Vésicule biliaire (troubles)

Femme vésicule biliaire

Accolée au foie, la vésicule biliaire, un organe en forme de poire, emmagasine la bile jusqu'à ce que le corps l'utilise pour faciliter la digestion. Pas très gros, cet organe peut être la source de divers maux. Plus souvent bénins, ces derniers ne nécessitent pas d'intervention chirurgicale. Toutefois, chez certains patients, l'ablation est nécessaire.

Causes 

Composée de mucus, de pigments et de sels biliaires, de cholestérol et de sels minéraux, principalement du calcium, la bile favorise la digestion des graisses. Fluide, de couleur jaune verdâtre, elle est produite en continu par le foie, à raison de 500 à 750 millilitres par jour. La vésicule biliaire lui sert de réservoir. Or, il arrive que cette dernière se dérègle et retienne la bile.

La personne atteinte peut alors développer plusieurs problèmes allant du vomissement de ce liquide au goût infect, jusqu'au cancer, en passant par la formation de calculs biliaires et le développement d'ictères, communément appelés jaunisses.

Maux les plus fréquents

La rétention de la bile dans la vésicule est donc à l'origine de plusieurs malaises, principalement causés par la formation de calculs biliaires, des pierres dans le jargon populaire.

La cholestase

La cholestase, qui peut se manifester par des symptômes de jaunisse, se caractérise par des selles nettement plus pâles et des urines fortement colorées.

La cholélithiase

La cholélithiase se produit généralement de façon fortuite, en raison d'une modification hormonale, parfois lors d'une grossesse. Des éléments de la bile peuvent alors se cristalliser et former une lithiase biliaire, mieux connue sous le nom de calculs biliaires. Une personne sur cinq peut en être atteinte.

La colique hépatique

La colique hépatique a pour origine la formation de calculs biliaires. Ces derniers s'enclavent dans le canal cystique. Au moment du repas, l'obstruction de ce canal empêche la bile d'emprunter le tube digestif. La personne atteinte devra alors composer avec une crise douloureuse qui durera quelques heures et s'arrêtera spontanément. Généralement, cette douleur se situe sous le diaphragme et irradie vers l'épaule droite.

La cholécystite

La personne atteinte peut également souffrir de cholécystite. Ses malaises se traduisent par une douleur vive dans la même région, généralement accompagnée par une fièvre subite. La douleur dure plusieurs heures. Sans traitement, la cholécystite peut se transformer en péritonite (inflammation du péritoine). Parfois, un gros calcul biliaire peut se coincer entre l'intestin grêle et le colon, provoquant ainsi une occlusion, voire un risque de choc septique.

La cholédocholithiase

La cholédocholithiase, pour sa part, se caractérise par l'obstruction du canal cholédoque. La voie biliaire principale est alors bloquée par un calcul. S'en suit une poussée de douleur et de fièvre d'une durée approximative de 48 heures, généralement accompagnée de jaunisse.

Le cancer de la vésicule biliaire

Plutôt rare, le cancer de la vésicule biliaire se déclare généralement après l'âge de 65 ans et touche de deux à trois fois plus de femmes que d'hommes. Ses symptômes, qui apparaissent à un stade avancé de la maladie, se traduisent par une perte rapide de poids, des vomissements et, parfois, une jaunisse.

Traitement

Lorsque la présence de calculs biliaires entraîne des crises douloureuses et répétées, il est préférable de consulter un médecin. Des médicaments à base d'acide ursodésoxycholique sont parfois prescrits aux patients qui souffrent de problèmes à la vésicule biliaire. Le produit aide à dissoudre les calculs, mais les effets bénéfiques se font sentir généralement six mois après le début du traitement. Il est efficace chez un patient sur deux. De plus, les calculs se reforment généralement dès la fin du traitement. Les calculs peuvent également être pulvérisés par des ondes de choc.

Il arrive souvent que les problèmes liés à la formation de calculs biliaires se résorbent d'eux-mêmes. Les personnes qui souffrent de calculs dits « silencieux » n'ont généralement pas besoin de traitement. Il suffit de modifier leur alimentation en limitant, ou en évitant, les aliments plus gras.

Ablation de la vésicule biliaire

L'opération de la vésicule biliaire demeure le traitement le plus répandu. Après une échographie ou un examen par résonnance magnétique, les patients reçoivent des fluides par intraveineuse, de même que des antibiotiques. Si le diagnostic se confirme, le médecin prescrit alors l'ablation pure et simple de l'organe défectueux, si le risque est minime pour le patient.

Dans neuf cas sur dix, l'intervention est réalisée par laparoscopie, sous anesthésie générale. Le chirurgien pratique alors de petites incisions dans l'abdomen où il insère une petite caméra et des instruments chirurgicaux. Puis, il retire la vésicule par l'une des incisions. Si l'hospitalisation ne dure qu'une seule journée, la convalescence s'étire sur quelques jours.

Incision de l'abdomen

Il arrive parfois, mais de moins en moins fréquemment, que le spécialiste doive inciser l'abdomen, surtout si la vésicule est infectée ou si des chirurgies ont été effectuées antérieurement sur le patient.

Pour les patients atteints de cancer, l'ablation et des traitements complémentaires sont recommandés.

Prévention 

  • Une alimentation saine, à faible teneur en glucides, et les activités physiques régulières contribuent à réduire les risques de formation des calculs biliaires, principaux responsables des malaises. 
  • Les personnes souffrant de diabète sont plus susceptibles de développer des « pierres ». Elles doivent contrôler leur poids. En fait, l'obésité est le principal facteur qui entraîne leur formation. Toutefois, les régimes qui induisent une perte de poids rapide comportent les mêmes dangers.

Il est possible de vivre sans vésicule biliaire. La bile s'écoule alors du foie vers l'intestin grêle, directement par les canaux. Aucune modification alimentaire n'est alors nécessaire. Toutefois, les écoulements de bile, plus fréquents, peuvent provoquer des diarrhées.

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Vous aimerez aussi