiter d’un feu qui nous enveloppe de sa chaleur sans pour autant polluer notre belle planète.

 

Et voilà! Une fois votre bois livré et entreposé, ramonez, ou faites ramoner la cheminée, mettez quelques bûches dans votre poêle ou votre foyer, puis craquez une allumette!

À lire aussi sur Canal Vie

Le foyer électrique: parfait pour l'ambiance
Le foyer au bois: le plus performant?
Tout savoir sur le foyer au gaz
 

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web