Les personnes électrosensibles

Imaginez que vous subissez des sensations de brûlure, des maux de tête, voire des chocs électriques à répétition. C'est le lot quotidien de milliers de personnes dans le monde! Elles sont électrosensibles : un phénomène encore peu connu. Et leur sort est loin de s'améliorer.
 
En effet, les sources pouvant affecter les personnes électrosensibles se multiplient depuis quelques décennies.
 
Elles peuvent notamment être affectées par :

  • Les écrans d'ordinateur;
  • Les téléviseurs à écran plat;
  • Les téléphones sans fil;
  • Les appareils cellulaires;
  • Les lignes à haute tension;
  • Les tours de transmission de téléphonie mobile;
  • Les transformateurs électriques;
  • Les ampoules fluocompactes;
  • Les avions, les trains et les automobiles;
  • Les radars;
  • Les électroménagers;
  • Les fours à micro-ondes;
  • Les systèmes Wi-Fi de bureau ou domestique.

En fait, tout appareil utilisant les ondes hertziennes peut affecter ces personnes d'une façon plus ou moins importante. Et ces technologies, de plus en plus utilisées, risquent de causer de sérieux problèmes à une partie de la population. D'ailleurs, l'installation de compteurs intelligents, prévus par Hydro-Québec, est loin de faire l'unanimité.

Incidence

L'Organisation mondiale de la santé a reconnu, dès 2005, que les champs électromagnétiques et/ou les micro-ondes pouvaient affecter certaines personnes.
 
« Depuis quelque temps, un certain nombre d'individus signalent divers problèmes de santé qu'ils attribuent à leur exposition aux champs électromagnétiques. Si certains rapportent des symptômes bénins et réagissent en évitant autant qu'ils le peuvent ces champs, d'autres sont si gravement affectés qu'ils cessent de travailler et modifient totalement leur mode de vie. Cette sensibilité présumée est généralement appelée « hypersensibilité électromagnétique » ou HSEM). »
 
Toutefois, l'incidence est peu élevée - environ 2,7 à 6 % de la population, selon des études effectuées dans divers pays - et peu reconnue par les professionnels de la santé.

Les symptômes

  • Symptômes dermatologiques : rougeurs, picotements, sensation de brûlure.
  •  Symptômes neurasthéniques : fatigue, lassitude, difficulté de concentration, étourdissements, nausées, maux de tête, palpitations cardiaques et troubles digestifs.
  • Douleurs aux membres antérieurs et postérieurs, de même qu'à la colonne vertébrale pour les gens les plus affectés.

Ces symptômes peuvent induire certains comportements dont :

  • l'évitement de certaines zones où les micro-ondes sont plus denses;
  •  des difficultés à se concentrer;
  • des troubles du sommeil;
  • l'absentéisme au travail;
  • l'isolement social;
  • des difficultés financières (en raison des coûts pour modifier le système électrique de la maison ou l'absentéisme fréquent au travail).

Certaines personnes se voient dans l'obligation d'organiser leur vie en fonction de ce problème, voire de divorcer.

Des études qui se contredisent

Plusieurs chercheurs se sont penchés sur le phénomène. Et leurs travaux ont donné des résultats mitigés.
 
Depuis que la science porte un intérêt particulier à l'électrosensibilité, environ la moitié des études n'ont pas été concluantes.
 
L'autre moitié a donné des résultats plus probants, mais certains de leurs auteurs ont fait l'objet de soupçons en ce qui a trait à d'éventuels conflits d'intérêts. Toutefois, les allégations n'ont pas été prouvées.
 
Des études récentes laissent croire que certaines personnes sont plus sensibles que d'autres aux champs électromagnétiques. Pourquoi? Le mystère demeure entier.

La pointe de l'iceberg

Sommes-nous en présence d'un phénomène qui prend de l'ampleur? Difficile, à ce stade, de répondre à cette question. Comme nous l'avons vu plus haut, les études se contredisent et les professionnels de la santé sont peu outillés pour poser un diagnostic rapide... et convaincant. Mais rappelez-vous, l'épuisement professionnel n'était pas considéré comme une maladie, il y a quelques décennies à peine. D'ailleurs, le terme « burnout » a été utilisé pour la première fois en 1969... Mais il a fallu attendre les années 80 pour enfin reconnaître la maladie.
 
Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires