Diabète : de nouvelles découvertes pour le prévenir

Au Canada comme ailleurs dans le monde, le diabète fait de plus en plus de ravages parmi la population. Il serait même responsable de plus de 10 % des décès. Toutefois, de nouvelles découvertes viennent redonner espoir aux victimes de cette maladie.

La plus récente découverte semble fort encourageante pour les millions de victimes du diabète de type 1 à travers le monde. Un médicament utilisé pour traiter le psoriasis modéré ou grave, l’Aléfacept, permettrait de stabiliser la maladie chez certains ou de ralentir sa progression chez d’autres.

Lors d’une récente expérience clinique, 49 individus ont reçu des injections du médicament ou un placébo. Chez les 33 personnes traitées, les chercheurs ont constaté que la production naturelle d’insuline demeurait plus stable dans les quatre heures suivant le repas.

Qui plus est, les personnes ayant reçu le médicament ont connu moins d’épisodes d’hypoglycémie, soit une diminution du taux de sucre dans le sang.

Encourageants, les résultats préliminaires indiquent toutefois que le médicament ne permettra pas de guérir la maladie. Il faudra donc poursuivre les recherches pour trouver un médicament qui enrayera ce fléau.

Prévenir le diabète

Trois études réunissant plus de 187 000 personnes à travers le monde ont permis de déterminer que la consommation régulière de certains fruits, très disponibles sur le marché, réduit de façon significative les risques de développer un diabète de type 2, le plus fréquent.

Les myrtilles seraient les plus efficaces. Toutefois, la consommation de raisins, de pommes, de poires, de bananes et de pamplemousses, deux fois par semaine, a eu un effet préventif efficace chez de nombreux participants.

En contrepartie, la consommation de jus de fruits industriels augmenterait considérablement le risque de développer la maladie, du moins selon les chercheurs. Dans le groupe cible, la proportion de l’augmentation du risque a atteint 21 %.

D’autres aliments, tels les fraises et le melon, auraient une incidence sur la hausse de risque de développer la maladie.

Un régime qui fait ses preuves

Une étude italo-australienne récente fait un lien entre le régime méditerranéen, réputé pour sa faible teneur en glucides, et une réduction de 12 % des risques de développer le diabète le plus courant.

L’étude, qui regroupait plus de 22 000 participants, a démontré l’efficacité du régime, certes, mais aussi ses avantages pour le maintien d’un poids santé.

Le régime méditerranéen s’appuie sur la consommation de légumes, de céréales, de poissons, de fruits de mer et d’huile d’olive.

Les types de diabète

De type 1

Il existe deux types de diabète. Celui de type 1, qui touche 10 % des personnes atteintes, apparaît généralement à l’enfance, à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Il se caractérise par l’absence ou la faible production d’insuline.

De type 2

Le diabète de type 2, le plus fréquent, touche 90 % des diabétiques. Étroitement lié au mode de vie, il apparaît généralement vers l’âge de 40 ans. Toutefois, depuis quelques années, les victimes sont de plus en plus jeunes.

Le diabète en chiffres

Au Canada, on estime que 2,5 millions de personnes vivent avec le diabète. De ce nombre, plus de 90 % sont atteintes du diabète de type 2. Toutefois, l’Agence de la santé publique du pays estime que ce nombre grimpera à 3,8 millions de victimes en 2018/2019. S’il n’est considéré officiellement comme la cause de mortalité sur seulement 3,1 % des certificats de décès, il serait responsable de plus de 11 % des décès. La maladie entraine également des complications de santé, notamment des maladies cardiovasculaires et rénales.

De saines habitudes de vie, un régime équilibré pour prévenir l’obésité, de même que l’exercice physique aident à prévenir cette maladie qui touche quelque 285 millions de personnes à travers le monde.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires