Pourquoi l’être humain est-il infidèle?

Auteur
Marie-Ève Demers-Morabito, sexologue

List View threecolteaser in article_player slot has not been implemented.

List View threecolteaser in article_player slot has not been implemented.

L’infidélité, un phénomène courant?

On connait tous quelqu’un qui a déjà trompé son partenaire ou qui s’est fait tromper. L’infidélité est un phénomène à la fois courant, tabou et peu banal. Il n’y malheureusement aucune statistique fiable sur l’infidélité puisqu'évidemment l’activité se pratique dans le secret.

Plusieurs personnes n’admettent pas avoir trompé leur partenaire. Certaines études faites en Europe, au Canada et aux États-Unis ont rapporté qu’entre 20 à 30 % des hommes, ainsi que 15 à 20 % des femmes, auraient eu des relations extraconjugales. Il y aurait près d’une infidélité sur deux qui a eu lieu avec un collègue de travail, le plus souvent à l’occasion d'un party de bureau de fin d’année ou lors d'un 5 à 7.

Certains facteurs prédisposent à l’infidélité : la richesse et le pouvoir. Les gens riches, bien éduqués et puissants sont plus susceptibles de tromper leur partenaire.

Qu’est-ce que l’infidélité au juste?

L’infidélité touche tout le monde, peu importe l’âge ou la couche sociale et chacun à sa propre définition. Il n’existe pas de définition universelle de l’infidélité. Cela peut prendre plusieurs formes : penser ou être attiré par quelqu’un d’autre, embrasser quelqu’un, avoir des conversations sexy avec d’autres personnes que son (sa) conjoint(e) ou d’entretenir une relation amoureuse ou sexuelle avec un autre individu.

Il plane un secret autour de cette relation; il y a une implication émotionnelle de la part de la personne infidèle; et enfin, il existe une alchimie sexuelle entre deux personnes, sans qu’il y ait nécessairement de rapports sexuels, ce qui inclut les relations virtuelles via Internet (relations sur des sites de rencontres, des réseaux sociaux, etc.)

Il est primordial de s’entendre, dès le début de la relation, sur le concept d’infidélité, sur ce qui est acceptable ou pas de vivre avec une tierce personne, et redéfinir cette entente au besoin en cours de route.

Qu’est-ce qui pousse à être infidèle?

Certains moments prédisposent les gens à l’infidélité. Par exemple, lors d’une grossesse et à la naissance d’un enfant, qui rend les femmes moins enclines aux relations sexuelles, la quarantaine, la cinquantaine, lorsqu’on a besoin de prouver son pouvoir de séduction, la perte d’un emploi, la maladie du (de la) conjoint(e), etc.

Il existe de nombreuses raisons qui poussent les gens à tromper leur partenaire. Insatisfaction conjugale, détachement affectif, peur de l’engagement ou vengeance, insatisfaction sexuelle, goût de nouveauté et vulnérabilité temporaire sont des motifs évoqués pour avoir une relation extra-conjugale.

Peut-on se remettre d’une infidélité?

Oui, on peut s’en remettre, mais ce n’est pas une mince affaire! En fait, la plupart des gens trompés deviennent plus méfiants. On peut pardonner les infidélités, mais on ne peut les oublier. Plusieurs étapes sont nécessaires. Si on poursuit la relation, une des premières choses à faire, après avoir discuté, est de mettre un terme à la liaison parallèle, de s’abstenir de tout contact avec l’amant (maîtresse) et d’avertir son partenaire s’il tente de renouer.

La communication, la transparence et l’honnêteté envers le partenaire sont essentielles. La confiance vient aussi du rapprochement. Quand on sent l’autre plus présent, plus affectueux, qu’il nous donne plusieurs témoignages d’amour et d’appréciation, et qu’il regrette son geste, la confiance peut alors renaître.

N’hésitez pas à aller chercher de l’aide auprès d’une sexologue pour une thérapie de couple ou en individuel.

Vous aimerez aussi

Les plus populaires

Ailleurs sur le web