Vivre ensemble, mais séparés

Auteur
Canal Vie

Vous aimez votre conjoint, mais vivre sous le même toit que lui ne fait pas partie de vos plans. Qui a dit que la cohabitation est la seule façon de vivre en couple. Vivre chacun chez soi permet de diminuer les disputes tout en maximisant les plaisirs.  

Disputes et compromis

Des études ont démontré qu'il était souvent plus néfaste pour un enfant de voir ses parents se disputer sur une base continuelle que d'assister à leur divorce d'une façon saine et harmonieuse. Mais faut-il se rendre au divorce? Ne pourrait-on pas essayer un juste milieu avant qu'il ne soit trop tard?

Bien des couples s'aiment, mais doivent faire des compromis qui leur pèsent parfois si lourds pour s'entendre avec l'autre, qu'ils en viennent à s'oublier eux-mêmes, à en vouloir à leur conjoint et finalement tous les deux à s'aimer de moins en moins. Il est vrai, certains amoureux vivent facilement ensemble. Pour d'autres, tirer chacun sur son bout de couverture est le seul moyen de demeurer la tête hors de l'eau et d'éviter la noyade. Mais à la longue, cette bataille continuelle peut user l'amour et la couverture se rompt définitivement.

Un autre modèle

Avez-vous déjà pensé à continuer de vous aimer, tout en vivant dans des domiciles séparés? Bien sûr, votre premier réflexe sera peut-être de dire : « Mais à deux, on partage les frais, seuls, on n'y arrivera jamais... » Et si votre discorde vous mène à une séparation ultime et que votre amour est fichu, vous ne serez pas plus avancés. Deux petites maisons qui partagent la paix et l'amour valent peut-être mieux qu'une grande dans laquelle les couteaux volent bas.

Les enfants dans tout ça?

Imaginez que vous viviez dans votre appartement ou votre maison. Votre conjoint dans l'autre, tout près de chez vous. Cette semaine, c'est vous qui avez les enfants. Vous recevez un appel. C'est votre mari qui vous invite tous à venir prendre le repas chez lui. Vous avez enfin congé! Chose qui était avant tellement rare... Sorti de sa routine, il s'est appliqué à vous faire une belle table, à vous servir vos plats favoris. Il a eu du temps et son désir pour le faire. Dans un tel contexte, un enfant ne peut qu'être séduit par tant d'échanges d'amour. Les week-ends, eux, peuvent se faire en couple avec les enfants. Beaucoup de gens y récolteront tout le meilleur, sans avoir à partager le pire.

Ça ne vous tente pas de vous voir? Vous êtes de mauvais poil? Rien ne vous oblige à endurer l'autre! Vous avez le choix...

Pourquoi un seul modèle?

Sans valoriser la séparation, il suffit d'admettre que le modèle traditionnel n'est pas adéquat pour tout le monde et que celui-ci pourrait sûrement rendre beaucoup de couples heureux. À l'époque de nos grands-mères et de nos arrières-grands-mères, les hommes partaient longtemps à la chasse, à la pêche, dans le bois, prenaient l'air et revenaient pour la plupart heureux de se retrouver en famille.

Aujourd'hui, les deux parents travaillent, reviennent fourbus, partagent le quotidien presque à temps plein sans avoir une minute pour souffler. Normal que les frictions se fassent nombreuses. Imaginez une semaine juste à vous, si vous le désirez, mais pendant laquelle vous pourriez aller voir vos enfants pour les embrasser quand bon vous semble. Ainsi, vous pourriez poursuivre les mêmes horaires d'école ou de garderie (vous allez les reconduire, il va les chercher)... La bonne entente serait au menu!

Chose certaine, que ce modèle vous convienne ou pas, il faut savoir demeurer près de ses besoins et de ses désirs pour être heureux, en dépit de ce que les autres peuvent bien penser parce que vous n'êtes pas dans les normes.


À LIRE AUSSI SUR CANAL VIE

- Peut-on habiter chacun chez soi?
- L'impact du déménagement sur le couple
- Négocier pour être heureux en couple

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web