Tout sur les chasse-moustiques

Le choix d’un bon chasse-moustiques peut jouer un rôle vital dans le succès de votre été... Avec l’arrivée des beaux jours, nous nous réjouissons à l’idée de toutes les activités extérieures qui accompagnent la saison estivale : baignade, canot et kayak, barbecue, camping, randonnées en forêt... Jusqu’au moment où nous entendons le petit bourdonnement caractéristique des moustiques et autres insectes piqueurs et mordeurs! Comment profiter de l’été sans devenir fou à cause de ces « bibittes »?

Les moustiques... et les autres

On utilise généralement le terme « moustique » comme une généralité, mais ce n’est pas le seul insecte qui nous dérange lors de nos activités extérieures. Voici un aperçu des bestioles que nous sommes le plus à même de rencontrer au Québec :

Les irréductibles moustiques, ou « maringouins »

Ils sont surtout présents pendant les mois de juin et juillet. Ils se cachent lors des journées sèches et très ensoleillées, mais réapparaissent au coucher du soleil et sont actifs toute la nuit.

Les brulots

Ils sont tellement petits qu’ils peuvent passer à travers les moustiquaires! La piqure de ces insectes cause une sensation de brûlure, comme son nom l’indique.

Les mouches noires

Ces petites mouches ne piquent pas, elles « croquent » et arrachent un morceau de peau. On remarque souvent une goutte de sang séché. L’enflure est rouge et douloureuse, mais disparait en quelques heures, à condition de ne pas la gratter.

Les mouches à taons (à cheval, à vache)

Elles sont de très grosses mouches très voraces dont la piqure est très douloureuse. Il faut faire attention particulièrement lors des baignades et promenades sur l’eau, car elles aiment particulièrement la peau mouillée.

Les mouches à chevreuil

On les confond souvent avec les mouches domestiques, car elles leur ressemblent. Toutefois, on les distingue par leur grosseur (elles sont plus massives), leur couleur (elles sont plus pâles) et leur forme plus triangulaire. Elles causent des piqures douloureuses qui gonflent rapidement.

Les tiques

Il existe 12 espèces de tiques répertoriées au Québec, selon l'Institut national de santé Québec. Ce petit insecte passe souvent inaperçu, à moins qu’il ne s’accroche à notre peau. C’est la tique à patte noire qui transmet la bactérie Borrelia burgdorferi, responsable de la maladie de Lyme. Il faut donc éviter les morsures à tout prix.

Les produits disponibles

En fait, on trouve deux sortes de produits antimoustiques : ceux qui les tuent (pièges, etc.) et ceux qui les repoussent, le plus souvent grâce à une odeur qu’ils détestent. Ces produits qui sont censés éloigner les insectes sont divisés en deux grandes familles.

Les produits à base de DEET

Le DEET est un élément chimique à l’odeur forte et reconnaissable entre toutes. La molécule est homologuée depuis les années 50 et elle est actuellement ce qui se fait de plus efficace sur le marché. Toutefois, ce produit a quelques détracteurs (voir plus bas). Il existe plusieurs marques populaires : Off, Muskol, Watkins.

Les autres

Les produits sans DEET sont le plus souvent à base de citronnelle, d’eucalyptus ou d’huile de lavande. On trouve aussi depuis quelques années un produit qui contient une nouvelle molécule chimique que l’on appelle « icaridine. » Ce nouveau produit est apparemment aussi efficace que le controversé DEET, mais sans les inconvénients.

Ce produit serait aussi efficace que le DEET et même plus étant donné sa durée d’action.

Notez que les seuls produits qui réussissent à éloigner les tiques sont ceux à base de DEET ou d’icaridine.

Toxique, le DEET?

Depuis quelques années, la molécule chimique la plus courante (et la plus efficace) contre les moustiques est étudiée à la loupe par les scientifiques. En effet, plusieurs études prouvent que le DEET pourrait, dans certains cas, affecter le système nerveux central.

Depuis 2004, les produits à base de DEET sont contrôlés au Canada et ne doivent pas contenir plus de 30 % de la molécule chimique. Santé Canada estime que les produits à base de DEET sont sécuritaires s’ils sont utilisés strictement comme le recommande l’emballage. Il faut tout de même demeurer prudent et respecter la dose maximale recommandée :

  • Bébés de 6 mois à 2 ans : 10 % de DEET ou moins, 1 seule fois par jour;
  • Enfants de 2 ans à 12 ans : 10 % de DEET, jusqu’à 3 fois par jour;
  • Enfants de plus de 12 ans et les adultes : 30 % de DEET ou moins.
  • Femmes enceintes ou qui allaitent : 30 % de DEET ou moins, un maximum de 2 fois par jour

Les pourcentages de concentration ne limitent pas l’efficacité du produit, mais plutôt la durée pendant laquelle il est efficace. La population est fortement encouragée à ne pas acheter des produits qui contiendraient une plus forte concentration de DEET par Internet ou aux États-Unis.

Comment appliquer les produits

Il est toujours nécessaire de bien lire le mode d’emploi du produit que vous avez choisi. Certains doivent être simplement vaporisés sur la peau et/ou les vêtements. D’autres sont sous forme de crème et doivent être appliqués en massant légèrement la peau.

Dans tous les cas, il ne faut pas répéter les applications plus fréquemment que ne le recommande la notice, et il faut éviter de mettre du produit près des yeux, de la bouche et de toute blessure ouverte.

Si vous utilisez aussi une crème solaire, il faut toujours appliquer celle-ci en premier, puis attendre un minum de 15 minutes avant de vaporiser votre antimoustique.

Des alternatives biologiques

Plusieurs compagnies proposent des antimoustiques 100 % biologiques et naturels. Les ingrédients les plus fréquemment retrouvés dans ces produits sont la citronnelle, l’eucalyptus, l’huile de soya et la lavande.

Notons, entre autres, la gamme de produits pour toute la famille à base de citronnelle proposée par Druide. Elle est réputée très efficace et plusieurs ne jurent que par ces produits.

On trouve aussi des bracelets antimoustiques odorants qui repoussent efficacement les insectes.

De plus, n’hésitez pas à demander conseil au vendeur de votre magasin bio préféré : il aura sûrement d’autres produits efficaces à vous proposer.

Quelques conseils supplémentaires

Il existe aussi plusieurs méthodes pour repousser les moustiques sans appliquer un produit sur la peau. Évidemment,  celles-ci ne fonctionnent que si vous restez au même endroit, par exemple pour un barbecue ou une journée au bord du lac. Ainsi, les chandelles à la citronnelle, les diffuseurs d’huiles essentielles, les flambeaux, les pièges odorants, les spirales d’encens et autres bâtonnets à brûler sont assez efficaces... Et on peut même trouver des diffuseurs auditifs d’ultrasons qui repoussent les bestioles!

À noter : les spirales dégagent une fumée qui peut être toxique pour les voies respiratoires, mais uniquement si elles sont utilisées dans des endroits fermés (dans une chambre, par exemple). Si on les utilise tel qu’inscrit sur l’emballage, ils ne représentent aucun danger puisque la concentration en toxines chimiques est trop minime et s’évapore dans la nature avant qu’on l’inhale.

Si vous souhaitez explorer les bois ou faire du camping en pleine forêt, n’oubliez pas que l’aérosol antimoustique n’est pas votre seul allié pour éviter les piqures. Vous devriez aussi :

  • Porter des vêtements amples et en tissu serré, de couleur claire, qui couvrent tout le corps : manches longues et pantalons.
  • Rentrer les chandails dans les pantalons et les pantalons dans les bas, pour ne pas laisser d’accès... D’accord, vous n’aurez pas l’air très sexy, mais c’est un choix à faire!
  • Vaporiser votre chapeau.
  • Éviter les lieux de propagation des moustiques (eaux stagnantes).
  • Éviter de sortir lorsque les insectes sont les plus actifs, au coucher et au lever du soleil.

Alors, êtes-vous prêts à affronter ces bestioles?

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi