Le point sur la cigarette électronique

La cigarette électronique occupe de plus en plus de place sur les rayons... Et dans les médias. Ce produit mis au point en Chine en 2004 attire la curiosité des fumeurs et des chercheurs. On en voit au bureau, dans les transports en commun. Mais ce petit appareil suscite la controverse. Le point sur la cigarette électronique, ou e-cigarette.

La cigarette électronique est, en fait, un gadget destiné a priori aux fumeurs. Elle comprend une diode qui rappelle le bout incandescent d'une cigarette qui se consume, une batterie, un capteur d'aspiration, un vaporisateur, une chambre de vaporisation, un réservoir et un inhalateur. L'utilisateur absorbe de la vapeur d'eau. Quelques modèles peuvent être rechargés, d'autres non. Certaines contiennent de la nicotine, mais elles sont interdites au Canada, du moins pour le moment.

« Vapoter » ou non?

Pour plusieurs fumeurs et même certains non-fumeurs (en France, 30 % des ex-fumeurs et des fumeurs occasionnels l'utilisent), la cigarette électronique constitue une panacée. Elle répondrait à une dépendance, soit le geste de porter une cigarette à ses lèvres. Même si elle n'est pas conçue pour les non-fumeurs, un petit groupe d'entre eux l'utilisent quand même.

L'appareil est à l'origine d'un néologisme. En effet, les consommateurs de e-cigarettes font l'action de « vapoter », selon le verbe inventé en France.

Pour la cigarette électronique

Les fabricants et les distributeurs soutiennent que la cigarette électronique serait sans danger. Après avoir examiné une quinzaine d'études indépendantes, des chercheurs de Boston estiment que le produit est 1000 fois moins nocif que le tabac.  Aucune intoxication n'a été signalée depuis la mise en marché des appareils.

En Italie, des chercheurs ont affirmé que 50 % des fumeurs avaient diminué leur consommation de nicotine après six mois d'utilisation.

Nicotine moins toxique

Au Royaume-Uni, l'une des plus importantes organisations de lutte contre le tabagisme a adopté une position favorable face à l'utilisation de ce gadget. « La plupart des maladies associées au tabagisme sont causées par la fumée inhalée et les centaines de produits chimiques qu'elle contient. Comparativement, la nicotine est relativement inoffensive, écrivent ces spécialistes anglais. Les e-cigarettes, qui délivrent de la nicotine sans les toxiques dangereux de la fumée du tabac, sont probablement une alternative moins nocive au tabagisme ».

Vapeurs d'eau

La « fumée » émise par la cigarette électronique ne contient que de la vapeur d'eau. Les personnes situées à proximité ne sont donc pas affectées par la toxicité des produits du tabac, ni par l'odeur.

Pratique... partout!

La cigarette électronique peut être utilisée partout, sauf dans les avions.  Les consommateurs suscitent la curiosité de nombreuses personnes, notamment dans les transports en commun.

Contre la cigarette électronique

De nombreux organismes ont émis de sévères mises en garde contre ce produit, partout dans le monde.

Un impact mal évalué

Le directeur national de santé publique du Québec invite la population « à s'abstenir de consommer les cigarettes électroniques ainsi que tous les autres produits comparables, qu'ils contiennent ou non de la nicotine, jusqu'à ce que soient mieux compris les impacts de leur consommation sur la santé, » peut-on lire dans un avis diffusé en juin 2011.

Santé Canada, après avoir émis un avis déconseillant leur utilisation, autorise la vente de cigarettes électroniques sans nicotine, mais interdit celles qui contiennent ce produit.

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration estime que les e-cigarettes contiennent « des éléments cancérigènes comme le propylène de glycol, un ingrédient présent dans l'antigel ».

En France, ces gadgets « ne peuvent être considérés comme une alternative sans danger à la cigarette ».

L'Organisation mondiale de la santé qualifie ces cigarettes de « très dangereuses » en raison de « la toxicité éventuelle des substances qu'elles renferment, en particulier le propylène glycol ».

La Russie s'apprêterait à interdire le produit.

Les coûts

Chaque cigarette électronique se vend une dizaine de dollars, pour une trentaine d'utilisations. Or, un paquet de 25 cigarettes coûte entre 7 et 11 dollars, selon la marque choisie et le détaillant fréquenté. Le coût est donc comparable, mais la e-cigarette, sans nicotine, est moins intéressante pour les gros fumeurs.

Les positions évoluent

Les positions des différents organismes évoluent au rythme des études. Ainsi, selon La Presse, la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac est ouverte « à tout outil qui pourrait aider les gens à arrêter de fumer. En 2007, nous étions embêtés par l'arrivée de ce produit. Depuis, notre position a évolué », a déclaré la porte-parole Flory Doucas lors d'une entrevue accordée au quotidien montréalais.

Envie de « vapoter »? La vente de cigarettes électroniques demeure légale au pays, à condition que ces gadgets ne contiennent pas de tabac. Mais les positions évoluent au rythme des études. Si vous devez faire un choix, il serait préférable d'attendre que les chercheurs s'accordent sur leur toxicité.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires