Vaginite

La vaginite est une inflammation vaginale qui peut avoir plusieurs origines. Dans 90 % des cas, c’est une infection bactérienne qui cause l’inflammation.

On estime que 75 % des femmes souffriront d’une vaginite au cours de leur vie. Dans l’immense majorité des cas, la vaginite n’est qu’un mauvais moment à passer : elle est particulièrement inconfortable et dérangeante, mais pas dangereuse.

Causes de la vaginite

Il existe plusieurs sortes de vaginites, chacune avec ses causes spécifiques :

La vaginite infectieuse

Causée par des bactéries ou des levures, parfois transmise lors de relations sexuelles non protégées avec un partenaire infecté.

La vaginite non infectieuse

Provoquée par des produits chimiques, des irritants divers et/ou une allergie (spermicide, savon, parfum, latex des condoms, etc.)

La vaginite atrophique

Survient parfois à la ménopause, à cause de changements hormonaux qui amincissent la paroi vaginale.

La vaginose bactérienne

Causée par un déséquilibre entre les bactéries naturelles présentes dans le vagin. Elle peut survenir en cas de port de stérilet, de douches vaginales, de tabagisme,  ou de partenaires sexuels multiples, mais ce n’est pas une MST.

La candidose vaginale

Causée par une multiplication excessive de levures vaginales normales présentes dans l’organisme. Elle survient en cas de prise de certains médicaments, de diabète, de dérèglements hormonaux (grossesse, contraceptifs oraux), en raison d’un faible système immunitaire, de fatigue, de stress.

Qui est touché par la vaginite? Quels sont les facteurs de risque?

Les femmes les plus à risque de contracter une vaginite sont celles qui, quel que soit leur âge :

  • Font du diabète et dont la maladie n’est pas maitrisée
  • Sont enceintes
  • Sont très fatiguée, pour diverses raisons : régime amaigrissant sévère, troubles du sommeil, stress, maladie sous-jacente, etc.
  • Prennent la pilule
  • Prennent certains antibiotiques
  • Portent un stérilet en cuivre
  • Suivent un traitement aux œstrogènes
  • Ont un nouveau partenaire sexuel, ou des partenaires multiples
  • Utilisent régulièrement des douches vaginales ou des produits d’hygiène intime antiseptiques et/ou parfumés (plus de 3 fois par mois)
  • Portent des sous-vêtements en matière synthétique, des vêtements trop serrés, des collants en nylon, etc. (tout ce qui empêche une bonne respiration de la région vaginale)
  • Ont une mauvaise hygiène intime

De plus, il peut arriver que les petites filles connaissent une vaginite quelques jours après la naissance, à cause de l’exposition aux hormones de la mère.

Contagion

La vaginite infectieuse peut s’attraper en cas de relation sexuelle non protégée avec une personne infectée.

Les autres formes de vaginite ne sont pas contagieuses, même s’il peut arriver que leur risque augmente en cas de partenaires sexuels multiples ou de nouveau partenaire unique : ce sont les modifications dans la flore bactérienne vaginale qui en sont la cause.

Les principaux symptômes

  • Rougeur et gonflements des organes génitaux (vagin et vulve)
  • Démangeaisons intenses
  • Brûlures lors des rapports sexuels et lorsqu’on urine
  • Pertes vaginales qui différent selon les causes de l’infection : grises, jaunâtres et malodorantes en cas de vaginite bactérienne, blanchâtres et grumeleuse en cas d’infection à levures
  • Pertes malodorantes
  • Très rarement : faible saignement vaginal, fièvre légère

Diagnostic

Pour poser un diagnostic de vaginite, le médecin procédera à un examen physique et gynécologique, dont frottis vaginal pour analyser les bactéries présentes dans les écoulements vaginaux.

Dans certains cas, si ce n’est pas la première fois, une femme peut faire un auto-diagnostic grâce à la reconnaissance des symptômes.

Possibles risques de complications

Il existe une forme de vaginite infectieuse causée par un parasite, le Trichomonas vaginalis (transmissible sexuellement). Si l’infection survient pendant la grossesse et n’est pas traitée, elle provoque des douleurs abdominales intenses qui entrainent le début prématuré du travail, causant ainsi un risque de perdre le bébé.

Traitement de la vaginite

Si la vaginite survient très rarement et que ce n’est pas la première occurrence (reconnaissances des symptômes), il est possible de la traiter soi-même avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Toutefois, il faut être très prudent et consulter absolument un médecin dans les cas suivants :

  • C’est votre première vaginite
  • L’infection récidive régulièrement
  • Vous êtes enceinte, ou vous allaitez votre bébé
  • Les traitements en vente libre semblent inefficaces
  • Vous avez des douleurs pelviennes et de la fièvre
  • Les pertes sont colorées et nauséabondes
  • Vous êtes atteinte d’une maladie (VIH, diabète)

Les traitements médicaux consistent en crèmes, onguents et traitements antimycosiques locaux qui ressemblent à des suppositoires et que l’on insère dans le vagin.

Selon les origines de l’infection, on prescrira également des antibiotiques oraux ou vaginaux.

Enfin, dans le cas de vaginite infectieuse (trichomonas), on administre un traitement unique obtenu avec prescription seulement. Tous les partenaires sexuels doivent être traités ou la maladie peut réapparaitre n’importe quand.

Prévention de la vaginite

Plusieurs moyens permettent d’éviter la vaginite et ses récidives :

  • Avoir une bonne hygiène intime : toujours assécher délicatement la région vaginale, car l’humidité favorise la reproduction bactérienne
  • Ne pas utiliser de produits antiseptiques et/ou parfumés dans la région vaginale (savon, vaporisateurs, parfums, tampons et serviettes hygiéniques)
  • N’utiliser qu’exceptionnellement les douches vaginales
  • Porte des sous-vêtements confortables en coton (les strings sont à éviter)
  • Ne pas porter de pantalons trop serrés en matière synthétique
  • Bien laver les sous-vêtements
  • Ne pas porter un maillot de bain mouillé très longtemps après être sorti de l’eau
  • Après les selles, il faut s’essuyer de l’avant vers l’arrière pour éviter que des matières fécales n’entrent en contact avec le vagin
  • Se protéger avec un condom lors des rapports sexuels
  • Éviter les rapports sexuels tant que les symptômes n’ont pas disparu totalement

Saviez-vous que...

En cas de vaginite bactérienne (les plus fréquentes), il existe un remède de grand-mère qui serait, semble-t-il, aussi efficace que les crèmes vendues en pharmacie et particulièrement recommandé en cas de grossesse puisqu’on ne peut pas prendre de médicament : il faut imbiber un tampon hygiénique ou un morceau de coton (genre disque de coton à démaquiller) de yogourt nature probiotique et le placer pendant quelques heures directement dans le vagin ou sur la zone vaginale douloureuse (vulve, lèvres). Les bactéries naturelles présentes dans le yogourt peuvent aider la bonne flore vaginale à se reproduire, ce qui permet de lutter efficacement et rapidement contre les mauvaises bactéries. Vous pouvez aussi insérer des capsules de yogourt directement à l’entrée du vagin. Celles-ci sont vendues en pharmacie.

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.
 

Vous aimerez aussi

Commentaires