Trucs pour déstresser quand on conduit l’hiver

Freiner lors d’un dérapage peut vous mettre dans une position dangereuse.

Pour plusieurs, conduire en hiver est synonyme de stress, de dérapages ou d’accrochages. Pourtant, en observant quelques règles toutes simples, il est possible de traverser la froide saison sans entraves.

Pour plusieurs, conduire en hiver est synonyme de stress, de dérapages ou d’accrochages. Pourtant, en observant quelques règles toutes simples, il est possible de traverser la froide saison sans entraves.

Dans la voiture

Assurez-vous que rien ne nuit à votre champ de vision ou à votre position de conduite.

  • Gardez les deux mains sur le volant, une main à trois heures et l’autre à 9 heures, les pouces à l’intérieur, et les bras légèrement repliés
  • Avancez votre siège pour avoir les genoux près du volant. Vous pourrez mieux « sauter » sur la pédale de frein au besoin.
  • Gardez toujours les yeux sur l’endroit où vous voulez aller. Si vous fixez un poteau, il y a de fortes chances que vous vous écrasiez dessus.
  • Regardez au loin pour prévenir les surprises. En regardant la plaque du véhicule qui vous précède, vous ne pourrez anticiper un freinage d’urgence.
  • Si votre véhicule est muni de freins antiblocages (ABS), ne pompez jamais la pédale. Appuyez fermement sur cette dernière et relâchez-la lorsque votre véhicule est immobilisé.
  • Si votre véhicule n’a pas de freins ABS, relâchez l’accélérateur, mettez le véhicule au point mort (neutre) et pompez la pédale de frein, sans bloquer les roues.
  • Si vous dérapez, regardez l’endroit où vous voulez aller et ne touchez pas aux freins. Relâchez l’accélérateur, puis pesez légèrement dès que vous sentez que les pneus ont une meilleure adhérence.
  • La visibilité devient subitement nulle, ralentissez graduellement. Si vous freinez rapidement, il y a de fortes chances que l’automobiliste qui vous suit n’ait pas le temps de le faire et qu’il emboutisse votre véhicule.

Vous prenez la route et les conditions sont difficiles

Il vous faut :

  • Toujours respecter les limites de vitesse, même si vous êtes en retard;
  • Adapter votre conduite aux conditions routières;
  • Garder une bonne distance avec le véhicule qui vous précède;
  • Rester patient et courtois, quoiqu’il advienne;
  • Demeurer attentif à la route;
  • Éviter les manœuvres brusques;
  • Prévenir les autres de vos intentions (les clignotants ne sont pas en option sur les véhicules);
  • Vous ranger dans la voie correspondante au moins 200 mètres (en ville) ou 500 mètres (sur l’autoroute) si vous devez emprunter une intersection ou une sortie.


Les erreurs à éviter

Rencontré lors d’une démonstration de techniques de conduite hivernale organisée par Michelin, le pilote de course Carl Nadeau a bien voulu lever le voile sur les erreurs les plus fréquentes observées chez la plupart des conducteurs.

  • Adopter mauvaise position de conduite.
  • Réagir à la panique si un obstacle se dresse sur la route.
  • Se concentrer sur le danger et non sur les façons de s’en sortir (lors d’un dérapage, par exemple).
  • Se crisper au volant. La position de conduite doit être souple et naturelle.
  • Pomper les freins ABS ou s’immobiliser dans un endroit dangereux, après un dérapage par exemple.
  • Emprunter une conduite mal adaptée aux conditions routières.
  • Utiliser des pneus d’hiver dépareillés, inadéquats ou usés.

 

Carl Nadeau

Photo 1

Rappelez-vous que la distance de freinage augmente avec la vitesse.

Photo 2

Oups! Ici, un instructeur identifie un obstacle sur la route. En fixant ce dernier, l’élève effectue une fausse manœuvre. En situation réelle, la collision est donc inévitable.

Photo 3

Freiner lors d’un dérapage peut vous mettre dans une position dangereuse.

Photo 4


Photo 1 : Carl Nadeau

Photo 2 : Rappelez-vous que la distance de freinage augmente avec la vitesse.

Photo 3 : Oups! Ici, un instructeur identifie un obstacle sur la route. En fixant ce dernier, l’élève effectue une fausse manœuvre. En situation réelle, la collision est donc inévitable.

Photo 4 : Freiner lors d’un dérapage peut vous mettre dans une position dangereuse
 

Mais qui conduit le mieux? Les hommes ou les femmes? Selon M. Nadeau, les femmes sont beaucoup plus prudentes et moins orgueilleuses sur la route. Les hommes, eux sont moins stressés, mais plus téméraires.

Quelques rappels

Avant de partir, voici quelques règles à observer.

  • Votre véhicule doit être en parfait état de marche. Faites un entretien périodique.
  • Ayez une bonne provision de lave-glace.
  • Assurez-vous que les pneus d’hiver soient en bon état et gonflés à la pression recommandée.
  • Pourquoi attendre la première bordée avant d’installer les pneus à neige? Les performances de vos pneus d’été (ou quatre saisons) diminuent dès que la température est inférieure à 7 degrés Celsius. Et retirez-les à la fin avril ou à la mi-mai, selon les régions.
  • Si vos pneus à neige sont usés, remplacez-les. De bons pneus, bien choisis, vous permettront d’immobiliser votre véhicule dans un espace plus restreint, en cas d’urgence,
  • Déneigez complètement votre automobile! Rappelez-vous que la neige ou la glace, sur le toit de votre véhicule, peut s’envoler et provoquer un accident.
  • Consultez la météo et Transports Québec (Québec 511). Vous connaîtrez les prévisions pour les prochaines heures et les conditions routières.
  • À moins d’une obligation majeure, restez chez vous ou utilisez les transports en commun s’il fait tempête ou si les routes sont glacées.
  • Faites une pause si vous êtes fatigué.
  • En tout temps, misez sur une attitude de conduite préventive.

À mettre dans votre automobile

Assurez-vous d’avoir, dans votre automobile, les équipements suivants :

  • une pelle;
  • un grattoir;
  • un balai à neige;
  • des plaques antidérapantes;
  • un sac de sable;
  • de l’antigel pour les canalisations d’essence;
  • une lampe de poche et des piles neuves;
  • une trousse de premiers soins;
  • des câbles d’appoint;
  • des fusées d’urgence;
  • un fanion rouge;
  • une couverture chaude;
  • des bougies et des allumettes;
  • des bottes chaudes;
  • des gants ou des mitaines;
  • un foulard et une tuque;
  • votre téléphone cellulaire;
  • un extincteur;
  • de l’argent ou une carte de crédit.

Si un incident survient, vous aurez les équipements nécessaires pour vous dépanner.

Au Québec, nous aurons toujours un hiver. Un véhicule en bon état de marche, muni de bons pneus, et une conduite bien adaptée aux conditions routières vous permettront d’arriver à bon port. Et, si vous le pouvez, n’hésitez pas à vous inscrire à des cours de conduite hivernale. Vous en tirerez des bénéfices.

Un merci spécial à l’équipe de Michelin Canada, aux instructeurs Carl Nadeau et Mickaël Bolduc, de même qu’aux conductrices Suzanne Desmarais et Vanessa Blouin.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires