Votre conjoint travaille trop?

Auteur
Canal Vie
Votre conjoint travaille trop?

Celui ou celle qui partage votre vie travaille trop? Un vrai workaholic! Son agenda est garni du matin jusque tard le soir. Il n’est pas rare que vous le trouviez le nez dans ses dossiers après le souper, à la maison. Son téléphone est presque attaché sur sa main. Les weekends ressemblent à des journées de semaine tellement votre partenaire est occupé.  Que faire?

Les causes

D’abord, il vous faut identifier les raisons qui motivent votre partenaire à se jeter à corps perdu dans le travail, sacrifiant votre vie de couple et de famille, voire même sa santé.

  • Y a-t-il une situation particulière au travail?
  • Subit-il des pressions au bureau?
  • La performance est-elle son carburant?
  • Est-ce cela traduit son insécurité face au couple ou à la famille?
  • Est-ce que le manque d’argent est un souci?
  • Est-ce les limites entre le travail et la vie familiale qui sont difficiles à instaurer?

Plusieurs entreprises carburent à la performance de leurs employés. Travailler de neuf à cinq est, aux yeux de certains, un signe de paresse. Il faut en faire plus, toujours plus.

Pour se démarquer de leurs collègues, les employés qui désirent une promotion n’hésitent pas à travailler sans compter, apportent du travail à la maison, restent tard le soir... Trois demi-journées en une! Et vogue la galère! Cette pratique, en vigueur dans de nombreuses entreprises, tend toutefois à s’atténuer, surtout chez la relève qui privilégie la vie familiale et les loisirs. Néanmoins, il est parfois difficile de mettre fin aux heures de travail avec les cellulaires qui nous suivent partout, ainsi que le télétravail qui ne permet pas de délimiter clairement le travail, la vie de couple et la vie familiale.

Parfois, la problématique se situe à un autre niveau. L’atmosphère au domicile familial et le manque d’argent font en sorte que l’un ou l’autre des deux conjoints travaille davantage pour maintenir le rythme de vie souhaité ou pour se payer un peu de luxe. Si, chez certains, la situation n’est que temporaire, d’autres érigeront cette pratique en institution, quitte à sacrifier le couple ou la vie de famille. Enfin, chez d’autres, il peut s’agir de l’excuse classique pour masquer une infidélité.

Les motivations

En général, ceux ou celles qui se lancent sans compter dans le travail ont des arguments imparables. « Il faut subvenir aux besoins du ménage » « J’aime mon travail, je m’y épanouis. » Et puis, il y a la reconnaissance sociale qui s’ajoute à ces longues heures de labeur... Et le sentiment d’être utile.

Mais ces motivations, si louables soient-elles, cachent parfois d’autres motivations. Les workaholics ont l’impression qu’ils détiennent une forme de pouvoir, tant au travail qu’à la maison. C’est eux qui décident de la somme du boulot à accomplir et qui régentent les heures consacrées au couple, à la famille, à l’entourage. Certains préfèrent même la pression du patron à celle du partenaire... D’autres veulent éviter une atmosphère lourde, ou malsaine à la maison, les cris des enfants, les obligations, voire les rapprochements physiques!

Que faire?

Quelle que soit la motivation de votre partenaire, les longues heures consacrées au travail peuvent miner votre vie de couple. Voici des pistes pour discuter avec votre partenaire sur son surinvestissement au travail.

Ne pas faire de reproches

Sachez que les reproches, les récriminations, ne feront qu’accentuer le problème. Devant vos propos, le workaholic se confortera dans sa situation et, pour éviter les remarques négatives, travaillera encore plus. 

Évaluer la situation

Évaluez, ensemble, la nature même du travail. S’agit-il d’une demande ponctuelle ou d’une habitude bien ancrée? S’il s’agit d’un dossier urgent à remettre dans des délais serrés, vous devrez prendre votre mal en patience et soutenir votre partenaire. Tout rentrera dans l’ordre par la suite.

Toutefois, si les heures supplémentaires s’accumulent, mois après mois, une franche discussion s’impose. Face au travail chronique, fréquent lorsqu’on démarre ou qu’on exploite une entreprise, il vaut mieux s’entendre en couple, avant que les dommages soient irréparables!

Respecter l’autonomie

S’il est une règle immuable, c’est bien de respecter l’autonomie de chacun. Chez le workaholic, par exemple, le travail est une source constante de satisfaction, au même titre que l’alcool, la drogue ou le jeu. Que vous soyez d’accord avec la situation, ou non, c’est la solution que trouve le bourreau de travail.

Vous pourriez toutefois, d’un commun accord, convenir que le travail supplémentaire ne doit pas envahir la sphère privée. Plus question alors d’aller au bureau le samedi, de travailler en soirée, d’accepter des téléphones de nature professionnelle à domicile à l’extérieur des heures de travail habituelles... À condition de maintenir ces bonnes résolutions!

Prioriser le couple

L'individu qui travaille beaucoup a besoin d’un monde bien encadré, d’un horaire, d’un agenda bien garni. Planifiez ensemble des plages horaires hebdomadaires pour des activités de couple ou de famille. Ainsi, tout le monde sera gagnant.

Il n’en tient maintenant qu’à vous deux de faire fructifier ces périodes en discutant de choses sérieuses, en participant à des activités communes, en effectuant des tâches ménagères, en sortant, voire en vous abandonnant l’un à l’autre. Votre couple ne s’en portera que mieux!

S’occuper

Votre partenaire est très occupé? Trouvez des activités pour compenser son absence. Suivez un cours, investissez-vous dans une activité, faites du bénévolat, faites du sport, rencontrez des amis, sortez. L’idée n’est pas de vous créer deux vies parallèles, mais bien de vous sentir bien en solo et en couple.  


À LIRE AUSSI SUR CANAL VIE

- Workaholic: comment s'en sortir
- Malheureux au travail? Changez de carrière!
- Pourquoi travailler?

Sur le même sujet

Les plus populaires

Les plus récents

Ailleurs sur le web