Le fonds d’urgence, ce grand négligé

Auteur
David Descôteaux
28 mai 2020
Fonds d'urgence

S’il y a une leçon financière importante à tirer de la crise que nous vivons actuellement provoquée par la COVID-19, c’est l’importance d’avoir un fonds d’urgence pour parer aux imprévus. Plusieurs se retrouvent les culottes baissées aujourd’hui. Plusieurs d’entre nous vivent de chèque de paye en chèque de paye. Or, comme l’a dit un jour le célèbre investisseur Warren Buffett : «C’est quand la marée baisse que l’on voit qui se baignait nu»! 

À une certaine époque, nos grands-parents détenaient un petit sac de blé avec de l’argent caché à l’intérieur, ou sous un matelas. Mais au fil du temps, avec la popularité du crédit, le fonds d’urgence s’est transformé tranquillement en… carte de crédit. Aujourd’hui, très peu de gens accumulent un fonds d’urgence. 

Pourtant, l’urgence va se pointer un jour ou l’autre, pandémie ou non. Vous n’y échapperez pas. Le toit de la maison se met à couler. Le réservoir à eau chaude rend l’âme en plein mois de janvier à -37 degrés. La ?&$%* d’auto vous lâche encore! Ou pire : vous perdez votre emploi. Dans ce cas, vous aurez sûrement droit à l’assurance-chômage, mais rappelez-vous : c’est seulement 55 % de votre salaire et la première semaine est à vos frais. Si vous êtes travailleur autonome, vous devez avoir une assurance invalidité. Et dans ce cas, il y a souvent un délai de carence de trois mois. Serez-vous capable de subsister pendant trois mois sans vous endetter? Sans fonds d’urgence, ces dépenses imprévues iront directement alourdir vos dettes. C’est souvent comme ça que la spirale de l’endettement commence.

Combien, et dans quoi?

Idéalement, entre 3 000 $ et 10 000 $ suffisent pour un fonds d’urgence. Tout dépend de votre sécurité d’emploi. Un fonctionnaire tendra vers 3 000 $ alors qu’un travailleur autonome tendra vers 10 000 $. Tout montant supérieur est tout simplement de l’overkill. Vous êtes en train de tuer une mouche avec un bazooka. Transférez plutôt l’excédent dans vos placements à long terme. 

La façon la plus simple de constituer un fonds d’urgence est d’ouvrir un compte CELI. Le but est d’avoir une option flexible et prudente, dans laquelle on peut piger rapidement en cas de pépin. Cette épargne ne vous rapportera pas grand-chose. Souvent, moins de 1 %. Pourquoi? Parce que vous ne voulez pas prendre de risque (sécurité) et que vous voulez que ce soit accessible en tout temps (liquidité). Vous ne pouvez pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le derrière de la fermière. Donc, ne vous attendez pas à faire des rendements incroyables. Un fonds d’urgence, c’est plate. Et c’est très bien comme ça. 

Le fonds d’urgence peut aussi être «payant»!

Peu de gens réalisent que le fonds d’urgence peut les enrichir. L’«urgence» ne veut pas nécessairement dire perdre votre emploi ou vous retrouver du jour au lendemain en chaise roulante. On peut avoir un pépin avec l’auto et devoir débourser 700 ou 800 $ d’un coup. Avec un fonds d’urgence, on paye cash. Alors que si on n’a pas de fonds d’urgence, on va probablement payer avec une carte de crédit, et prendre du temps à la rembourser. Et on va payer de l’intérêt. Ce sont là des économies que le fonds d’urgence peut générer, surtout si votre carte vous charge 18 % ou 19 % de taux d’intérêt. 

Un fonds d’urgence peut aussi vous faire économiser en assurance auto ou habitation. Avec un bon fonds d’urgence, une franchise de 500 $, 1000 $ ou même 2000 $ en cas de réclamation ne vous fera pas peur. De sorte que vous pourrez aller chercher des économies à la longue en prenant une assurance qui comporte une plus grosse franchise. Calculez l’économie que vous feriez avec une telle assurance. Voilà une forme de rendement caché pour votre fonds d’urgence.

Un fonds d’urgence vous évitera aussi de réclamer à votre assureur de petites réclamations qui affecteront négativement votre renouvellement. Un ami a récemment été voir un débosseleur pour son pare-chocs. Sans aucune gêne, le garagiste lui a demandé s’il réclamait à l’assureur. Pourquoi? Parce que s’il réclamait, la facture montait à 650 $... mais s’il ne réclamait pas, c’était 450 $. La raison est que le garagiste sait bien que l’assureur, qui payera la facture, est moins regardant sur le coût, car ce dernier va se refaire en haussant les primes de tout le monde, y compris vous. Pourquoi pensez-vous que les assurances auto coûtent aussi cher? Et pourquoi croyez-vous que votre renouvellement est parfois pénible? Si vous ne réclamez pas de petits pépins à votre assureur, calculez l’économie que vous ferez lors de votre renouvellement et ajoutez-le au rendement caché de votre fonds d’urgence.

Finalement, le fonds d’urgence pourrait vous permettre de vous libérer d’une partie de votre couverture d’assurance. Disons que votre automobile se déprécie, et vaut maintenant autour de 4000 $. Pourquoi garder une assurance auto «des deux bords» (dommages à autrui + à son propre véhicule)? Si vous avez un fonds d’urgence, ça va être plus facile pour vous de dire : si je subis une perte totale, j’achèterai une autre voiture… avec mon fonds d’urgence. Calculez l’économie que vous feriez avec une assurance seulement pour autrui. Voilà un autre rendement caché de votre fonds d’urgence.

Bref, non seulement un fonds d’urgence vous dépannera en cas d’imprévu ou de perte d’emploi, comme c’est le cas pour plusieurs en ce moment, mais il pourra aussi être «payant» si vous l’utilisez intelligemment. Alors, vous n’avez vraiment aucune excuse de ne pas vous en bâtir un. 


David DescôteauxDavid Descôteaux est chroniqueur et journaliste économique depuis plusieurs années. Il est aussi l'auteur du best-seller en finances  personnelles "D'endetté à millionnaire" et d'une série de livres pour enfants sur l'économie et la finance

 

 

 

 

 

Combien ça coûte bannière

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web