Bien choisir ses suppléments de vitamines

Les vitamines, minéraux et oligo-éléments sont essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Mais parfois, il peut arriver que nous soyons en carence de l’une ou l’autre de ses substances.

Alors, comment rester en santé et faire le bon choix quand vient le temps de se tourner vers les suppléments de vitamines vendus en pharmacie? 

Identifier les vitamines et les carences

En général, une alimentation saine et équilibrée apporte toutes les vitamines, et tous les minéraux et oligoéléments dont nous avons besoin. Mais, selon notre âge et notre condition, nos besoins peuvent être différents. Pour connaître les vôtres et savoir comment pallier vos carences, vous pouvez consultez le site de Santé Canada.

Mais malgré tout, il arrive que des insuffisances de vitamines se développent dans certains cas. Par exemple, les femmes enceintes auront de plus gros besoins afin de garantir le bon développement du fœtus, tandis que celles ayant des menstruations abondantes seront  plus à risque de manquer de fer.

Aussi, les personnes qui suivent un régime ou qui ont des problèmes de digestion n’absorbent généralement pas assez de ces vitamines indispensables à notre bien-être. Les fumeurs, quant à eux, sont susceptibles de manquer de vitamine C dont l’assimilation par l’organisme diminue sous l’effet de la cigarette.

Il faut donc, avant de se ruer vers les tablettes des pharmacies, enquêter sur nos réelles carences et nos besoins en vitamines. Rien ne sert d’ingurgiter inutilement des vitamines puisque certaines pourraient s’avérer toxiques. Le rôle de ces produits de santé naturels est de compléter, et non pas de remplacer, nos besoins au quotidien.

N’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé comme un naturopathe, qui vous aidera entre autres à identifier la source du problème, ou un médecin.

Trouver ses vitamines à la pharmacie

Le prix

Une fois rendu à la pharmacie à la recherche de vitamines, il faut maintenant démêler le jargon pharmaceutique et s’y retrouver parmi les dizaines de flacons aux étiquettes attrayantes. Sans compter sur les prix qui peuvent facilement passer du simple au double...

Eh bien, sachez déjà que le coût des vitamines ne devrait en aucun cas influencer votre choix puisqu’il est loin d’être un gage de qualité. Aussi, de nombreux professionnels de la santé déconseillent d’office les suppléments de type multivitamines, puisque ceux-ci contiennent seulement d’infimes quantités des substances dont vous avez besoin.

Une fois ces deux paramètres écartés, il vous reste encore deux variables à examiner.

Vitamines en forme liquide ou comprimé?

La première est d’identifier la forme (liquide, en capsule ou en comprimé) sous laquelle vous devez ingurgiter ces suppléments de vitamines. Évidemment, il est préférable de se tourner vers ce qui vous facilitera la vie. Si la simple idée d’avaler une pilule vous rebute, vous pourriez, par exemple, opter pour des capsules que vous pourrez alors ouvrir afin d’en récupérer le contenu et l’intégrer à un yogourt.

De plus, les vitamines présentées sous cette forme constituent un choix plus sain, essentiellement en ce qui concerne les substances utilisées lors de la fabrication du produit.

En effet, les suppléments de vitamines peuvent contenir des composantes non-médicinales souvent utilisées pour permettre l’aspect solide du produit. Les suppléments liquides, quant à eux, renferment de nombreux additifs comme des conservateurs, ou encore du sucre.

Vos besoins en vitamines

La seconde variable est ensuite de vérifier si les suppléments de vitamines répondent à votre besoin et si son apport comblera vos carences. Sachez que d’un fabricant et d’un type de complément à un autre, les doses de vitamines annoncées et les doses réelles peuvent être différentes. Santé Canada a donc mis en place une réglementation visant à favoriser le respect des normes de fabrication.

Chaque supplément de vitamines, qu’il soit naturel ou homéopathique, doit donc être homologué, jugé sûr, efficace et de haute qualité avant d’avoir le droit d’être commercialisé au Canada. Un numéro d'identification, (NPN) ou (DIN-HM), lui sera alors attribué puis apposé sur les boites et les flacons pour garantissant sa légitimité. Malheureusement, il arrive que certains d’entre eux échappent à la vigilance du gouvernement et se retrouvent sur les tablettes de nos pharmaciens.

Enfin, si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

Philippine de Tinguy, rédactrice Canal Vie, en collaboration avec Roseline Gagnon, M.Sc. Nutrition, naturopathe agréée à la Clinique La Maison Verte et présidente de l'Association des naturopathes agréés du Québec

Vous aimerez aussi

Commentaires