Je n'aime pas les nouveaux amis de mon enfant!

Au fur et à mesure qu'ils vieillissent, les enfants sont peu à peu amenés à prendre eux-mêmes de plus en plus de décisions concernant leur vie. Assez rapidement, dès leur entrée dans le monde scolaire en fait, ils commencent à choisir eux-mêmes leurs amis. En général, cela ne pose pas de problème particulier, mais il peut arriver que votre enfant se fasse un nouvel ami qui, pour une raison ou pour une autre, ne vous plaira pas. Que faire, dans ces situations délicates? La réponse n'est pas toujours évidente.

Influence défavorable

Il se peut que le nouvel ami ou la nouvelle bande de votre enfant ne vous plaise pas, car vous sentez que ce dernier subit une influence défavorable. Vos réticences peuvent aussi être dues à l'attitude de l'ami, à son manque de manières ou à son impolitesse. Parfois, le sentiment négatif ne s'explique pas par quoi que ce soit de concret. Il peut simplement s'agir d'un instinct, d'un mouvement viscéral qui vous donne l'impression que cette amitié n'apportera pas que du bien à votre enfant.

Interdiction?

Quelle que soit la raison qui vous donnerait envie de le faire, vous ne pouvez pas tout simplement interdire à un jeune de fréquenter ses amis. Premièrement, cette option est souvent complètement irréaliste. L'ami qui ne vous plaît pas fréquente peut-être la même école que votre enfant ou habite le même quartier que vous.

Même si vous tentez de vous interposer, il y a fort à parier que votre enfant le croisera dans son quotidien. Par ailleurs, l'interdiction peut avoir un effet pervers. Votre enfant se sentira sans doute frustré et incompris. Il risque de s'éloigner de vous et, parallèlement d'être encore plus attiré par les fréquentations que vous jugez néfastes.

Rencontrez-le

Au lieu d'avoir recours à la menace ou à la punition, tentez de faire preuve d'ouverture d'esprit par rapport aux amis de votre enfant. Misez sur une bonne communication et sur le maintien d'une saine relation de confiance mutuelle avec ce dernier.

Avant de sauter aux conclusions, prenez le temps de vous intéresser à l'ami qui vous plaît moins. Invitez-le à manger à la maison, par exemple, afin d'apprendre à mieux le connaître. Votre enfant appréciera votre bonne volonté et sera plus prompt à vous écouter par la suite, s'il sent que vous parlez en connaissance de cause.

De surcroît, il n'est pas impossible qu'en apprenant à mieux connaître cet ami, vous réalisiez que vous vous êtes inquiétée pour rien. Pour vraiment en avoir le coeur net, vous pouvez parler à d'autres parents en qui vous avez confiance ou au personnel de l'école de votre jeune pour savoir s'ils ont les mêmes appréhensions que vous par rapport à l'ami de votre enfant.

Ne vous fiez pas aux apparences

Essayez de choisir vos batailles lorsqu'il est question des nouveaux amis de votre jeune. Ne vous arrêtez pas aux apparences, car elles sont souvent trompeuses. Les choix vestimentaires et les goûts musicaux fluctuent beaucoup à l'adolescence et ne veulent souvent pas dire grand-chose sur la personnalité du jeune. Ce n'est pas parce qu'un ado s'habille tout en noir et écoute du punk qu'il n'a pas un bon fond!

Toutefois, si vous n'appréciez pas du tout le fait qu'un de ces amis soit chez vous en raison de ses impolitesses ou son manque de savoir-vivre, si sa seule présence vous horripile, vous avez le droit d'exiger qu'il ne le voit qu'à l'extérieur de chez vous.

Une bonne discussion

Si vos inquiétudes persistent, vous pouvez dire à votre jeune que vous n'appréciez pas qu'il traîne en compagnie de son ami et lui expliquer pourquoi. Si vous soupçonnez des comportements délinquants, rappelez à votre jeune qu'il n'est pas obligé de poser des gestes qu'il n'a pas envie de poser et que le fait de se laisser influencer ne fera pas en sorte que ses amis l'aimeront plus.

Parlez-lui de vos valeurs et mentionnez, sans tomber dans le sensationnalisme, quelles sont les conséquences potentielles du vandalisme, de l'usage de drogue ou de l'école buissonnière, par exemple.

Demandez-lui comment il réagirait s'il se retrouvait dans une situation où l'un de ses amis essayait de l'entraîner à faire quelque chose de mal. Avec lui, discutez des pistes de solution possibles.

Bref, encouragez-le à vivre selon ses principes et à tenir tête aux autres si ça s'avère nécessaire. Au bout du compte, quelqu'un qui sait s'affirmer mérite beaucoup plus de respect que quelqu'un qui fait tout ce que les autres veulent qu'il fasse.

Faites-lui confiance

Montrez à votre enfant que vous lui faites confiance et gardez foi en lui. Après tout, pendant l'enfance et l'adolescence, les relations d'amitié sont souvent passagères, même si elles peuvent sembler intenses. Si cet ami ne convient pas à votre enfant, il y a de bonnes chances pour qu'il s'en aperçoive éventuellement et finisse par prendre ses distances de son propre chef.

Si, toutefois, vous sentez que votre enfant est véritablement tombé sous l'influence d'un mauvais camarade ou encore si vous avez l'impression qu'il est empêtré dans une relation à laquelle il souhaite mettre un terme sans y parvenir, il faudra peut-être prendre des moyens pour redresser la situation.

Faites comprendre à votre enfant que vous ne tolérerez pas qu'il pose des gestes délinquants et qu'il sera puni à la mesure de ses actions. Dans un autre ordre d'idées, si vous avez l'impression qu'il manifeste des signes de dépression ou de détresse, n'hésitez pas à demander l'aide d'un professionnel.

Finalement, rappelez-vous que, pendant toute son enfance, vous êtes le principal modèle de votre jeune. Cela est aussi vrai pour son apprentissage des relations interpersonnelles. Prêchez par l'exemple!

Si vous entretenez des relations saines avec des individus sains et que vous prenez soin de conserver votre indépendance, votre intégrité et votre authenticité, il y a de bien bonnes chances pour que votre enfant marche dans vos pas!

Jeanne Dompierre, rédactrice Canal Vie

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web