Les maux de Noël

Le temps des fêtes est arrivé, ou presque. Nous en profitons pour rencontrer parents et amis. Les tables sont bien garnies et l'alcool coule parfois à flots. Toutefois, cette période de réjouissances entraîne à l'occasion des maux plus ou moins sérieux, qui vont du simple rhume jusqu'à l'indigestion sévère. Comment se débarrasser des petits maux de Noël?

Rhume

Maladie infectieuse des voies respiratoires hautes, le rhume se transmet par inhalation, lorsqu'une personne tousse ou éternue près de nous, ou par contact avec une surface infectée par des sécrétions nasales et/ou de la salive contaminée. Le virus, qui se manifeste surtout par temps froid, entre dans l'organisme par les yeux, le nez ou la bouche.

La meilleure façon de prévenir le rhume est le lavage fréquent des mains, et/ou l'utilisation régulière de gel antiseptique.

Si des personnes toussent ou éternuent près de vous, demandez-leur de le faire dans le repli du coude, s'ils n'ont pas de papiers-mouchoirs à portée de la main.

Une alimentation équilibrée et un nombre suffisant d'heures de sommeil aident sensiblement à prévenir les rhumes.

Il n'existe aucun traitement antiviral reconnu pour guérir le rhume. Toutefois, vous trouverez, dans le commerce, des traitements qui permettront d'en soulager les symptômes : la toux, l'écoulement et la congestion nasale, la fièvre et les maux de tête.

Si vous êtes affecté, il est préférable de garder le lit et de boire des liquides.

« Crise de foie »

Ne tombez pas de votre chaise, mais la « crise de foie » n'existe pas, médicalement parlant. Il peut s'agir de migraine accompagnée de nausées ou de vomissements. Vous pouvez aussi être aux prises avec une bonne indigestion, une infection de votre tube digestif (gastro-entérite), voire une diarrhée ou un problème à la vésicule biliaire.

Certes, votre foie peut être malade, si vous souffrez d'hépatite, de cancer ou de cirrhose. Mais ce sont là des maux autrement plus grave que ce qu'on appelle une crise de foie.

Indigestion

Lors de cette période de réjouissances, les repas sont généralement plus riches et plus copieux. Bien sûr, nous savons recevoir. Mais il est possible, lorsqu'on mange trop, de ressentir des malaises tant à l'estomac qu'aux intestins. Nausées, ballonnements, brûlures et spasmes accompagnent l'indigestion.

Pour se remettre d'une indigestion, il est préférable de ne pas grignoter. Préférez plutôt des légumes en grande quantité (fenouil, asperges, céleri ou poireaux) et buvez de l'eau. Vous aurez ainsi le sentiment d'être rassasié en absorbant peu de calories. Une soupe à base de lait écrémé fera aussi le travail.

Lorsque vous vous sentirez mieux, mangez un repas léger, préférablement du poisson ou de la volaille. Évitez les mets plus gras et les sucreries. Sortez prendre l'air. Marchez, nagez, faites du sport.

Gastro-entérite

D'origine virale ou bactérienne, souvent contractée lors de la manipulation ou l'absorption de produits contaminés, la gastro-entérite se caractérise par une perte d'appétit, des crampes abdominales, des nausées, des vomissements, des selles liquides, des maux de tête et une fièvre légère. Généralement, les symptômes disparaissent après 24 heures.

La contamination peut venir d'un objet que vous touchez après une personne atteinte, voire lors d'épidémies, plus fréquentes en hiver dans le nord de l'Amérique.

À favoriser

Si vous êtes atteint, il est préférable de ne rien manger la première journée, car vous pourriez vomir tout ce que vous absorberez. Si vous les tolérez, buvez de l'eau, des liquides clairs des solutions orales de réhydratation, des boissons pour sportifs ou des boissons gazéifiées. Introduisez quelques aliments dès la deuxième journée. Privilégiez les soupes claires, les bananes, les craquelins, le riz, le gruau et la nourriture molle. Cessez de manger si les malaises réapparaissent.

À éviter

Pour un soulagement plus rapide, évitez de consommer des produits laitiers, des jus d'agrumes, des viandes ou des plats épicés, des légumes crus, des aliments riches en gras ou en fibres, de même que des friandises.

La gueule de bois

Vous avez abusé de la dive bouteille. Vous vous réveillez le lendemain avec un mal de tête, l'estomac à l'envers et des nausées. Vous voilà aux prises avec une bonne « gueule de bois ».

Que faire?

  • Dans un premier temps, reposez-vous. Fermez les stores, tamisez les lumières et dormez quelques heures. Vous vous sentirez mieux.
  • Mangez léger. Servez-vous une bonne soupe poulet et nouilles. Le bouillon vous procurera l'apport en sel et en liquide qui favorisera l'élimination de l'alcool.
  • Une banane recouverte de miel, un oeuf à la coque, des craquelins favorisent aussi l'élimination des substances toxiques.
  • Les jus de tomates et de légumes, de même que de légers exercices physiques, auront également des effets bénéfiques.
  • Buvez de l'eau, de la tisane (camomille, menthe, gingembre)
  • Absorbez de la vitamine B6 pour calmer les nausées.
  • Faites de l'exercice. Une bonne marche vous fera le plus grand bien.

Mieux vaut prévenir

Vous pouvez également éviter la gueule de bois en ingurgitant une consommation à l'heure et en absorbant un verre d'eau entre chaque verre d'alcool. Vous éviterez ainsi la déshydratation, souvent responsable des malaises du lendemain.

Le meilleur moyen d'éviter les maux de Noël demeure la prévention.

  • Lavez-vous fréquemment les mains
  • Évitez les repas trop copieux et les soirées bien arrosées.
  • Mangez sainement, méfiez-vous des excès.
  • N'oubliez pas de faire un peu d'exercice.

En observant ces quelques règles de base, vous vous sentirez mieux.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Vous aimerez aussi