Repenser l’école

Auteur
Marie-Ève Laforte
Jeune fille à l'école

Gardez-vous de bons ou de mauvais souvenirs de votre passage à l’école primaire et secondaire? Peu importe la réponse, vous serez peut-être surpris de réaliser que vos enfants (et même vos petits-enfants) fréquentent exactement les mêmes endroits que vous jadis. C’est-à-dire qu’en grande majorité, les écoles d’aujourd’hui sont les mêmes que celles d’il y a 60 ans, alors que la société, les familles et les élèves ont énormément changé!


L’école comme… une usine?

Il est étonnant de constater à quel point l’école telle que nous l’avons connue a été façonnée selon le modèle de la révolution industrielle. C’est ce que fait remarquer Sir Ken Robinson, professeur émérite anglais qui a consacré sa vie à la question.

Ce dernier cite l’austérité des locaux, les cloches qui rythment la journée, mais aussi d’autres détails plus abstraits comme la séparation des élèves par âge (plutôt que par d’autres facteurs tels que les intérêts), la hiérarchie des sujets enseignés ou le parcours très fixe et linéaire qu’il faut suivre.

Cet expert a livré la conférence TED la plus regardée de tous les temps : Do Schools Kill Creativity? (en anglais), dans lequel il urge les décideurs de transformer l’école pour valoriser différents types d’intelligence et pour stimuler la créativité, plutôt que d’offrir un seul modèle de réussite académique qui ne pourra jamais convenir à une majorité. Et ce qui est intéressant, c’est que cette recommandation passe autant par une refonte de la philosophie de l’apprentissage que par une refonte des lieux physiques, qui sont très importants pour créer cette synergie.

 

À quoi devrait ressembler une école idéale?

Si on se fie à différents projets inspirants réalisés dans le monde dans les dernières années, l’école idéale partage plusieurs caractéristiques :

•    Une abondance de lumière naturelle ainsi qu’un accès à l’extérieur
•    Des locaux «flexibles» et éclatés, qui donnent de la latitude aux élèves
•    La possibilité pour les enfants d’être actifs et de bouger
•    Des espaces plus ouverts plutôt qu’une multiplicité des cloisons
•    La présence de la nature même à l’intérieur
•    Des équipements modulaires, qui peuvent être déplacés et adaptés
•    L’ajout d’éléments ludiques, comme la couleur ou des espaces de jeux par exemple
•    La considération que l’école est «la 2e maison» des élèves, plutôt qu’une institution «froide».

 

L’école, au centre de la communauté

L’aspect communautaire de l’école fait définitivement aussi partie de l’école du futur. C’est-à-dire l’idée que l’école ne concerne pas que les enfants qui la fréquente et le personnel qui y travaille, mais bien tout le quartier ou la ville qui gravite autour. En tant que lieu de passage des enfants et des familles, l’école peut même être élargie comme lieu de rassemblement citoyen. L’école de demain pourra donc par exemple comporter des espaces accessibles à tous, autant pour accomplir certaines fonctions citoyennes (élections, réunions) que récréatives (cours ouverts à tous donnés en ses lieux, organisation d’événements ponctuels…)

 

Un investissement massif

Il semblerait enfin que le vent est en train de changer et qu’une grande prise de conscience est en train de se faire. Et c’est heureusement même le cas au Québec : le gouvernement Legault a récemment annoncé un investissement de plusieurs milliards pour rénover et uniformiser l’architecture de nos écoles. Selon la constatation du gouvernement, ce serait 75 % de nos écoles primaires et secondaires qui seraient en mauvais état!

Fini le béton et la brique d’antan : la nouvelle «signature visuelle» des écoles québécoises mettra en valeur le bois et l’aluminium d’ici, tout en faisant une place de choix à la couleur bleue. Ces écoles comporteront également des espaces communs plus vastes, de grandes fenêtres, des salles de classe agrandies, des gymnases ainsi de des cours d’école mieux adaptées et végétalisées.

Le projet québécois comporte également une vision, dont les grandes lignes proposent des espaces collaboratifs, des espaces pédagogiques flexibles et évolutifs, une grande écoresponsabilité ainsi que des milieux propices à la socialisation et aux échanges.

Kim Rusk dans le documentaire L'École de demain

En plein dans le vif du sujet, Canal Vie présentera à l’automne 2020 un documentaire intitulé L’école de demain. On y suivra l’animatrice Kim Rusk, qui durant toute une année scolaire va aider une école du Québec à se transformer en milieu de vie stimulant et favorisant la réussite des élèves.

Le documentaire vise de plus à mettre de l’avant les belles initiatives qui sont en branle en ce moment dans nos écoles québécoises, à plus petite échelle. Si vous avez un beau projet dans votre propre école, partagez-nous vos idées ainsi que vos photos en cliquant ici!

 

 

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web