Comment se déroule un avortement

Apprendre que l'on attend un enfant peut être synonyme de grand bonheur, mais également de triste nouvelle. Deux options s'offrent à nous : poursuivre ou interrompre la grossesse. Prendre une telle décision est loin d'être facile. Certaines femmes se sentiront confuses, ambivalentes. C'est pourquoi il est essentiel de bien réfléchir avant de prendre une telle décision. Une mûre réflexion ne peut se faire sans une connaissance du déroulement de l'intervention.

Deux types d'avortement

L'avortement médical

L'avortement médical est autorisé jusqu'à la 7e semaine de grossesse. La femme a alors recours à des médicaments. Une première prise de médicaments sert à interrompre la grossesse et la deuxième provoque des contractions et l'éjection de l'embryon. Cette méthode exige un suivi d'une ou deux semaines après l'intervention afin de confirmer sa réussite. En cas d'échec, la femme doit être prête à subir un avortement chirurgical, car les médicaments utilisés lors de cette intervention provoquent des malformations au foetus.

L'avortement chirurgical se fait par le médecin par une dilatation et une aspiration. En voici les détails.

Jusqu'à combien de semaines de grossesse peut-on se faire avorter?

Dans la plupart des cliniques, l'avortement peut se dérouler entre la 5e et la 12e semaine de grossesse. Plus l'avortement se fait tôt, plus il est sécuritaire et sans complications.

Au Canada, il est possible d'obtenir une interruption de grossesse jusqu'à 20 semaines si le foetus présente une malformation grave ou mortelle, s'il y a danger pour la vie et la santé physique de la mère, et selon la clinique ou les hôpitaux qui offrent le service. Lors des rares avortements pratiqués lors du deuxième trimestre, le médecin a recours aux forceps pour retirer la matière foetale.

Sachez que les interventions effectuées dans les hôpitaux, les cliniques indépendantes et les CLSC sont faites de façons très sécuritaires. Moins d'une femme sur cent rencontrera des complications lors d'un avortement.

Prendre rendez-vous

La première étape est de prendre un rendez-vous dans une clinique. Lorsque vous appellerez, soyez assurée que vous serez traitée avec respect et dignité. Vous ne serez en aucun cas jugée en ce qui concerne les raisons de votre décision. Le personnel de la clinique sera en mesure de répondre à toutes vos questions et, ce, dans la plus stricte confidentialité. Selon l'avancement de la grossesse, ils détermineront une date de rendez-vous.

On vous demandera vos informations personnelles telles que votre nom, un numéro de téléphone ainsi que la date de la première journée de vos dernières menstruations.

On vous conseillera également de venir accompagnée afin de faciliter le retour à la maison. D'autant plus qu'il ne vous sera pas permis de conduire votre voiture pendant 12 heures après l'administration des antidouleurs. Enfin, on vous informera que la durée totale de votre présence à la clinique sera d'une heure et demie à deux heures.

Le Jour J

Lors de la journée de l'intervention, vous devrez être à jeun quatre heures avant l'heure de votre rendez-vous. C'est-à-dire n'avoir ni bu, ni mangé.

Lorsque vous arriverez à la clinique, vous serez accueillie par le personnel soignant. On vous demandera de remplir les formulaires concernant vos renseignements personnels, vos antécédents médicaux. On vous demandera également de signer un consentement écrit.

Par la suite, vous vous entretiendrez avec une infirmière et un médecin de la clinique. Cette rencontre permet au personnel de vous informer du déroulement de l'intervention. Chaque étape vous sera expliquée. Lors de cette rencontre, vous pourrez également partager vos inquiétudes et poser les dernières questions que vous avez au sujet de l'intervention. L'infirmière et le médecin sont là pour vous écouter et vous soutenir. Enfin, selon les circonstances, on vous parlera de contraception pour l'avenir.

Tests médicaux

Avant de procéder à l'intervention, un test de grossesse avec l'urine sera effectué. Ensuite, un examen médical aura lieu. Le personnel soignant procédera à un examen pour déterminer le facteur Rh, un test d'hémoglobine, une prise de pression artérielle, une prise de température et un examen gynécologique afin de détecter la présence ou non de MTS.

Une échographie sera faite pour vérifier l'état d'avancement de votre grossesse. Cette procédure consiste à poser une sonde enduite de gelée sur votre bas de ventre ou à l'intérieur du vagin.  Pour cette intervention et l'avortement, on vous demandera d'enfiler une blouse d'hôpital et de vous dévêtir à partir de la taille.

Le déroulement de l'avortement

En règle générale, l'intervention dure de dix à quinze minutes. L'objectif visé est de retirer de l'utérus tout tissu lié à la grossesse.

Avant que le médecin ne procède, l'infirmière vous installera un saturomètre au bout du doigt. Cet appareil sert à mesurer votre pouls ainsi que la quantité d'oxygène dans votre sang.

Afin de bien voir le col de l'utérus, le médecin utilisera un spéculum, le même instrument que pour le PAP test, pour séparer délicatement les parois vaginales. Il nettoiera par la suite le col avec un antiseptique et procédera à une anesthésie locale. Vous ne serez pas endormie. Il ouvrira graduellement le canal cervical avec des dilatateurs en métal. La taille de ces derniers augmente en fonction de l'avancement de la grossesse. Lorsque la dilatation souhaitée sera atteinte, le médecin introduira un tube creux dans l'utérus. Le tube, relié à une pompe, aspirera le contenu de l'utérus. Par la suite, il utilisera une curette sur la paroi utérine afin de s'assurer que tout le placenta a été aspiré. Enfin, le tube d'aspiration sera utilisé une dernière fois pour enlever le reste du tissu.

Douleurs

Lors de l'intervention, vous ressentirez un peu de douleur. Les femmes ayant subi l'intervention comparent la sensation à celles de crampes menstruelles. Si vous le désirez, on pourra vous administrer des antidouleurs, des calmants ou un gaz hilarant pour vous soulager. N'ayez crainte, ce gaz est inoffensif et agit sur une courte durée. Vous aurez l'effet d'une légère somnolence tout en étant éveillée.

Après l'intervention

Lorsque l'intervention sera terminée, on vous invitera à rejoindre la salle de repos. Vous serez sous la supervision d'une infirmière. En général, les patientes restent entre 45 et 60 minutes. On vous donnera une collation afin de reprendre un peu de force.

Durant cette période, l'infirmière vérifiera vos saignements afin de s'assurer qu'ils sont légers. Il se peut également que vous n'en ayez aucun. Enfin, avant votre départ, elle vous informera des instructions concernant les soins postopératoires. Elle vous remettra une prescription de médicaments si nécessaire.

Après l'avortement

Il est essentiel de vous reposer pendant au moins 24 à 48 heures après l'intervention. Il sera également important que vous vous fassiez examiner par votre médecin deux semaines après l'intervention. Il s'assurera qu'il n'y a pas eu de problèmes tels qu'un avortement incomplet ou une infection.

Complications

Bien qu'il soit normal que vous ressentiez des crampes ou que vous saigniez pendant les quelques jours suivants l'intervention, votre douleur ne devrait pas être intolérable. Il est conseillé de consulter votre médecin ou de vous présenter à l'hôpital si vous souffrez d'une fièvre de plus de 38 degrés. Votre médecin vous avisera des autres symptômes et des effets secondaires  que vous devez surveiller suite à l'intervention.

Quelques conseils afin de réduire le risque d'infection après l'avortement.

  • N'utilisez pas de tampon sanitaire avant vos prochaines menstruations, ou selon les indications de votre médecin;
  • N'ayez aucun rapport sexuel pendant une à deux semaines, ou selon les conseils de votre médecin;
  • Ne prenez pas de bain et n'allez pas à la piscine pendant une à deux semaines, ou selon la durée indiquée par votre médecin;
  • Évitez toute activité physique intense pendant une à deux semaines, ou selon le temps indiqué par votre médecin.

Il faut noter que ces informations sont d'ordre général. Seul un professionnel de la santé pourra vous indiquer les précautions à suivre en tenant compte de votre situation précise.

Enfin, il est primordial de bien vous entourer. L'avortement est un moment très difficile dans la vie d'une femme. Celle-ci peut vivre un choc psychologique important. Vous aurez besoin de soutien et d'écoute durant les semaines, voire les mois suivant l'intervention.

Sabrina Hammoum, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires