La petite histoire du gâteau de mariage

Comme tous les symboles associés au mariage, le gâteau a lui aussi des origines anciennes. Et même si, aujourd'hui, le gâteau étagé a la cote un peu partout dans le monde, certaines traditions locales perdurent.

Le gâteau de mariage dans l'histoire

Dès l'Antiquité, on note la présence d'une pâtisserie symbolique pendant la noce. À Rome, il s'agit soit d'une galette ou d'un pain qu'on rompt sur la tête de la mariée. Ce geste symbolise la perte imminente de la virginité et est un gage de fertilité. Cette tradition a longtemps été associée aux mariages et jusqu'au 19e siècle, on en retrouvait encore des traces en Écosse et en Irlande.

Dans la Grèce antique

On lançait des petits gâteaux aux mariés, des conferratios, pour favoriser la fertilité.

Au 17e siècle

La tradition a plus répandue est celle où les invités devaient créer une tour avec des gâteaux et des pâtisseries. Plus la tour était haute et plus les époux allaient être heureux.

Au 18e siècle

À cette époque, en France, la tour de gâteaux prend une nouvelle forme : le gâteau à étages tel qu'on le connaît aujourd'hui. Cette mode se répand rapidement et est largement adoptée en Occident à partir du 19e siècle.

Le gatêau de mariage à travers le monde

Au Royaume-Uni

On sert un gâteau aux fruits (très similaire à notre gâteau aux fruits de Noël), recouvert de pâte d'amandes.

Au Japon

On a souvent recourt à un faux gâteau. Le gâteau qui sera servi aux invités est caché dans les cuisines.

En Allemagne

On sert une génoise fourrée de gelée de fruits, de nougat ou de pâte d'amandes et recouverte de ganache. L'utilisation d'un glaçage coloré est à proscrire!

En France

Le croquembouche a la cote pour les mariages. Il s'agit d'une pyramide de choux à la crème recouverts de caramel.

En Norvège

Le gâteau traditionnel se nomme kransekake. C'est une pièce montée constituée de gâteaux aux amandes en forme d'anneaux. Il arrive parfois que le gâteau prenne la forme d'une corne d'abondance qu'on remplit de bonbons, de chocolats et de biscuits. On y place même à l'occasion une bouteille de vin.

Couper le gâteau : un geste important

Il fut un temps où la mariée coupait seule le gâteau. Ce geste symbolisait la perte de la virginité. Maintenant, les deux époux participent à ce rituel. Le partage du gâteau devient la première tâche accomplie ensemble. La main de l'homme repose habituellement sur celle de la femme, en signe de fertilité. Il arrive aussi que les époux se donnent mutuellement la première bouchée de gâteau.

Le dernier étage pour le baptême du premier né

Pendant plusieurs années, la tradition voulait que les époux conservent le dernier étage du gâteau pour le baptême de leur premier né. Cet événement arrivait la plupart du temps dans l'année qui suivait la noce et les gâteaux de type « gâteaux aux fruits » se prêtaient bien à cette tradition. De nos jours, les mariés congèlent cette partie du gâteau et la dégustent lors de leur premier anniversaire de mariage.

Caroline Bouffard, rédactrice Canal Vie

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web