Trois (autres) mythes financiers à déboulonner

Auteur
David Descôteaux
5 novembre 2020
Appartement

La semaine dernière, je vous présentais quatre mythes tenaces en finances personnelles et pourquoi ils sont loin de la réalité. En voici trois autres :

 

Mythe #1 : Louer, c’est jeter son argent par les fenêtres

Plusieurs jeunes qui aspirent à devenir propriétaires se font dire : plus vite tu as ta maison, plus vite tu t'enrichis et tu arrêtes de gaspiller en payant des loyers. Pourtant, les intérêts sur un prêt hypothécaire, c'est une dépense. Une taxe de Bienvenue, c’est une dépense. Les taxes municipales et scolaires, ce sont des dépenses. Toutes les dépenses d'entretien d'une maison, ce sont… des dépenses. Tout comme la facture d'électricité. Les assurances habitation? Eh oui, une autre dépense.

Quand vous louez, toutes ces dépenses sont comprises dans le prix du loyer. Il ne manque que le très faible profit du propriétaire. Comme propriétaire, votre seule dépense qui n'en n'est pas une, c'est le remboursement de capital sur l'hypothèque. Toutefois, prenez le temps de calculer les coûts d'une propriété par rapport à la location et vous vous rendrez compte que c'est souvent du pareil au même.

 

Mythe #2 : Inutile de demander une augmentation, puisque je vais monter de tranche d’imposition et payer plus d’impôt!

Voilà un autre mythe répandu. Lorsque le salaire augmente et qu’il y a un changement de tranche d’imposition, plusieurs personnes croient que c’est le revenu total qui est imposé au nouveau taux, ce qui est complètement FAUX.

Prenons un exemple simple : vous gagnez 45 282 $ par année et vous êtes à la limite d’atteindre un nouveau palier d’imposition. Votre employeur, d’une grandeur d’âme incomparable, décide alors d’augmenter votre salaire de 1 $ par année. Vous criez alors à l’injustice, car cette augmentation vous fera atteindre la nouvelle tranche d’imposition supérieure, celle à 37 %.

Mais attention! seule la portion de votre salaire au-dessus de 45 282 $ sera imposée au nouveau taux (dans ce cas-ci, votre augmentation de 1 $). Sous ce montant, tout le reste demeure inchangé. Un conseil : acceptez donc d’être payé à votre juste valeur, sans avoir peur de payer plus d’impôt.

 

Mythe #3 : Si je gagne le million, bye-bye boss !

Beaucoup de personnes pensent qu'un million de dollars, c'est beaucoup d'argent. Ils s'imaginent gagner au loto et enfin s'acheter leur Ford Mustang ou Mini Cooper, pour traverser leur crise de la quarantaine. Madame, elle, entend s’acheter la cuisine de rêve pour mieux découper la pizza commandée du resto. Pourquoi se faire à manger quand on est riche?

En fait, un million de dollars, c'est probablement ce que bien des gens de la classe moyenne ont besoin d'accumuler dans leur REER pour leur retraite. Si quelqu'un possède un million de dollars à 65 ans, il pourra espérer, si tout se passe bien, retirer un revenu indexé de 50 000 $ par année pendant 25 ans. Le tout à condition de réaliser un rendement moyen de 4 % par année. Jumelé aux rentes gouvernementales, c'est une retraite confortable, sans plus. Donc, avant de dire Bye Bye Boss si vous gagnez le million, assurez-vous d'en avoir gagné plus d'un, voire peut-être trois ou quatre. Et encore là, il faudra rester raisonnable pour ne pas le dilapider trop rapidement. Sinon, vous devrez retourner travailler!


David DescôteauxDavid Descôteaux est chroniqueur et journaliste économique depuis plusieurs années. Il est aussi l'auteur   du  best-seller en finances  personnelles "D'endetté à millionnaire" et d'une série de livres pour enfants sur l'économie et la finance

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web