Démystifier l'orgasme féminin

Femme orgasme

D'abord, qu'est-ce que l'orgasme? L'orgasme est un phénomène psychophysiologique qui se déclenche dans le cerveau. Il s'accompagne de manifestations physiques en particulier les contractions rythmées du périnée et de l'utérus, pas toujours perceptibles, et une chute de la tension sexuelle.

Chez la femme

Chez la femme, l'orgasme peut survenir lors de la stimulation directe ou indirecte du clitoris et de ses capteurs sensoriels périphériques, de la paroi antérieure du vagin et du point G (zone de Gräfenberg) ou le col de l'utérus.

Toutefois, la stimulation clitoridienne semble être la méthode la plus efficace. Cet organe, unique à la femme, ne sert d'ailleurs uniquement qu'au plaisir.

De plus, une femme qui vient d'atteindre l'orgasme expulserait moins de spermatozoïdes dans la demi-heure qui suit la relation sexuelle.

Chez l'homme

Chez l'homme, le pénis, surtout le gland, est souvent à la base même du plaisir sexuel qui se transformera en orgasme. Généralement, il sera accompagné d'une éjaculation. Mais ce n'est pas toujours le cas... La prostate aussi, accessible par pénétration anale, est source de plaisir.

Clitoridien, vaginal ou anal...

Clitoridien

Pour 92 % des femmes, la stimulation du clitoris demeure la façon la plus efficace pour connaître l'orgasme. Généralement, ce but ultime est atteint en quelques minutes lors de la masturbation. Il procure, selon certaines, l'orgasme le plus intense. Il est entouré de deux hampes qui s'étirent jusqu'au vagin et qui facilitent la stimulation directe et indirecte. Au surplus, il se prolonge à l'intérieur du corps de la femme. Chez certaines, il est facile de le stimuler indirectement dans la région située entre la petite boule d'amour et l'extrémité supérieure des grandes lèvres.

Stimuler le clitoris avec les doigts ou la langue (cunnilingus) procure généralement des sensations intenses à la femme. L'utilisation de jouets (vibromasseurs ou autres) conduit également à l'atteinte du plaisir.

Vaginal

Le vagin procure aussi un orgasme, plus interne, chez certaines femmes. En fait, huit pour cent de la gent féminine obtiendrait des orgasmes uniquement vaginaux alors qu'une femme sur trois serait à la fois clitoridienne et vaginale. Toutefois, plusieurs chercheurs affirment que c'est la stimulation indirecte du clitoris, notamment par les hampes qui, on le sait, se prolongent jusqu'à l'entrée du vagin.

L'entrée du vagin, plus que l'intérieur lui-même, est source de plaisir chez la femme. Toutefois, certaines positions favorisent la stimulation d'une zone interne,le point G, La levrette (une pénétration vaginale arrière) et la position d'Andromaque (la femme assise sur le pénis de l'homme couché sur le dos) comptent parmi les plus efficaces. Dans ce dernier cas, il est possible de stimuler le clitoris, directement ou indirectement, pour encore plus de plaisir. Certaines variantes sont aussi efficaces. À vous de choisir celle(s) que vous préférez.

Pénétration anale

Certaines femmes vivent un orgasme lors de la pénétration anale : une pratique, moins répandue en Occident. Là encore, l'anus est muni de nombreuses nervures sensorielles qui peuvent augmenter le plaisir, si la douleur est absente. L'intromission du pénis ou d'un godemiché, accompagnée d'un mouvement de va-et-vient, peut donc mener à l'orgasme.

Très érogène, l'anus demeure un orifice fragile. Votre partenaire doit donc faire preuve d'une grande délicatesse lors des caresses et de la pénétration. L'utilisation d'un lubrifiant de type KY est recommandée. La salive peut servir de lubrifiant, mais elle s'assèche rapidement et nécessite l'interruption des caresses pour renouveler la lubrification. Les gelées de pétrole, comme la vaseline, et les lubrifiants anesthésiants (qui atténuent la douleur) sont à éviter.

Au surplus, les positions favorisant la pénétration anale permettent également la stimulation du clitoris. Gardez toujours en tête que la douceur doit primer et que toute pénétration doit être interrompue en cas de douleur et/ou d'inconfort.

Des conditions favorables

L'orgasme « total » est peu fréquent. Il exige une très étroite communication entre les deux partenaires ou une harmonie totale chez la femme. Ce moment magique, aussi appelé « petite mort » ressemble en tous points à une perte de conscience. Certaines le redoutent, car il équivaut à un abandon total, non seulement envers son partenaire, mais aussi envers soi-même.

