5 questions à poser absolument à l'éleveur avant d'adopter un chien

Auteur
Dre Maude Imbeault
American terrier

Il y a des centaines de questions à poser avant et pendant le processus d’adoption d’un chien. Cela dit, certaines sont primordiales, dont les 5 mentionnées ci-dessous.

Choisir un chien comme animal de compagnie est une décision importante, qui impactera les 15 prochaines années de notre vie. Ainsi, nous souhaitons tous que cela soit une expérience épanouissante et heureuse.

Voici un petit résumé de ce que vous devez absolument considérer avant d’adopter un chien.

1. Quel est le degré d’énergie du chien?

Cette question est de première importance quand vient le temps d’adopter un toutou :

  • Êtes-vous sportif ou plutôt sédentaire?
  • Combien d’heures le chien a-t-il besoin d’exercice par jour?
  • Combien d’heures par jour pourrez-vous consacrer à votre chien?

Certaines races de chien requièrent plusieurs heures d’exercice quotidiennement. Pour vous aider à choisir, pensez à la raison pour laquelle ces races ont été créées.

Les bergers comme le Border Collie ou les chiens de chasse comme le Braque de Weimar demandent beaucoup de temps et d'énergie. Ils peuvent développer des problèmes de comportement s’ils sont sous-stimulés et que leur énergie est mal canalisée.

Le site Web du Canadian Kennel Club pourra vous aider à orienter votre choix. Pensez aussi que le degré d’énergie d’un chien varie avec son âge.

L’apprentissage de la propreté, des commandes d’obéissance de base ainsi que des règles propres à votre foyer (ne pas monter sur le divan, par exemple) vous demanderont temps et énergie.

Les éleveurs ont parfois des reproducteurs à placer à la retraite ou des chiots un peu plus vieux déjà en cours d’apprentissage. Ces chiens pourraient probablement mieux correspondre à vos besoins si vous disposez de moins de temps.

Je me dois d’ajouter qu’adopter dans un refuge, c’est sauver une vie. Contactez les refuges de votre région.

2. Quels sont les problèmes spécifiques à la race?

Basset chez le vétérinaire

Chaque race a ses particularités au point de vue santé. Il est important de s’informer des problèmes reliés à la race que vous convoitez.

Référez-vous à cette banque de données produite par la Faculté de médecine vétérinaire de l’Ïle-du-Prince-Édouard, qui vous sera des plus utiles pour y arriver.

D’ailleurs, consulter le site Web de la compagnie Vetgen pour savoir quelles sont les maladies génétiques qu’il est possible de dépister, selon la race.

En sachant quels sont les problèmes courants de la race que vous avez choisie, lorsque vous rencontrerez l’éleveur, vous pourrez demander à voir les certificats de bonne santé des animaux reproducteurs de l’élevage. Un éleveur qui défraie des centaines de dollars pour certifier les hanches, le coeur ou les yeux de ses reproducteurs vous montrera les preuves écrites avec grand plaisir.

On vous demande de croire sur parole? Méfiez-vous.

Pire : on vous rabroue dans vos demandes? N’adoptez pas de chiot de cet élevage!

 

3. Quel est le contrat d’adoption?

Si vous adoptez votre chien dans un élevage, assurez-vous d’avoir un contrat qui prévoit ce qu’il adviendra en cas de problème suite à l’adoption. Ce contrat doit couvrir les problèmes spécifiques à la race. On retrouve souvent dans les contrats d’adoption les termes « héréditaire » et « congénital » :

  • Un trouble héréditaire est transmis par la génétique des parents.
  • Un trouble congénital signifie qu’il est présent à la naissance.

Un trouble congénital n’est pas toujours héréditaire; il peut s’agir d’un simple accident de la nature ou d’un trouble causé par une infection virale chez la mère lors de la gestation.

À l’inverse, les problèmes héréditaires ne sont pas non plus nécessairement congénitaux, mais il arrive souvent qu’ils se développent avec l’âge.

Ces distinctions sont importantes pour bien évaluer la garantie qui vous est offerte. Si on ne vous donne que quelques mois de garantie pour les troubles héréditaires, c’est peu.

La dysplasie des hanches, par exemple, est un problème de santé héréditaire qui est rarement décelable avant 6 mois d’âge. Plusieurs éleveurs donnent jusqu’à 2 ans de garantie pour cette condition.

Vérifiez également comment est honorée votre garantie. Les éleveurs offrent souvent une « garantie de remplacement », c’est-à-dire qu’ils échangent votre chien contre un nouveau. À vous de voir si cela vous convient. Cela dit, il est fort probable que vous n’ayez pas envie d’échanger votre chien contre un autre après qu’il ait passé quelques semaines ou mois auprès de vous.

D’autres éleveurs vont rembourser les frais médicaux jusqu’à concurrence d’un montant déterminé. Notez qu’un éleveur responsable inclura une clause de non reproduction à votre contrat et vous devrez fournir la preuve (la facture vétérinaire, par exemple) que vous avez fait stériliser votre chien.

4. Puis-je visiter l’élevage et voir les parents?

Pug sur une route

Dans le but d’agir pour le meilleur de la race et dans l’intérêt de ceux qui l’adopteront, les éleveurs ont le devoir de reproduire des individus sans défaut physique et qui ont le meilleur comportement possible.

En vous rendant sur place, vous pourrez évaluer la propreté des lieux et la sécurité des installations. Vous pourrez aussi avoir un aperçu de la manière dont l’éleveur interagit avec ses animaux.

Demandez à voir la mère et le père de votre chiot. Une maman qui boite, qui est maigre ou que vous n’êtes pas capable d’approcher parce qu’elle est craintive ne sont pas des signes de confiance.

Les mâles et femelles reproducteurs doivent :

  • être en bonne santé,
  • avoir un bon comportement
  • et être traités avec respect.

N’achetez jamais d’animal sur Internet si vous ne pouvez pas voir l’endroit où sont gardés les chiots et les reproducteurs.

Refusez qu’on vienne vous porter le chiot dans un endroit autre que chez l’éleveur : il s’agit d’une technique utilisée par les gens qui tiennent des usines à chiots.

Achetez dans votre région ou dans une région jusqu’où vous êtes prêt à vous déplacer.

5. Quel est le degré de professionnalisme de l’éleveur?

Chiots

Qui est le vétérinaire?

Peut-on vous spécifier qui est le vétérinaire traitant? Demandez son nom et vérifiez s’il existe. Demandez également à voir les carnets de santé des parents et des chiots : ce sont les preuves que les animaux ont été examinés et vaccinés par un vétérinaire.

La taille de l’élevage est aussi à évaluer. Plusieurs races en reproduction en même temps (plus de deux) ou un trop gros élevage (plus de 10 reproducteurs) représentent des conditions d’élevage difficiles à bien gérer.

Conditions de la reproduction

Combien de portées par année reproduit-on? Les femelles ne doivent avoir plus d’une portée par année et reproduire jusqu’à un maximum de 6-7 ans, selon leur état de santé.

Encore une fois, un bon éleveur traitera avec respect ses reproducteurs et veillera à ne pas les épuiser.

Souci de l'environnement

Est-ce que l’éleveur semble se soucier de l’éducation et de l’environnement que vous serez en mesure de procurer à son chiot? Il devrait vous poser de nombreuses questions dans le but de vérifier si votre famille convient à son chiot (activité, âge des enfants s’il s’agit d’une race miniature, connaissances sur l’éducation d’un chien, espace pour faire courir l’animal, etc.).

L'éleveur ne devrait pas laisser partir ses bébés dans leur famille avant l’âge de 8 semaines. Il vous fournira aussi des conseils quant à l’intégration du chien à votre foyer et restera à votre disposition en cas de problème.

Les éleveurs réputés ont souvent une liste d’attente et peuvent se permettre de refuser un client s’ils jugent que les conditions ne sont pas adéquates pour le chiot. 

Référence de d'autres clients

Peut-on vous donner des références d’autres clients? Demandez 2 références et appelez-les. Si l’on vous vend un animal « pure race », exigez d’avoir des papiers qui le confirment (le certificat d’enregistrement au Club Canin Canadien).

Pour être enregistré, un animal doit impérativement être identifié de façon permanente, donc il sera micropucé ou tatoué. Sinon, le prix devrait être réduit en conséquence.

Soyez exigeant

Il est commun de voir des gens se défiler de leurs responsabilités en affirmant ne reproduire que leurs animaux de compagnie pour le plaisir et ne pas être des « éleveurs » : FAUX! Lorsqu’on reproduit des animaux, on est éleveur. Il faut assumer les devoirs qui viennent avec.

Si vous n’adoptez pas chez un éleveur

Vous comprendrez que lorsque vous achetez un chien dans une animalerie, vous ne pourrez faire aucune vérification par rapport aux antécédents de l’animal et de l’élevage dont il provient. C’est à vos risques et périls!

Vous direz alors que c’est la même chose pour un refuge. C’est vrai. C’est pour cela que je vous conseille de choisir un refuge où l’on fait examiner les animaux par un vétérinaire et où on évalue leur comportement. Ainsi, on pourra vous conseiller selon ce que vous recherchez.

Mon dernier conseil pour vous, le plus important à mon avis, est celui-ci : prenez le temps de poser des questions et de bien faire vos devoirs AVANT d’aller voir les toutous. Une fois que vous aurez tenu une petite boule de poils dans vos bras ou qu’un chien abandonné vous regardera avec ses yeux tristes et que vous tomberez en amour… Il sera trop tard!

Bonnes recherches et surtout, longue vie à votre nouvelle amitié!

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web