Dépister les troubles de santé mentale chez votre enfant

La liste des problèmes de santé mentale chez l'enfant qui pourraient toucher l’un de vos proches est longue. Dépression, psychose, troubles de santé mentale ou de l’alimentation… On estime qu’environ 20 % des jeunes Canadiens souffriraient de l’une de ces maladies.

Selon l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, les problèmes de santé mentale les plus courants chez les enfants sont les troubles anxieux, les troubles du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), la dépression, les troubles de comportement, la psychose, les troubles du sommeil et les troubles de l'alimentation.

Alors, comment peut-on la déceler le trouble de santé mentale chez notre enfant? Et surtout, quelle est la marche à suivre pour trouver les traitements adéquats afin que familles et enfants puissent mener une vie normale?

Trouble de santé mentale : enfants et adultes, même combat?

Tout d’abord, il faut savoir que les facteurs à l’origine des problèmes de santé mentale chez l'enfant sont les mêmes que chez l'adulte. En effet, le bagage génétique augmente les risques de souffrir d’un trouble, qui peut ensuite être aggravé ou déclenché par des aspects environnementaux et le stress.

Si ceux-ci sont reconnus chez les jeunes depuis seulement quelques décennies, plusieurs études ont mis en lumière que le nombre des symptômes, ainsi que la sévérité de ces troubles, sont identiques à ceux décelés chez l’adulte.

Par contre, et c’est ce qui rend le diagnostic difficile, l’enfant aura tendance à manifester ses problèmes de manières différentes puisque qu’il n’a pas toujours conscience de son mal-être, et peine à l’exprimer.

Par exemple, une dépression majeure touchera l’adulte dans son quotidien, tandis que les plus jeunes seront capables de fonctionner correctement dans certains cas, tout en conservant du plaisir dans la pratique de leurs activités.

Dépister le trouble de santé mentale chez l'enfant

Le premier indicateur qui pourrait vous permettre de tirer la sonnette d’alarme est souvent les changements de comportement, même légers. Votre enfant a-t-il perdu de l’intérêt pour ses loisirs préférés? Le sentez-vous moins investi qu’à l'habitude? Exécute-t-il ses tâches routinières avec moins d’entrain?

Troubles externalisés

Et selon si les troubles de santé mentale sont externalisés ou non, le dépistage peut s’avérer plus ou moins ardu. En effet, les problèmes de comportement, de conduite, oppositionnels avec provocation, ou encore les déficits d’attention avec ou sans hyperactivité auront tendance à se manifester relativement rapidement et d’être donc détectés plus facilement, comme dans un cadre scolaire, par exemple.

N’hésitez donc pas à rencontrer les professeurs et tout autre adulte qui côtoie votre enfant au quotidien. Sachez également qu’il n’est pas rare que les jeunes agissent différemment d’une sphère à l’autre de leur vie.

Troubles internalisés

À l’inverse, les jeunes souffrant de troubles de santé mentale internalisés, par exemple les troubles de l’humeur (dépressif, bipolaire) ou anxieux, exprimeront rarement les difficultés qu’ils vivent.

Si vous avez le moindre doute quant au bien-être de votre enfant, il est important que vous lui posiez des questions et qu’il se sente écouté. Soyez sensible à ses difficultés, sans jamais minimiser les difficultés auxquelles il fait face. Encouragez-le à se confier, que ce soit à vous ou à tout autre adulte de son entourage.

Dans le cas où votre enfant s'avère timide et qu’il peine à exprimer ses émotions, n’hésitez pas à lui proposer d’imaginer une histoire ou encore de dessiner ce qu’il ressent.

De plus, un outil développé par des professionnels et différents organismes québécois pourrait également vous éclairer sur un possible trouble de santé mentale. Le refer-O-Scope regorge de précieuses informations concernant les troubles de santé mentale, en plus de proposer un questionnaire qui vous guidera et vous aiguillera dans vos recherches.

Et ensuite?

Si vos inquiétudes concernant un trouble de santé mentale chez votre enfant se confirment, sachez que de nombreux recours existent. Tout d’abord, prenez rendez-vous avec votre médecin de famille, ou renseignez-vous auprès de votre CSSS pour connaître la marche à suivre afin d’obtenir un diagnostic et un éventuel traitement.

Ce dernier propose d’ailleurs une foule de services d’évaluation, de suivi, de traitement, d’intervention et de soutien, en plus d’orienter les enfants et les familles en difficulté vers les ressources appropriées, comme un psychiatre ou un psychologue. Il faut toutefois souvent être patient, le temps d’attente pour voir un spécialiste au Québec pouvant être passablement long.

Selon le trouble de santé mentale dépisté et sa gravité, et avant même d’envisager la prise de médicaments, les thérapies sont très souvent privilégiées dans un premier temps. En effet, les enfants y répondent généralement très bien, notamment grâce à leur plasticité cérébrale continuellement en développement contrairement aux adultes. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir une amélioration de l’état de votre enfant dès les premières séances.

Si, par contre, le trouble de santé mentale de votre enfant le nécessite, un traitement médical pourrait être proposé en parallèle.

Prévenir les troubles de santé mentale

Tout comme chez l’adulte, les problèmes de santé mentale doivent être traités pour éviter qu’ils ne réapparaissent. Selon la Commission de la santé mentale du Canada, 70 % des adultes souffrant de troubles de santé mentale jugent que leurs symptômes ont commencé à se manifester durant l’enfance.

Les thérapies, qu’elles soient individuelles ou familiales, vont alors permettre aux enfants d’acquérir les outils nécessaires pour gérer leur stress au quotidien, ou encore pour surmonter les difficultés auxquelles ils feront face au cours de leur vie.

Aussi, la mise en place de saines habitudes de vie est indispensable pour diminuer les risques de récidives. L’adoption d’une routine équilibrée, du sommeil à l’alimentation, ainsi qu’un environnement social et affectif sain, contribueront fortement à la stabiliser le trouble de santé mentale de votre enfant au quotidien.

Philippine de Tinguy, rédactrice Canal Vie, en collaboration avec la Dre Lila Amirali, pédopsychiatre à l’Hôpital de Montréal pour enfants
 

 

Vous aimerez aussi

Commentaires