Par contre, des orgasmes moins intenses sont plus fréquents. La femme, et l'homme, sont alors saisis d'une réaction attribuable à un plaisir très fort, en provenance des organes sexuels ou de la tête. La réaction se propage dans le ventre et dans les parties sexuelles. La stimulation procurée par un partenaire, ou par la masturbation (stimulation manuelle ou utilisation de « jouets »), déclenche ce type d'orgasme.

Orgasme 101

La stimulation des organes génitaux, voire d'intenses messages érotiques, procurent des sensations généralement agréables. Le cerveau envoie alors un message qui provoque des contractions rythmiques du premier tiers de la région vaginale, de l'utérus et de la région anale. Vous entrez dans la phase dite du « plateau ».

C'est à la fin de cette phase que survient l'orgasme. Il se caractérise par une augmentation de la tension musculaire. Le premier tiers du vagin se gonfle et resserre l'ouverture généralement utilisée pour la pénétration. Le clitoris grossit et se presse sur l'os pubien. Les petites lèvres épaississent et deviennent plus foncées. Si rien ne vient perturber ce processus, l'orgasme se déclenche. Il peut être d'intensité variable et ne dure généralement que quelques secondes.

Des signes qui ne trompent pas...

Des signes révélateurs apparaissent durant l'orgasme... Tous connaissent le visage grimaçant du ou de la partenaire, les sons (cris, gémissements) et les halètements. Toutefois, à ce stade, il est toujours possible, pour madame, de simuler l'orgasme. Par contre, si vous observez des contractions musculaires au niveau des jambes, de la région vaginale, voire du corps tout entier, votre partenaire atteint la plénitude sexuelle. De brèves rougeurs aux épaules ou sur la poitrine, de même qu'une forte sensibilité des organes génitaux, vous confirmeront la montée du plaisir.

Atteindre l'orgasme

Pour vivre un orgasme plus ou moins intense, trois facteurs sont essentiels : la connaissance de soi (ou de son partenaire), un brin de technique et des conditions favorables.

La connaissance de soi

Se connaître soi-même demande du temps, une certaine pratique et un niveau d'abandon minimal. Au-delà des tabous, la masturbation procure généralement ce niveau de connaissance. Chaque corps a des réactions qui lui sont propres... Et une horloge biologique. De plus, la femme (et/ou son partenaire) devra être attentive aux sensations qui se propagent dans son corps.

Ce n'est pas seulement technique

Miser uniquement sur la technique serait une grossière erreur. Certes, il existe des méthodes qui permettront de faciliter l'atteinte de l'orgasme. Toutefois, chaque femme est unique et la méthode qui fera grimper l'une dans les rideaux sera désagréable pour l'autre. Exprimez vos besoin et adaptez-vous à ceux de l'autre!

Un environnement idéal

Il faut aussi réunir les conditions favorables. Il sera difficile, pour une femme, d'atteindre l'orgasme si les enfants peuvent entrer dans la chambre à tout moment, si la laveuse fait un bruit d'enfer ou si le voisin écoute du disco! Si une femme aime faire l'amour le matin, il lui sera plus difficile d'atteindre l'orgasme le soir. Il faut donc réunir un certain nombre de facteurs pour faciliter la montée du plaisir... et atteindre le nirvana!

Les orgasmes multiples

Plus rares, les orgasmes multiples constituent, pour certaines, une véritable découverte de son propre corps. Généralement, les femmes mettent plus de temps pour atteindre la phase dite de « plateau », mais une stimulation adéquate du clitoris, souvent indirecte, peut lui permettre de replonger dans l'orgasme, 2, 3, 5, 10 fois.

Il faut toutefois éviter de « s'acharner » : seule une femme sur dix peut atteindre cette plénitude. Les autres connaîtront un sentiment d'inconfort, voire des douleurs lors de la stimulation. De plus, les orgasmes multiples ne sont pas nécessairement synonymes de satisfaction sexuelle!

Ne désespérez pas!

Vous n'avez pas encore atteint l'orgasme (seule ou avec un partenaire)? Sachez que 23 % des femmes connaissent cette plénitude avant l'âge de 25 ans alors que 90 % l'ont expérimentée à l'âge de 35 ans. Et la femme atteint son épanouissement sexuel à 40 ans. Ne désespérez pas... et mettez toutes les chances de votre côté par une connaissance accrue de votre propre corps.

Rappelez-vous toutefois que la satisfaction sexuelle en elle-même est plus importante que l'orgasme. D'ailleurs, 40 % des femmes n'y parviennent pas à chaque rapport sexuel!

N'hésitez jamais à vous manifester lorsque vous vivez un orgasme de bonne intensité. Vos cris stimuleront votre partenaire... L'intensité du plaisir ne fera que décupler!

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Les plus populaires

Ailleurs sur le web