Pour ou contre la fluoration de l'eau?

Brosse dents fluoration eau

Ajouté à l'eau de consommation de plusieurs villes, le fluor est loin de faire l'unanimité. Partout dans le monde, des groupes de pression s'affrontent pour en faciliter ou en bannir l'utilisation. Mais qu'est-ce que le fluor? Quels sont ses bienfaits? Et ses dangers?

Le fluor est le 13e élément le plus abondant dans la croûte terrestre. Utilisé comme fondant dans l'Antiquité, il entre dans la composition de plusieurs produits, dont le Teflon de nos poêles et de nos chaudrons, les fréons, la pâte dentifrice et le Prozac®.

Dans sa forme gazière, aux conditions normales de température et de pression, il peut provoquer de graves brûlures sur la peau, les os et les muqueuses. Il entre d'ailleurs dans la composition du gaz sarin, une arme de destruction massive interdite depuis 1991.

Les dentistes en veulent!

Présent à l'état naturel dans l'eau de la nappe phréatique, le fluor fait l'objet d'un débat qui perdure depuis le milieu des années quarante. De nombreuses villes y ont recours. En fait, 75 % des grandes agglomérations d'Ontario ajoutent ce produit à l'eau de consommation. Chez nos voisins du Sud, six villes sur 10 font de même. Au Québec, seulement 9 % de l'eau potable traitée par les municipalités est fluorée.

De nombreux experts, organismes et mouvements de pression militent en faveur de l'ajout du fluor dans l'eau, partout dans le monde. Parmi ceux-ci, l'Organisation mondiale de la santé y voit un moyen efficace pour contrer la croissance des caries dentaires.

Au Québec, par exemple, le ministère de la Santé et des Services sociaux, l'Ordre des dentistes, l'Ordre des hygiénistes dentaires, le Collège des médecins et la Fédération des médecins omnipraticiens, pour ne nommer que ceux-là, appuient la Coalition de Montréal pour des dents en santé. Cette dernière réclame, depuis plusieurs années, la fluoration de l'eau montréalaise.

Pour la fluoration de l'eau

Selon de nombreuses études, l'ajout de fluor dans l'eau a des effets bénéfiques sur la santé dentaire chez toutes les couches de la population. En fait, les dentistes constatent une augmentation significative du taux de caries dentaires chez les enfants qui vivent dans des villes où le fluor n'est pas utilisé dans le traitement de l'eau potable.

À Montréal, dans l'arrondissement Côte-des-Neiges, le taux de caries dentaires atteint 47 %. À quelques kilomètres de là, soit à Dorval, où l'eau est fluorée depuis plusieurs années, ce taux chute à 8 %.

Fluor et foetus

La présence de fluor dans l'eau serait également utile pour le développement du foetus. Les ions de fluor, récupérés dans le système sanguin de la maman, se retrouvent dans le corps de l'humain en devenir. En plus d'être répartis dans le corps de l'enfant à naître, ils contribuent à rendre les dents, alors en formation, plus résistantes à la carie.

De plus, la fluoration est bénéfique pour la santé dentaire de toutes les couches de la population, notamment chez les adultes et les personnes âgées qui, au cours de leur vie, sécrètent de moins en moins de salive.

Contre la fluoration de l'eau

Pour les détracteurs de la fluoration de l'eau, l'argument d'une meilleure santé dentaire ne tient pas la route. Ils y voient plutôt un risque pour la santé attribuable à l'accumulation d'une substance toxique dont les effets à long terme sur l'organisme sont méconnus. Un chercheur de l'Université Saint-Laurent (État de New York) s'inquiète même des dommages possibles aux os. Les glandes thyroïde et pinéale, voire le quotient intellectuel, pourraient également être affectées, estime-t-il.

Au Québec, la Coalition Eau Secours! milite pour une eau sans fluor. Se basant sur diverses études, ses membres concluent que le fluor ajouté à l'eau n'a pas d'effet significatif sur la santé dentaire puisqu'une large part de ce produit est ingérée alors qu'une infime partie se dépose sur les dents.

Les coûts

De plus, les coûts varient d'environ 800 $ par tonne métrique pour l'acide fluorosilique (liquide) et 3800 $ par tonne métrique pour le fluorure de sodium, sous forme solide. Or, seulement 1 % de l'eau traitée sert à la consommation humaine. Les 99 % restants servent à d'autres fins (lavage, cuisson, arrosage extérieur, fuites des réseaux d'alimentation, etc.).

De plus, l'organisme de pression estime que les impacts environnementaux du fluor sont méconnus.

Un débat qui demeure

Doit-on ajouter du fluor dans l'eau de consommation? Pour certains, ce produit, classé comme déchet dangereux par Environnement Canada, a quand même des vertus, mais de nouvelles recherches alimentent le doute.

En janvier 2011, le Département de la santé et des services sociaux et l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis ont annoncé des mesures destinées à réduire la teneur en fluor dans l'eau de consommation. Les deux organismes gouvernementaux estiment que la population bénéficie d'un accès plus large à des produits contenant du fluor tels les rince-bouche et la pâte dentifrice.

De plus, l'apport excessif de fluor avant l'âge de huit ans pourrait provoquer une fluorose qui nuit à la bonne maturation de l'émail des dents. Ils recommandent donc de fixer à 0,7 milligramme le taux de fluor par litre d'eau. Actuellement, plusieurs villes maintiennent ce taux à 1,2 milligramme par litre. Le débat demeure donc entier.

Pas facile de trancher sur la question! Pour l'heure, partisans et détracteurs demeurent sur leurs positions. Il ne vous reste qu'à vérifier, auprès de votre localité, si l'eau que vous consommez contient une concentration de fluor plus élevée que celle présente dans la nature. Puis, il vous faudra prendre une décision face à vos propres convictions, en consommant de l'eau du robinet, fluorée, ou de l'eau embouteillée.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Vous aimerez aussi