Les laxatifs, quels choisir?

Quelles sont les conséquences à court et long terme de l'utilisation des laxatifs?

À l'occasion, presque tout le monde vit des petits problèmes de constipation passagère. Il existe de nombreux médicaments, les laxatifs, destinés à soulager ce malaise. Mais sont-ils réellement sans danger? 

Les différentes sortes de laxatifs

On peut trouver sur le marché un grand nombre de laxatifs qui agissent différemment sur le corps. On les prend par voie orale ou recale et leur effet est plus ou moins rapide selon leur composition. Voici un petit résumé des laxatifs disponibles en pharmacie.

Laxatifs par voie orale

Il existe globalement 5 grandes familles de laxatifs.

Les laxatifs de lest

Composés de fibres alimentaires ou de mucilage (un composé végétal qui gonfle au contact de l'eau), ils se présentent généralement sous forme de poudre ou de granulés. Il faut les prendre avec beaucoup d'eau, et ils font augmenter le volume des selles. Ils agissent en 1 à 3 jours. Ce sont les laxatifs les plus doux pour le corps.

  • Effets secondaires : flatulences, ballonnements, crampes abdominales.
  • Exemples : Metamucil, Parapsyllium, Mucivital, etc.

Les laxatifs lubrifiants

Ils sont à base d'huile minérale comme la paraffine ou la vaseline. Ils enduisent les selles d'une fine couche lubrifiante, ce qui les fait « glisser » plus facilement. Il est préférable de ne pas utiliser ce type de laxatifs sur une longue période de temps, car ils « enduisent » les intestins d'une pellicule qui réduit l'absorption de vitamines et autres minéraux importants.

  • Effets secondaires possibles : diarrhées, crampes à l'estomac, risques respiratoires (surtout chez les personnes âgées).
  • Exemples : huile de paraffine, Lansoyl, Transitol, etc.

Les laxatifs émollients

Ils contiennent des composés chimiques qui favorisent le ramollissement des selles et facilitent ainsi leur passage sans avoir besoin de forcer. Ils agissent en 3 jours environ.

  • Effets secondaires possibles : maux de ventre, nausées, vomissements, diarrhées persistantes.
  • Exemples : Regulex, Ex-Lax, Surfak, etc.

Les laxatifs osmotiques

Ce sont les laxatifs les plus largement utilisés. Ils sont composés de sel, de sucre non assimilable ou de lait de magnésie. Ils fonctionnent en attirant et retenant l'eau dans les selles, ce qui les ramollit et les rend ainsi plus faciles à expulser. Ils créent aussi beaucoup de gaz intestinaux, ce qui ajoute de la « pression » et aide aussi à l'expulsion. Ils agissent très rapidement, soit 1 à 2 heures après la prise.

  • Effets secondaires : flatulences, diarrhées, crampes, déshydratation.
  • Exemples : Miralax, Forlax, Sorbitol, etc.

Les laxatifs stimulants-irritants

Ces médicaments agissent directement sur les muqueuses intestinales en stimulant et augmentant la production d'eau. Leur effet est très rapide. L'usage en est déconseillé, car ils sont très irritants pour le côlon et peuvent créer des inflammations très rapidement. Ils sont utilisés dans des circonstances occasionnelles, par exemple avant une chirurgie afin de vider très rapidement les intestins.

  • Effets secondaires : crampes, diarrhées, brûlures rectales.
  • Exemples : Agiolax, Peristaltine, Tonilax.

Laxatifs par voie rectale

Ces médicaments se retrouvent sous forme de suppositoires ou de lavements qui contiennent de la glycérine ou des laxatifs osmotiques (voir ci-dessus). On les introduit dans l'anus, et leur effet se fait généralement sentir assez rapidement...

Quand utiliser les laxatifs?

Les laxatifs sont des médicaments en vente libre, mais ils restent des médicaments! Il est nécessaire de toujours demander conseil à votre pharmacien avant d'acheter des laxatifs : il saura vous conseiller.

Les laxatifs devraient toujours être pris de manière occasionnelle. Si les symptômes de constipation persistent, il est primordial de consulter un professionnel de la santé afin de découvrir l'origine du problème.

Les effets indésirables des laxatifs

Les médicaments contre la constipation ne devraient jamais être utilisés de façon continue sans prescription médicale, car ils peuvent être à l'origine de problèmes chroniques :

Une dépendance aux laxatifs

L'intestin devient « paresseux » et ne parvient plus à faire son travail sans aide extérieure. Il peut même devenir nécessaire d'augmenter continuellement les doses de médicaments.

La « maladie des laxatifs »

Elle survient assez rarement, mais se manifeste par une forte dépendance, accompagnée de lésions des muqueuses intestinales. Il y a alternance de diarrhée et de constipation sans que rien ne semble efficace pour réduire les symptômes.

Les femmes enceintes devraient généralement éviter tous les laxatifs, à l'exception des laxatifs de lest, car les crampes abdominales qui les accompagnent peuvent souvent causer des contractions prématurées.

Les solutions naturelles

Dans les cas de constipation passagère, plusieurs solutions naturelles devraient être envisagées avant de prendre des médicaments :

  • Consommer plus de fibres naturelles (fruits, légumes verts, légumineuses).
  • Boire beaucoup d'eau.
  • Éviter les aliments gras (friture), les choux, les fromages fermentés, l'alcool et les plats trop épicés.
  • Augmenter l'activité physique : 30 minutes de marche quotidienne suffisent souvent à stimuler le transit intestinal.
  • Aller aux toilettes à heures fixes (par exemple, après le petit déjeuner).

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires