Confinement: le test ultime pour tester son amour?

Auteur
David Nathan
15 avril 2020
Confinement: le test ultime pour tester son amour?

«Chéri, cette année, j'aimerais qu'on prenne une bonne résolution et qu'on passe plus de temps ensemble. On ne se voit pas assez, on est trop pris avec nos jobs...», lance Catherine à son chum Pat en ce 1er janvier 2020. Quelques mois plus tard, le confinement se met en place et, à l'instar de millions d'autres couples un peu partout sur la planète, la bonne résolution va être tenue sans aucun problème, Catherine et Pat vont devoir passer beaucoup (trop?) de temps ensemble... Le confinement est-il le test ultime pour les couples? Certains n'y résisteront pas, d'autres s'en trouveront renforcés. Et si le résultat dépendait avant tout d'eux-mêmes.

Savoir s'adapter

L'être humain est une formidable machine à s'adapter. À tout, en tout temps. Mais face à une situation inédite comme l'est le confinement généralisé causé par la COVID-19, la façon de s'adapter va être différente pour chaque couple. Beaucoup de paramètres entrent ici en ligne de compte. Est-ce que l'un de deux travaille ou bien les deux? Est-ce que l'appartement est très petit et mal adapté à un long confinement ou offre-t-il au contraire beaucoup de place? Combien de temps va durer cet enfermement forcé? Le couple traversait-il une crise au début confinement ou était-ce l'harmonie parfaite? La promiscuité et le fait de se voir en permanence risque de générer quelques frictions à moyen terme et c'est normal. Le secret pour «survivre» émotionnellement à cette période est donc de réussir à s'adapter en mettant en place des stratégies au quotidien et adopter des attitudes adéquates.

Être à l'écoute et dialoguer

Les couples qui sont confinés à la maison en permanence, qui font tous les deux du télétravail ou qui ne travaillent plus pour le moment, vont devoir passer cette épreuve ensemble. Il faut donc être d'autant plus à l'écoute de son partenaire qui peut avoir des angoisses par rapport à cette situation mondiale hors norme. Il va même peut-être devenir très anxieux. Être à l'écoute, s'ouvrir à l'autre et tout simplement dialoguer est donc essentiel.

Une chance, pas une contrainte

Vous avez peut-être déjà entendu cette phrase : «La vie, c'est 10 % ce qui vous arrive et 90 % comment vous y réagissez». La façon dont vous allez passer à travers ce confinement à deux, c'est beaucoup la façon dont vous allez réagir. Vous pouvez voir ça comme une grosse contrainte ou même une série de contraintes et mal le vivre, ou bien prendre ça comme une chance, une occasion au quotidien de passer plus de temps avec votre chéri(e), d'apprendre à la ou le découvrir un peu plus, peut-être même de vous lancer dans un projet en commun. C'est peut-être l'occasion de parler de vos rêves, de vos projets d'avenir. La façon dont vous réagirez va changer totalement votre confinement.

Des routines saines

Certains l'ont déjà remarqué, quand on n'a plus à sortir, à voir du monde, on peut avoir tendance à se laisser un peu aller. On ne s'habille plus qu'en mou, on oublie de mettre des pantalons, on saute une douche, on range moins les choses dans la maison (qui ressemble de plus en plus au bureau de Gaston Lagaffe), on ne fait plus d'activité physique plus intense que d'attraper la télécommande, on boit un peu trop d'alcool et pour certains, on assiste carrément à un laissez-aller de l'hygiène. Si vous étiez seul, ça serait moins embêtant (quoi que vraiment pas conseillé non plus), mais quand on vit en couple, ce genre de comportement peut vraiment nuire à sa relation de couple. Il faut donc essayer de se fixer quelques règles, de s'imposer quelques routines. Deux fois la semaine, on fait une séance de sport à deux, encore plus motivant que seul. On essaye de garder une consommation d'alcool raisonnable et occasionnelle et pas systématique à chaque fois qu'on reçoit une invitation zoom ou qu'on en envoie une nous-même pour un 5 à 7 virtuel, on met en place des règles de rangement pour la propreté de l'appartement et comme le sport, on peut faire le ménage, ça passe beaucoup mieux!

