7 côtés positifs à être «coincé» en quarantaine

Auteur
David Nathan
25 mars 2020
Femme sur son ordinateur et son chien à ses côtés

Quand on est en quarantaine, il y a deux façons de réagir. Soit on subit et alors le temps devient très long, soit on vit ça positivement en essayant de trouver les avantages de ce confinement forcé. Voici donc 7 côtés positifs (à ne pas prendre trop au sérieux!) à être quarantaine au temps de la COVID-19.

Attention, le ton ici est à l'humour. Aimons-nous et rions ensemble! ;)

 

1. Je peux travailler en bobettes

7 côtés positifs d'être « coincé » en quarantaine

Shutterstock

Être confiné, c'est ne plus avoir à s'habiller comme du monde pour aller travailler. On peut en effet très bien télé-travailler en bobettes si ça nous chante ou bien faire une téléconférence en bas de pyjama tout en restant très efficace et professionnel. Travailler en bobettes peut être froid pour les jambes, mais ça ne diminue en rien les compétences des travailleurs.

 

2. Je mets zéro seconde pour arriver au bureau

Que ce soit en voiture, en bus, en vélo, à pied ou en métro, le temps que l'on met pour se rendre sur son lieu de travail peut aller de quelques minutes à plusieurs heures par jour! Ceux qui passent en mode télé-travail à cause du confinement vont pouvoir réduire à néant leur temps de déplacement. On sort de sa chambre et... hop! On est arrivé au bureau qui est tantôt la table de la cuisine ou celle de la salle à manger, en fonction de la place dont on dispose. Si vous faites le calcul sur plusieurs semaines, ce sont des journées entières qui sont ainsi sauvées.

 

3. J'ai enfin un animal comme collègue de bureau

7 côtés positifs d'être « coincé » en quarantaine

Shutterstock

Ne plus aller au bureau et devoir travailler de la maison va transformer votre chat ou votre chien en... collègue de bureau. Est-ce qu'il sera plus tannant ou demandant que votre collègue humain? Vous allez très vite le savoir.

 

4. J'ai enfin une excuse valable pour... moins voir ma belle famille

En ce qui concerne la belle famille, nous ne sommes pas tous égaux. Il y a ceux qui l'adorent qui la considèrent comme leur propre famille et il y a les autres, ceux qui doivent s'en accommoder disons, faute d'atomes crochus, voire dans le pire des cas, la supporter. Pour cette seconde catégorie de personne, le confinement obligatoire et l'interdiction de se réunir est une mesure très bien accueillie, car ils vont enfin pouvoir échapper au traditionnel dîner dominical qui revient décidément bien trop vite. Plus besoin de trouver une excuse pour l'éviter, c'est le gouvernement qui la fournit!

 

Pour tout lire sur la COVID-19, c'est ici.

 

5. Je vais enfin rattraper mon retard en série télé

7 côtés positifs d'être « coincé » en quarantaine

Shutterstock

Ceux qui ont une vie active, un travail, une famille et des passions, savent bien qu'il peut être difficile de pouvoir regarder des saisons entières de séries télé. Le visionnage en rafale (binge watching) est en effet l'apanage de ceux qui ont du temps en masse ou de ceux qui ne dorment que quelques heures par nuit. Ceux qui n'ont pas d'enfant à s'occuper et pas de télétravail à faire vont pouvoir rattraper leur retard et se plonger sur leur plateforme de vidéos à la demande préférée pour des heures de visionnage.

 

6. Je peux enfin travailler avec le son de la musique dans le tapis!

Le problème avec le travail de bureau, c'est qu'on ne peut pas mettre du Metallica ou du Billie Eilish à fond comme on aimerait sans provoquer la colère bien légitime de ses voisins de bureau, a fortiori si on est en espace de travail ouvert. En revanche, à la maison, en pleine journée, on peut le faire! Remplir un tableau Excel avec sa toune préférée qui joue au volume maximum devient une tâche beaucoup agréable à accomplir!

 

7. Je peux enfin éviter l'haleine de Catherine, les anecdotes plates de Jean-Michel

7 côtés positifs d'être « coincé » en quarantaine

Shutterstock

Dans toutes les entreprises ou presque il y a un collègue qui parle de beaucoup trop près et dont l'haleine s'apparente à un vieux fromage bleu oublié dans un placard. Dans une grande majorité de boîtes, il y a un Jean-Michel (remplacez par le prénom adéquat) qui adore raconter tout un tas d'anecdotes très ennuyeuses sur l'heure du lunch. Eh bien ce genre de désagrément entre collègues est mis sur pause pendant le temps du confinement. Et si finalement, les anecdotes de Jean-Michel vous manquent, vous pouvez toujours l'appeler. Pour l'haleine de Catherine en revanche, il n'y a rien à faire, et c'est très bien ainsi! 

 

Coronavirus - Bannière 400x200 standard image

 

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web