Finances personnelles : l'importance de la gestion des émotions

Auteur
Michel-Olivier Marcoux
17 août 2020
Femmes les bras en l'air

Gagner de l’argent ce n’est pas facile. On y met des heures, des jours et des années de travail acharné pour accumuler assez d’argent pour accomplir nos projets de vie. Que ce soit acheter une première maison, de prendre sa retraite ou laisser de l’argent en héritage, rien ne vient facilement pour la plupart des gens.

C’est pour cela que c’est important de s’assurer de bien investir tout cet argent si durement gagné. Toutefois, le facteur que beaucoup d’investisseurs sous-estiment dans ce processus est l’importance que la gestion des émotions peut jouer en bout de ligne.

Pour démontrer à quel point les émotions jouent un grand rôle dans l’accumulation de patrimoine, comparons les performances de l’investisseur moyen entre 1996 et 2015 avec les rendements des différents types d’investissements disponibles à ce même investisseur. Durant cette période, l’indice américain S&P 500, qui mesure la performance de 500 entreprises américaines cotées en bourse, a rapporté 8,2 % par année. Les obligations et l’or ont connu des rendements de 5,3 % et 5,2 % respectivement. Un bon du trésor américain qui ne comporte pas de risque a produit 2,4 % quant à lui.

Il serait donc facile de se dire que l’investisseur moyen a connu un rendement approximatif entre 2,4 % et 8,2 % puisqu’on se dit que les placements de tous les investisseurs réunis ensemble doivent comporter un peu de tout ça? Et bien non! L’investisseur moyen a connu un rendement de 2,1 % par année. Quand même assez surprenant, non?

Vous l’aurez deviné, ce qui a causé cette piètre performance c’est la mauvaise gestion des émotions. C’est donc dire que les investisseurs ont acheté et vendu des actions ou des fonds au mauvais moment. Ils se sont emballés quand ça allait bien et ils ont paniqué quand ça baissait.

Le mauvais moment c’est quand?

À la Bourse, la règle numéro un c’est acheter bas et vendre haut. Ce que nombreux ont fait dans l’exemple précédent c’est qu’ils ont acheté quand les marchés allaient super bien et ont vendu quand ça allait moins bien. Au lieu de tout simplement investir à long terme et laisser leurs placements travailler pour eux.

Afin d’éviter que cela ne se produise pour vous, abordons les 4 trucs importants (et faciles) à suivre!

Le premier truc est très important et plusieurs font l’erreur malgré des années d’expérience en investissement. Il s’agit de ne pas acheter une action ou un fonds juste parce qu’il a bien fait dernièrement. Lorsqu’on agit ainsi, on ne fait que suivre l’engouement associé avec un produit financier qui performe bien. On s’emballe et on se dit que s’il a aussi bien fait, il ne peut que continuer à monter. Malheureusement, ce n’est pas le cas et l’investisseur pourrait perdre gros.

Un autre aspect à ne pas oublier est qu’il ne faut pas vendre ses produits bien diversifiés en panique lors d’une baisse des marchés, et ce, surtout lorsqu’on est investi à long terme. Vous feriez l’erreur de vendre pendant que c’est bas au lieu d’attendre que ça remonte. C’est sûr que si vous avez acheté une action ou un fonds juste parce que ça montait beaucoup (comme dans le paragraphe précédent) sans savoir pourquoi vous achetiez cela, il se peut que la panique vous force à vendre ce produit parce que l’inconnu c’est ça qui fait le plus peur.

Le truc suivant peut sembler anodin, mais le fait de simplement ne pas regarder ses investissements trop souvent aide beaucoup à la gestion de ses émotions. Lorsqu’on les regarde tous les jours par exemple, on voit tous les petits soubresauts de la Bourse. Par contre, lorsqu’on ne regarde nos placements que quelques fois par année, on s’inquiète moins de la volatilité quotidienne que nous font vivre les marchés boursiers. Comme on dit, loin des yeux loin du cœur!

En terminant, une astuce qui fait une grande différence est de faire affaire avec un conseiller financier. Ce dernier a comme devoir d’aider les investisseurs à rester rationnels en tout temps. Je dis souvent à la blague que le conseiller financier devrait faire un double diplôme en finance et en psychologie puisque c’est souvent le rôle le plus important dans une relation avec ses clients. Des études prouvent d’ailleurs que le fait d’utiliser les services d’un conseiller permet d’amasser davantage d’argent au fil des années.

 

Comme on peut comprendre, travailler fort ce n’est pas la seule tâche à faire pour amasser de l’argent, il faut s’assurer de bien l’investir par la suite et surtout bien se gérer entre nos deux oreilles pour faire croître cet argent si difficilement gagné!


Michel-Olivier MarcouxPrésident de Gestion de patrimoine ASF, Michel-Olivier Marcoux est chroniqueur à la télévision et à la radio, en plus   de collaborer dans divers médias. En 2018, il remporte le prix Conseiller de la Relève pour le conseiller financier âgé   de moins de 40 ans s’étant le plus démarqué. Il est titulaire d’une maîtrise en Science de la finance de la prestigieuse   Villanova University aux États-Unis et est également coauteur du livre Investir en 2012, auteur du livre INVESTIR   paru  en 2016 et plus récemment auteur du livre «Investir pour assurer son avenir» paru en 2019.

 

 

 

Bannière combien ça coûte

 

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web