Auteur
David Nathan
Imagerie médicale du cerveau

Définition

La sclérose en plaques (SP) est une maladie inflammatoire du Système Nerveux Central ou SNC (le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques). Ce SNC comprend notamment les neurones qui sont composés d'un corps cellulaire et d'un prolongement, l'axone. Cet axone est entouré d'une gaine protectrice qu'on appelle la myéline et qui sert à transmettre les informations entre le cerveau et le reste du corps. La perte de cette myéline entraine les différents symptômes de la maladie.

Pourquoi sclérose en plaques?

Sclérose car la maladie entraine un durcissement des tissus dans les régions atteintes du cerveau et de la moelle épinière. En plaques, car la maladie s'attaque au cerveau et à la moelle épinière en plusieurs endroits. La cause de cette maladie est encore inconnue.

Origines de la maladie

La maladie est connue depuis le 19e siècle, on parlait alors de «sclérose en taches» ou en «îles». La dénomination «sclérose en plaques» fut utilisée la première fois en 1866, mais c'est seulement en 1868 que le Docteur Jean Martin Charcot fit la description claire et précise des lésions observées.

Contagion?

La SP n’est pas une maladie contagieuse et ne peut en aucun cas être transmise par un patient à son entourage.

Formes de la sclérose en plaques

Selon la Société canadienne de la sclérose en plaques, il en existe trois formes : Syndrome clinique isolé, SP cyclique (poussées-rémissions) et la forme dite progressive qui peut être primaire, secondaire ou récurrente. Ces différentes formes sont déterminées en fonction de l'évolution de la maladie et de la façon dont elle se manifeste chez l'individu (par poussées ou de façon récurrente).

Les symptômes de la sclérose en plaques

Les symptômes associés à la maladie sont nombreux. Il y a, entre autres, la fatigue extrême, le manque de coordination, la faiblesse, des fourmillements, des troubles de la sensibilité, de la vision, des troubles vésicaux-urinaires, des changements d’humeur, la dépression, des troubles sexuels, le phénomène d’Uhthoff (intolérance à la chaleur)...

Diagnostic de la SP

Il n'existe pas de test diagnostique qui permette de détecter la maladie de façon absolument certaine. Les médecins s'appuient donc sur un ensemble de signes et sur différents examens neurologiques pour déterminer si le patient est atteint ou non. Les médecins ont notamment recours à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et à la ponction lombaire.

Pour que la maladie soit diagnostiquée, il faut absolument qu'elle réponde aux critères de dissémination des lésions dans le temps (formation de lésions en divers moments) et dans l’espace (observation de lésions dans au moins deux régions différentes du système nerveux central).

Prévention de la sclérose en plaques

Il n’existe pas de prévention en ce qui concerne la sclérose en plaques puisque sa cause demeure inconnue.

Traitement de la sclérose en plaques

Il n’existe pas à ce jour de traitement contre la SP qui demeure une maladie neurologique dégénérative incurable. Cependant, l'espoir est toujours présent comme l'attestent de récents travaux réalisés par une équipe française de chercheurs et sont présentés comme révolutionnaires. Les résultats de l'étude publiée en juillet 2016 présentent notamment un anticorps-médicament, le Glunomab, qui, injecté par intraveineuse, pourrait réduire les poussées et améliorer la qualité de vie des patients. Selon le journal Le Parisien qui relaie cette information, «Le Glunomab bloque le passage dans le cerveau des cellules immunitaires rendues folles par la maladie et qui, au lieu de défendre l'organisme, l'attaquent». Les effets ont été démontrés chez la souris, la prochaine étape est de faire des essais cliniques sur l'homme.

Saviez-vous que?

2.3 millions de personnes sont touchées par la sclérose en plaques dans le monde et c'est le Canada qui affiche le plus haut taux de cette maladie, avec plus de 100 000 cas, autant que pour la France, par exemple, qui a une population deux fois plus importante.

Il est à noter que les femmes sont trois fois plus susceptibles d'être atteintes que les hommes.

Sources

Société canadienne de la sclérose en plaques, Fondation pour l'aide à la recherche sur la sclérose en plaques Gouvernement du Canada Organisation Mondiale de la Santé

Categories

Vous aimerez aussi