Suicide chez les jeunes : causes et prévention

Le suicide chez les jeunes est un acte si intense et tellement insupportable que la plupart des parents et des proches ne sauront jamais comment s’en remettre. Il est affolant de constater qu’après les décès causés par un accident de la route, le suicide chez les jeunes se place au deuxième rang. Il s’agit d’un drame terrifiant auquel se rattachent les sentiments de culpabilité et d’impuissance extrêmes. Dans la série des douleurs humaines, celle-ci s’affiche en tête de liste.

Les causes du suicide chez les jeunes

Les hormones

L’adolescence est une période de vie tourmentée, caractérisée par une série de changements hormonaux et de grands bouleversements qui peuvent conduire le jeune à l’isolement et à l’éloignement de ses proches. Cette étape est souvent ponctuée de moments de dépression, surtout si l’adolescent est privé de soutien et d’écoute. Déjà, cette période transitoire vers le monde adulte devient un terrain propice aux pensées suicidaires. Si, de surcroît, s’ajoutent des problèmes secondaires, mais non négligeables, le suicide représente alors une solution envisageable pour le jeune.

La dépression

Une des premières causes du suicide chez les jeunes est la dépression. Les symptômes sont les mêmes que pour les adultes, mais ils sont souvent confondus avec les comportements de la « crise d’adolescence ». L’instabilité chimique du cerveau provoque un désintéressement général de la vie.

La violence familiale

D’autres situations déstabilisantes peuvent également être constatées lorsqu’un adolescent a choisi le suicide. Il peut connaître des difficultés d’ordre familial, comme la violence de ses parents ou les agressions sexuelles.

L'intimidation

L’intimidation à l’école et la cyberintimidation sont des phénomènes graves de plus en plus répandus. Les jeunes qui sont ciblés souffrent davantage de dépression et d’isolement. Ils craignent de parler de ce harcèlement et de confier leur malheur à autrui, de peur de subir davantage de maltraitance. Ce phénomène conduit inévitablement au décrochage scolaire. Certaines victimes peuvent tomber malades, avoir des difficultés à dormir et montrent des signes de dépression. Plusieurs enfants prendront un autre chemin pour se rendre à l’école, d’autres ne se présenteront plus en classe. Cette violence en milieu éducatif mène souvent au suicide. Tout récemment, plusieurs jeunes, plus particulièrement des filles, se sont suicidées à la suite d'actes d’intimidation. Les autorités scolaires affirment prendre les mesures nécessaires par la mise en place de programmes d’aide et de surveillance, mais le problème demeure profond et il est difficile à contrôler.

Autres causes du suicide chez les jeunes

Le divorce brutal, la famille recomposée déficiente, les chagrins d’amour et l’intimidation provoquent également le suicide chez les jeunes.

L’alcoolisme et la toxicomanie régnant au cœur du foyer familial, le manque d’amour et l’indifférence quant à ce que vit le jeune adulte représentent des situations stressantes, pouvant conduire le jeune à des intentions de suicide. 

Les signes avant-coureurs du suicide chez les jeunes

Si vous constatez des changements importants de comportement chez votre adolescent, vous avez raison d’être inquiets. Voici quelques exemples de signal d’alarme.

  • Votre enfant se détache et se désintéresse des activités qu’il appréciait auparavant.
  • Il préfère la solitude. Il fuit ses amis et évite toute discussion avec les membres de sa famille. 
  • Il néglige son apparence physique et il affiche un manque d’hygiène personnel.
  • Il manque de concentration quant à ses travaux scolaires et ses résultats sont à la baisse.
  • Ses habitudes de sommeil ne sont plus les mêmes et il modifie son alimentation dans le but de perdre du poids (anorexie ou boulimie).
  • Il consomme des drogues et de l’alcool, il devient irascible et colérique et fait montre de violence.
  • Il ne semble plus rire et ne montre plus d’intérêt pour ce qui le fascinait avant.

Ces quelques situations méritent votre attention et votre vigilance. Soyez à l’affut et demeurez prévoyants. Tous ces signes sont des messages porteurs d’un éventuel suicide. 

Les moyens suicidaires des jeunes

Il est déconcertant de constater à quel point il est facile d’obtenir une arme à feu, des drogues, de l’alcool et des médicaments de façon illicite. Tous ces éléments font partie des moyens utilisés pour faciliter un jeune à se suicider.

Selon certaines études, il y a plus de tentatives de suicide chez les jeunes filles que chez les jeunes garçons. Cependant, ces derniers utilisent des moyens plus drastiques pour entraîner la mort, comme les armes à feu et la pendaison. Les filles utilisent des moyens moins directs, comme la surdose de médicaments ou l’automutilation. 

Comment prévenir le suicide d'un jeune

Il est primordial de prendre au sérieux les signes avant-coureurs du suicide et les changements de comportement chez votre fils ou votre fille. Ces messages sont des cris au secours, des appels de détresse. L’indifférence et le manque de communication seraient vos pires ennemis. Il faut ouvrir le dialogue, poser des questions, écouter sans juger, le tout avec amour et patience. Fournir à votre enfant le moyen d’exprimer ses émotions librement l’aidera certainement à l’éloigner de ses intentions suicidaires. Abordez le sujet du suicide ouvertement et directement, et faites-lui part de vos préoccupations et de vos inquiétudes.

Toutefois, si vous n'êtes pas en mesure d’offrir le soutien adéquat à votre adolescent en péril, n’hésitez pas à demander de l’aide. Un autre parent, un enseignant, un professionnel de la santé sont des personnes ressources nécessaires, si vous vous sentez incapables de faire face à cette situation. 

Un autre facteur préventif serait d’éviter d’entreposer des armes à feu à la maison afin d’éviter le pire.

Les ressources et les traitements du suicide chez les jeunes

Il est primordial qu’un adolescent qui montre des signes de suicide obtienne de l’aide professionnelle. En situation de crise, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez faire appel à un orienteur scolaire, votre médecin de famille, un conseiller d’un centre détresse-secours, à un psychologue ou un psychiatre. Le personnel qualifié des salles d’urgence des hôpitaux ainsi que les conseillers en écoute téléphonique peuvent également venir à votre secours. Pour éviter le pire, agissez immédiatement!

Si votre jeune consulte un psychiatre, ce dernier évaluera son état dépressif et prescrira des médicaments en conséquence. Ce genre d’aide est parfois nécessaire afin d’aider le jeune patient à faire face à ses problèmes, à les identifier et à les régler.
 
Pour vous aider à affronter ce problème et à éviter le suicide, prenezbien soin de connaiître les services d’urgence dans toute la province.

N’oubliez pas aussi qu’en tout temps, les infirmières d’Info-Santé CLSC peuvent vous aider et vous diriger vers les meilleurs services pour vous ou vos enfants. Vous pouvez les joindre 20 heures sur 24 en composant le 8-1-1.

Jacinthe Dompierre, rédactrice Canal Vie
 

Vous aimerez aussi

Commentaires