Les Fêtes quand on a un bébé...

Auteur
Canal Vie
Les Fêtes quand on a un bébé

Dans quelques jours, ce seront les premières Fêtes de bébé. Plutôt que de vous réjouir, cette perspective vous angoisse. La tradition veut que vous passiez près de deux semaines à visiter la parenté, manger à des heures incongrues et vous coucher beaucoup trop tard. Évidemment, rien de tout cela ne se produira cette année, étant donné la pandémie de la COVID-19. Vous en êtes presque ravie... Malgré tout, les festivités vous donnent tout de même des maux de tête, car vous devrez briser votre rythme qui s’installe doucement.

L’importance de s’écouter

La meilleure façon de protéger votre poupon du stress qu’occasionne le temps des Fêtes est de vous ménager, vous. Soyez assurée que vos proches comprendront. En fait, la plupart du temps, la pression vient de nous et de notre désir de vouloir tout faire sans compromis.

Que ce soit parce qu’on ne veut pas briser la tradition ou parce qu’on veut que notre vie revienne « à la normale », cela nous coûte de refuser des invitations. Mais, dites-vous que cette année, il n’y a rien de normal! Ça tombe bien!

Suivez votre instinct et donnez-vous le droit de décliner les offres qui vous placent dans une situation qui vous met mal à l’aise. Vous n’avez même pas besoin de mentionner vos raisons.

Des invitations triées sur le volet

Choisissez judicieusement les fêtes auxquelles vous assisterez en prenant en considération la distance à parcourir. Ne conservez que les activités essentielles, celles qui vous tiennent vraiment à coeur. D’autant plus qu’actuellement, dans la plupart des régions du Québec, aucun rassemblement n’est permis. Les décisions devraient donc se prendre facilement!

La sainte routine

Une routine bien établie peut s’avérer très rassurante et c’est souvent quand on la bouleverse qu’on se rend compte à quel point bébé y tient. On essaie donc, autant que possible, de conserver les routines, surtout celles entourant les siestes et le coucher du soir. On apporte dans le sac à couches doudous, toutous et veilleuse. Moins l’horaire sera bouleversé et plus bébé sera rassuré et heureux.

La visite arrive

Pourquoi ne pas changer un peu la tradition et inviter la famille chez vous cette année? Vous aurez l’avantage de choisir la formule et l’horaire qui vous convient, et ce, sans trop bouleverser les habitudes de bébé.

On n’hésite pas à demander de l’aide pour le repas ou l’on fait affaire avec un service de traiteur. Il est aussi possible d’inviter les gens uniquement en après-midi ou en soirée. On se contente alors d’offrir des trucs à grignoter, sans plus de formalité.

Peu importe la formule choisie, demandez l’aide d’une âme charitable qui s’occupera de la logistique une fois sur place, vous laissant libre d’aller allaiter ou de coucher bébé quand le temps sera venu.

* Étant donné la pandémie de la COVID-19, et les restrictions établies, il ne sera pas possible de recevoir la famille ou les amis à la maison, dans la plupart des régions du Québec.

On se laisse inviter

Bien que par moment le fait de recevoir à la maison facilite grandement les choses avec bébé, lorsqu’on se laisse inviter, on n’a pas à se soucier de quoi que ce soit. À vous de voir ce que vous préférez. Peut-être que cette année, avec la pandémie qui circule, il est plus facile de se déplacer avec bébé. De cette manière, on se respecte soi-même, et on se permet de rentrer à la maison lorsqu’on ressent le besoin de retrouver le calme.

* Évidemment, on ne pourra pas entrer chez qui que ce soit. La météo jouera alors un rôle important dans les sorties pour pouvoir visiter quelques membres de la famille.

On limite les contacts

Oui, bébé sera exposé à des germes et des microbes. On a presque oublié que ça fait partie de la vie. Évidemment, avec la pandémie de la COVID-19, on fait tout ce qui est nécessaire pour éviter la propagation du virus, mais il est impossible de demander à son entourage de ne pas approcher d’un nouveau-né. Surtout, si l’on est en plein air. Il faut doser le tout et trouver un certain équilibre pour que tous se sentent bien et puissent vivre un petit moment de bonheur.

On se respecte

Si pour vous, les Fêtes sont votre période préférée de l’année et que l’idée d’épurer le peu de festivités permises vous attriste, vous devez également vous écouter. De manière générale, quand maman est heureuse, bébé l’est aussi! Si vous passez une nuit blanche parce que vous avez chamboulé un peu trop sa routine, vous l’accepterez davantage si vous avez eu des rencontres des plus agréables. Et bébé reprendra rapidement sa routine par la suite. Le plus important est de respecter vos propres limites, d’y aller avec vos souhaits véritables, sans essayer de plaire à tout le monde.

N’oubliez pas que tout ceci est temporaire, la pandémie, tout comme le quotidien avec un nouveau-né. L’an prochain, avec bébé en voie de devenir un bambin qui trottine, vous pourrez acquiescer à davantage d’invitations. Bien sûr, il faudra également que la situation planétaire, liée à la COVID-19, soit rétablie... ou en voie de l’être.

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web