Respecter les désirs de l'autre

Il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte que tout le monde ne vit vraiment pas le confinement de la même façon. Certains vont traverser cette période avec difficulté et d'autre avec plus de légèreté. Là encore, beaucoup de paramètres viennent modifier l'équation. Au sein d'un couple, c'est la même chose. L'un des deux sera peut-être plus affecté que l'autre par la situation. Dans tous les cas, il est important de respecter les désirs de l'autre. Et on parle ici de désirs au sens large. Il est évidemment question de désirs sexuels, mais pas uniquement. Le confinement va peut-être modifier la libido dans un sens ou dans l'autre. Transformer le couple en «petits lapins excités» ou au contraire en deux êtres totalement déconnectés des désirs charnels. Ou bien on assistera à une situation hybride: un lapin excité et un être déconnecté. Dans tous les cas, il va là encore falloir apprendre à s'adapter à ce que désire l'autre ou, le cas échéant, à son absence de désir. Être ensemble 24h sur 24, c'est avoir l'occasion de faire l'amour quand on veut, mais ça ne veut pas dire pour autant que c'est ce que l'un ou l'autre veut. À chacun son rythme.

 

Pour tout lire sur la COVID-19, c'est ici.

 

Éviter la surchauffe

Le risque principal pour le couple confiné est ce qu'on pourrait appeler la surchauffe. À trop se voir, depuis le réveil jusqu'au coucher, il peut y avoir un risque de saturation. Dans le temps d'avant le confinement, chacun avait ses loisirs, ses passions. Des cours de yoga, de tennis, un 5 à 7 avec les collègues le vendredi ou une fin de semaine de pêche une fois par mois. Désormais, le nombre d'activités sociales auxquelles ont peut prétendre a fondu comme neige au soleil. On socialise sur les réseaux et nos 5 à 7 sont devenus virtuels. On se retrouve donc en couple quasiment en permanence. Une des façons de ne pas surchauffer est notamment de réussir à s'aménager un peu de temps à soi, à créer sa bulle.

Créer sa bulle...

Être chez soi, c'est en quelque sorte être dans une bulle d'intimité et de confort par rapport au monde extérieur. Mais quand cette bulle est l'unique endroit où l'on vit et que sa ou son chéri(e) est en permanence coincé(e) avec nous dans cette bulle, celle-ci perd un peu de sa fonction. Il est donc important de se créer une bulle... dans la bulle. Une sorte de « mini bulle », rien que pour soi. Si on a la place, l'idéal est de s'aménager un espace dédié où pratiquer ses loisirs, où passer du temps en solo. Lire, méditer, tricoter, bricoler, jouer de la musique... peu importe l'activité, ce qui compte c'est de faire un break et de s'accorder du temps à soi. Si l'espace est trop petit, il faut instaurer une règle qui va faire en sorte que pendant telle période, tel créneau horaire, on ne va pas déranger l'autre, on ne lui parle pas ou le moins possible et on lui laisse se recréer une bulle.

...et respecter celle de l'autre

Si vous avez besoin d'avoir votre intimité pendant ce confinement, vos moments à vous, il en va de même pour votre partenaire, alors essayez au maximum de respecter sa bulle. Car plus les jours passent et plus ces moments privilégiés consacrés à faire ce qui vous passionne vont être importants.

De la franchise...

Se dire les choses quand on est en couple est la base d'une relation saine. Parler avec une certaine franchise, aborder les sujets qui fâchent sans détour permet bien souvent d'instaurer un climat de confiance et de respect et désamorcer les conflits. Si monsieur n'a pas pour habitude de faire la vaisselle, mais de la laisser s'entasser dans l'évier, ça risque d'être problématique sur le moyen terme si vous faites trois repas par jour. Nous ne savons pas en effet combien de temps va durer le confinement. Plutôt que de le laisser faire, il est préférable de lui demander un petit effort de rangement. Sans quoi, plus la vaisselle va s'accumuler dans l'évier, plus le sentiment de frustration risque de monter et après un mois de confinement, deux mois ou plus... cette vaisselle qui traine et qui était simplement irritante au début peut devenir une source de conflit plus intense. Un peu de franchise ne fait pas de mal...

... mais pas trop

La franchise oui, mais on va se garder une petite gêne quand même. Car autant c'est une qualité importante à développer dans son confinement comme nous venons de le voir, mais disons que trop de franchise peut avoir également des conséquences négatives. Il faut savoir aussi prendre sur soi et faire preuve d'un peu d'ouverture d'esprit et de tolérance avec les petits défauts du quotidien de son amour. Trouver le bon équilibre en franchise et tolérance, tout un art que vous avez le temps de travailler....

 

Coronavirus - Bannière 400x200 standard image

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web