Mastite

La mastite est une inflammation du sein, le plus souvent unilatérale,  qui survient dans l’immense majorité des cas chez les femmes qui allaitent. On les appelle alors des « mastites puerpérales. » Il peut toutefois arriver qu’une mastite (non puerpérale) survienne chez une femme qui n’allaite pas.

Les mastites peuvent avoir une origine inflammatoire ou infectieuse

Causes de la mastite

Plusieurs causes peuvent explique la présence d’une mastite :

  • Des bactéries présentes à la surface du sein pénètrent dans le mamelon par des fissures ou crevasses dues à l’allaitement.
  • Le lait maternel stagne dans le sein parce que le bébé ne tête pas assez, que le lait ne s’écoule pas correctement, ou encore en raison d’une augmentation de la sécrétion de prolactine (l’hormone de production de lait maternel.)

Dans les cas de mastite qui ont lieu en dehors de la grossesse ou de l’allaitement, la prolifération bactérienne dans le sein peut aussi être causée par une augmentation de prolactine (sans que l’on sache pourquoi) ou bien par :

  • Le diabète sucré,
  • La syphilis,
  • La tuberculose,
  • Un traumatisme : coup reçu sur la poitrine.

Qui est touché par la mastite? Quels sont les facteurs de risque?

Les mastites d’allaitement sont présentes chez 20 à 30 % des femmes qui allaitent, de façon plus ou moins sérieuse. Dans la grande majorité des cas, l’inflammation ne dure que 24-48 h.

Il faut toutefois noter que cette statistique n’est valable que dans les pays industrialisés : dans les régions reculées et les populations traditionnelles, la prévalence des mastites est de moins de 3 %. Dans ces pays, les femmes ont plus tendance à allaiter leurs bébés à la demande (toutes les heures, s’il le faut!) Certaines études tendent donc à prouver que l’inflammation des seins serait due en grande partie à une « mauvaise » manière d’allaiter.

Contagion

La mastite n’est pas contagieuse.

Les principaux symptômes

Les signes d’une mastite sont :

  • Douleurs dans un sein
  • Sensation de pression dans un sein
  • Rougeur et chaleur localisée sur le sein douloureux
  • Plaie ou crevasse sur le mamelon
  • Mal de tête
  • Démangeaisons
  • Sensation d’une masse dure dans un sein
  • Douleur articulaire
  • Fièvre et frissons
  • Ganglions des aisselles qui deviennent plus volumineux
  • Parfois : écoulement de sang ou de pus dans le lait
  • Rarement : abcès

Dans les cas de mastites non puerpérales, les symptômes sont habituellement moins virulents, mais ils peuvent récidiver de manière fréquente.

Diagnostic de la mastite

Chez les femmes qui allaitent, un simple examen physique permet de confirmer la présence d’une mastite.

Pour les autres, le personnel médical envisagera une série de tests (échographie, analyses sanguines, etc.)

Possibles risques de complications

La mastite est le plus souvent bénigne et se résorbe d’elle-même en quelques jours. Il arrive toutefois que l’infection soit plus sérieuse et nécessite une intervention médicale qui visera à drainer le pus présent dans un abcès. Dans certains cas, la chirurgie est nécessaire.

Il arrive que des mastites à répétitions non causées par l’allaitement soient causées par la présence d’une tumeur cancéreuse.

Traitement de la mastite

Dans la grande majorité des cas, la mastite ne dure que 24-48 heures et peut être enrayée sans traitement médical. Il suffit souvent d’appliquer les mesures suivantes :

  • Se reposer le plus possible.
  • S’assurer que la position d’allaitement est adéquate.
  • Allaiter bébé plus fréquemment, pour bien drainer les seins (8 à 12 fois par jour)
  • Appliquer sur le sein des compresses chaudes avant d’allaiter, des compresses froides après la tétée.
  • Si nécessaire, tirer les surplus de lait.
  • Masser délicatement le sein atteint.

Si la situation ne s’améliore pas en 24 h, une consultation médicale s’impose et le médecin prescrira souvent des antibiotiques (non dangereux pour le bébé) afin de mettre un terme à l’infection.

Prévention de la mastite

On ne peut habituellement pas prévenir la mastite qui n'est pas causée par l’allaitement.

En ce qui concerne les mastites puerpérales, certaines mesures peuvent réduire leur incidence :

  • Allaiter fréquemment.
  • S’assurer d’avoir une bonne position pendant l’allaitement.
  • Changer fréquemment de position pendant l’allaitement.
  • Traiter les petites crevasses dès qu’elles apparaissent.
  • S’assurer que les seins sont bien vidés après chaque tétée (les drainer manuellement ou avec un tire-lait, au besoin.)

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Vous aimerez aussi

Commentaires