Quand un enfant rejette un de ses parents...

Auteur
Dre Nadia

Cette semaine, Nadia répond à une maman qui s'inquiète de la relation que son fils a développé avec son père. 

Bonjour Dre Nadia,

J'ai un garçon de 2 ans et demi. Depuis 5 mois, c'est l'enfer dans la maison. Mon garçon rejette son père et refuse tout ce qui vient de lui : les caresses, la routine du dodo, l'entraînement au petit pot, qu'il lui parle et même... qu'il le regarde! Mon conjoint, qui est très sensible et affectueux, trouve ça très difficile. J'ai besoin de savoir ce que je peux faire en tant que mère, mais j'aimerais aussi obtenir quelques trucs pour mon conjoint qui est sur le point de tout laisser tomber. Nous devons aussi prendre en considération plusieurs facteurs de stress qui ont pu influencer le comportement de notre garçon : un récent déménagement, un changement de garderie, l'apprentissage de la propreté ainsi qu'un retard de langage qui lui cause beaucoup de frustration. De plus, j'attends un autre petit garçon qui naîtra dans 3 mois. Enfin, j'aimerais éviter que mes deux amours (fils et conjoint) s'éloignent l'un de l'autre.

Aidez-moi s'il vous plaît.

Les causes probables

Je vous comprends de vouloir éviter que vos deux amours s'éloignent l'un de l'autre... Vous devez vous sentir prise entre les deux! Il arrive parfois qu'un enfant s'attache très fortement à un parent et rejette l'autre parent. Toutes sortes de facteurs peuvent expliquer ce comportement :

  • surprotection d'un des parents
  • absence prolongée de l'autre parent
  • insécurité due au stress quotidien
  • incompatibilité de caractère avec l'un des parents...

L'oeuf ou la poule 

Peu importe la raison, la situation est toujours bien difficile à vivre pour le parent rejeté, surtout lorsqu'il le « prend personnel ». Ironiquement, lorsque le parent est attristé, anxieux ou frustré par la situation, l'enfant peut percevoir ces émotions négatives qui rendront son parent encore plus aversif à ses yeux. Il y a donc un cercle vicieux qui peut facilement s'installer, les réactions du parent au rejet de l'enfant pouvant provoquer davantage ou du moins maintenir l'attitude de rejet de l'enfant.

Des solutions 

Pour sortir de ce cercle vicieux, il faut s'armer de patience, de positivisme et de collaboration entre les parents.

  • Le parent rejeté doit tenter de démontrer que les comportements rejetant de l'enfant ne le dérangent pas... il faut donc agir un peu contre nature.
  • Il faut tenter de créer un rapprochement avec l'enfant par le jeu.
  • Le parent accepté doit prendre ses distances.

En effet, souvent, tant que le parent accepté sera dans les parages, les tentatives de rapprochement du parent rejeté échoueront... En effet, tant que l'enfant a le choix entre ses deux parents qui sont présents dans la maison, il lui est plus facile de rejeter le parent auquel il est moins attaché et de toujours se diriger vers l'autre parent.

C'est la raison pour laquelle je recommande souvent au parent accepté de sortir au moins pendant une période de 20 à 30 minutes tous les jours afin de faciliter les tentatives de rapprochement du parent rejeté. En devant passer du temps seul avec son parent qui est totalement disponible pour prendre soin de lui et jouer avec lui, la relation d'attachement entre l'enfant et le parent rejeté pourra se construire plus aisément. Surtout si ce petit rituel se déroule sur une base quotidienne.

En jouant 

Durant la période de jeu, le parent doit le plus possible laisser l'enfant en contrôle du jeu. C'est une période où l'on tente d'être dans le plaisir plutôt que dans la discipline (hormis quelques règles de respect et de sécurité, bien entendu). Durant le jeu, le parent doit tenter de valoriser l'enfant en nommant ce qu'il fait, en soulignant ses qualités ou ses habiletés et en imitant l'enfant.

Après quelques jours, lorsque l'enfant se montre plus ouvert à son parent, ce dernier peut commencer à tenter de jouer avec lui en présence de l'autre parent. Pour favoriser le succès de cette démarche, le parent peut utiliser une marionnette et inventer un personnage que lui seul pourra reproduire (et non l'autre parent). Ainsi, la marionnette pourra intégrer la routine du dodo, l'heure du bain, et de nombreuses autres routines quotidiennes. L'enfant sera ainsi plus motivé à collaborer avec un parent qu'il rejetait auparavant.

Consulter

Ces quelques petits trucs sont souvent efficaces, mais ne sont pas infaillibles. Si votre problème perdure, n'hésitez pas à chercher de l'aide professionnelle. Un spécialiste pourra identifier les facteurs qui maintiennent l'attitude de votre enfant et vous aidera à les désamorcer.

Bonne chance!

Vous aimerez aussi

Les plus récents