Comment réduire les inflammations

L'inflammation peut faire des ravages sur notre corps et nuire à notre état de santé général sans que l’on s'en rende compte. Alors, comment peut-on réduire ou éviter ce phénomène qui peut provoquer toutes sortes de maux et nous gâcher la vie?

Qu’est-ce qu’une inflammation?

L’inflammation décrit l’ensemble des réactions générées par l’organisme pour répondre aux agressions comme les infections, les brûlures, les pathologies auto-immunes et les blessures. Agissant comme défense immunitaire, ce phénomène se caractérise par des rougeurs, de la douleur ressentie par à-coup, un gonflement ou un oedème, une sensation de chaleur et parfois même une incapacité fonctionnelle de la zone touchée.

Certaines inflammations, comme les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), peuvent-être provoquées par des facteurs environnementaux et comportementaux dont la pollution ou l’alimentation. Et, selon plusieurs spécialistes, ces maux passagers favoriseraient même l'apparition des maladies cardiovasculaires et  neuro-dégénératives, l’obésité et de certains cancers ou tumeurs.

Réduire l’inflammation

Sans surprise, les spécialistes préconisent d’emblée d’adopter des comportements sains pour réduire les symptômes de l’inflammation. Ainsi, l’activité physique, un sommeil de qualité et une alimentation saine seraient les premiers pas vers la guérison.

En effet, le sport va permettre à l’organisme de lutter contre le stress oxydant, un important facteur d’inflammation, tandis qu’une bonne nuit de sommeil aidera à la production de la protéine C réactive, qui agit de manière réparatrice. À l’inverse, le manque de sommeil favorisera plutôt la production de la protéine TNF-alpha qui peut, par exemple, provoquer des tumeurs.

Enfin, selon de nombreuses études scientifiques, l’alimentation jouerait un grand rôle dans l’apparition des inflammations. Le changement de certaines habitudes alimentaires va donc réduire, de façon significative, les symptômes qui y sont liés.

Modifier son alimentation

Les nitrites, les hydrocarbures, ou encore les glycotoxines sont des substances chimiques nocives que l’on trouve trop souvent dans notre alimentation. Selon plusieurs études scientifiques, elles stimuleraient en continu l’organisme en lui demandant d’activer de façon permanente ses défenses immunitaires, ce qui va entrainer par le même coup des réactions qui risquent d’endommager nos tissus et organes. Pour éviter ce phénomène, plusieurs habitudes sont à modifier.

Tout d’abord, on évite de cuire à trop haute température nos aliments. On privilégie donc la consommation d’aliments crus, cuits à la vapeur ou encore bouillis. On évite alors la friture et de trop griller les poissons et les viandes en préférant, par exemple, les cuissons saignantes plutôt que bien cuites. L’utilisation d’un autocuiseur peut également constituer une bonne alternative pour que les aliments n’atteignent pas une température trop élevée.

Certains produits sont également à proscrire puisqu’ils ne contiendraient pas les enzymes nécessaires à la dégradation et à la métabolisation des nutriments. C’est le cas des aliments archi-transformés, de la caféine, du sucre, des additifs ou des gras trans, pour ne citer qu’eux.

Enfin, l’adoption de nouvelles habitudes peut également faire la différence. Il est donc important de ne pas faire fumer l’huile ou toutes autres matières grasses au début de la cuisson. Aussi, il est préférable de porter une attention particulière à la composition de certains aliments afin de choisir ceux qui contiennent le moins de nitrates possible, cette substance chimique que l’on peut retrouver dans la charcuterie ou dans certains légumes par exemple.

Les aliments anti-inflammatoires

Si certains aliments sont donc à éviter pour réduire les inflammations, voir même à bannir, d’autres sont à privilégier pour réduire les symptômes de l’inflammation. D’ailleurs, les régimes mis en place par certains nutritionnistes et professionnels de la santé fleurissent depuis quelques années dans le but d’endiguer ce phénomène. Mais attention, il est primordial de consulter un médecin au préalable afin de trouver la diète qui correspondra le mieux à vos besoins.

Et avant de se lancer dans un changement alimentaire drastique, on peut toujours intégrer à son alimentation de nombreux aliments qui ont maintes fois fait leurs preuves.

  • Les Oméga-3, ces acides gras essentiels que le corps ne produit pas, vont agir positivement sur notre état de santé générale. On les retrouve dans les poissons gras comme le saumon, la truite, les sardines ou le maquereau, dans certaines huiles (comme le colza Canola) et le lin, et même dans les algues.
  • Aussi, les légumineuses et les graines constituent une bonne source de protéines, idéales pour bâtir les tissus corporels souvent endommagés par les inflammations. Entières, les graines sont une excellente source de fibres, tout comme les fruits et les légumes verts.
  • Les baies, pommes, poires, brocoli, poivrons rouges et oranges, patates douces ou encore les navets et les épinards vont agir comme antioxydants et sont de vraies mines d’or pour éviter ou calmer les inflammations. De son côté, la vitamine C va accélérer le processus de guérison.
  • Deux autres aliments vedettes sont bourrés d’antioxydants naturels et sont donc à consommer sans culpabiliser (mais avec modération!) : le chocolat noir et le thé vert.

Enfin, malgré les idées reçues, les épices et les condiments comme par exemple le cari, le curcuma, le gingembre, les oignons ou l’ail ont de réelles propriétés anti-inflammatoires, en plus de relever les plats et de mettre un peu de couleur dans notre assiette!

Philippine de Tinguy, rédactrice Canal Vie
 

Vous aimerez aussi

Commentaires