Malaria

La malaria, aussi appelée paludisme, est une infection parasitaire tropicale qui peut être mortelle si elle n’est pas traitée à temps. On peut la contracter dans de nombreux pays d’Afrique et d’Asie du Sud-est, mais aussi, dans une moindre mesure, au Mexique, en Amérique Centrale, en Amérique du Sud, au Moyen-Orient, en Turquie, au Pakistan, en Inde et en Chine.

Causes de la malaria

Le parasite à l’origine de la malaria est transmis à l’homme par le moustique anophèles. Il existe 4 types d’infections paludiques, chacune transmise par un parasite distinct:

  • Plasmodium vivax
  • Plasmodium malariae
  • Plasmodium ovale
  • Plasmodium falciparum

Qui est touché par la malaria? Quels sont les facteurs de risque?

On estime que :

  • Plus de 80 % des cas de pmalaria enregistrés chaque année surviennent en Afrique subtropicale
  • 13 % des cas sont en Asie du Sud-est
  • 20 % des enfants qui meurent chaque jour dans le monde succombent à la malaria

Les personnes les plus à risque de contracter le paludisme sont celles qui :

  • Voyagent dans des régions touchées (Afrique subsaharienne, Asie du Sud-est, entre autres)
  • Vivent dans régions touchées
  • Sont originaires de régions touchées, mais vivent à l’étranger et retournent pour de courts séjours (vacances) parce que leur immunité s’affaiblit

Parmi ces personnes à risque, certaines ont plus de risque de succomber à la malaria :

  • Les femmes enceintes et les jeunes enfants (dans les régions à risque)
  • Les personnes atteintes du VIH (dans les régions à risque)

Contagion

La malaria ne se transmet pas d’humain à humain. Ce sont des moustiques qui, en piquant des personnes déjà infectées, transmettent le parasite à d’autres personnes.

La durée d’incubation après le premier contact avec le parasite est habituellement de 7 à 16 jours. Il peut parfois arriver que plusieurs mois séparent l’infection et les premiers symptômes de la malaria.

Les principaux symptômes de la malaria

La malaria se manifeste le plus souvent par une « primo-infection » qui survient après la durée d’incubation. Les symptômes de cette infection ressemblent à des crises et incluent :

  • Des douleurs abdominales
  • Une forte fièvre, accompagnée de frissons, sueurs, délires
  • Une faiblesse généralisée
  • Une baisse de tension
  • Un faible appétit
  • Des maux de tête
  • Des nausées, diarrhées et vomissements (plus rarement)
  • Des douleurs musculaires

Ensuite, l’état semble s’améliorer globalement, mais les crises de malaria surviennent à intervalles plus ou moins réguliers pendant des semaines, voire des mois après la primo-infection, même après être parti de la zone « dangereuse ».

Diagnostic

En cas de fièvre pendant un voyage dans une zone paludique, rendez-vous le plus vite possible chez un professionnel.

Après un séjour dans une région à risque, il est absolument nécessaire de consulter un médecin dès que l’on expérimente des symptômes s’apparentant à ceux de la malaria. Des tests simples et rapides permettent d’identifier la malaria en quelques heures.

Possibles risques de complications

L’un des 4 agents pathogènes à l’origine de la malaria peut causer, en plus des symptômes ci-dessus, des troubles très sérieux qui sont souvent fatals s’ils ne sont pas traités à temps : des troubles neurologiques (convulsions, coma, signes de méningite), anémie importante, hypoglycémie, troubles de la coagulation, hémorragies, atteinte du foie et des reins.

De plus, dans certains cas (rares), il n’y a pas de primo-infection et les symptômes sont pernicieux dès la première fois.

Traitement de la malaria

Une prise en charge rapide de la malaria permet une guérison totale.

Le personnel médical recommandera un traitement selon la région où vous avez contracté la maladie, vos antécédents médicaux et le type de parasite en cause. Le traitement dure entre 3 et 7 jours et il ne faut pas l’arrêter, même si les symptômes disparaissent.

Prévention de la malaria                       

Il n’existe actuellement aucun vaccin qui protège contre la malaria.

Si vous envisagez de vous rendre dans une zone à risque, on recommande de prendre des médicaments préventifs avant et pendant le voyage (les mêmes que ceux qui soignent une fois l’infection diagnostiquée.) Ces médicaments ne sont pas sûrs à 100 %, mais réduisent de beaucoup le risque d’attraper la maladie en cas de piqûre de moustique.

Sur place, certaines mesures peuvent encore réduire le risque de malaria :

  • Dormir impérativement sous des moustiquaires imprégnées d’insecticides
  • Porter des vêtements longs et de couleur claire, idéalement en tout temps, ou au moins dès le coucher du soleil
  • Utiliser du répulsif à insectes sur les parties de peau non cachées par les vêtements
  • Éviter de sortir entre le coucher et le lever du soleil, lorsque les moustiques sont présents

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en œuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Vous aimerez aussi

Commentaires