Fibrome utérin

Lorsqu'on parle de fibrome, on fait le plus souvent allusion au fibrome utérin, dont le nom spécifique est  « léiomyome. » C'est de cette maladie que nous parlerons ici. Le fibrome utérin est donc une petite masse de chair qui est composée de tissu musculaire et se développe au niveau de la paroi utérine. Elle peut être de la taille d'un petit pois... ou beaucoup plus grosse!

Techniquement, un fibrome est une tumeur bénigne non cancéreuse qui se développe sur ou à l'intérieur du corps. Il peut toucher tous les organes et se présente, lorsqu'il est sur la peau, comme une petite excroissance de chair molle ou dure, souvent pédiculée et en forme de grappe de raisin.

Les fibromes utérins sont très fréquents et de 20 à 40 % des femmes sont susceptibles d'en avoir un ou plusieurs, passé l'âge de 35 ans (chez les femmes de peau noire, le risque passe à 50 %). La plupart du temps, ils sont parfaitement inoffensifs et passent inaperçus. Il peut toutefois arriver qu'un fibrome de grande taille (ou un regroupement de fibromes) provoque des symptômes gênants, des douleurs et parfois une infertilité.

Le fibrome utérin est divisé en 3 sortes, selon son emplacement. On distingue ainsi :

1. Les fibromes intramuraux

Les plus fréquents (70 % des cas), ils se situent dans la couche musculaire et la paroi de l'utérus.

2. Les fibromes sous-séreux

Ils se situent à l'extérieur de la paroi utérine et y sont rattachés par un pédicule, une sorte de « racine. »

3. Les fibromes sous-muqueux

Ils se développent dans la cavité utérine. Ce sont les plus rares, mais aussi ceux dont les symptômes sont les plus inquiétants.

Causes du fibrome utérin

Les causes exactes du fibrome utérin sont inconnues. Les cellules de la fibre utérine s'appellent des myocytes. Parfois, elles subissent une modification génétique et commencent à se multiplier de façon exagérée, causant ainsi l'apparition de petites excroissances.

Qui est touché par le fibrome utérin? Quels sont les facteurs de risque?

Même s'ils passent souvent inaperçus, les fibromes utérins touchent un grand nombre de femmes. Certains facteurs peuvent augmenter le risque d'en contracter, encore qu'ils ne soient pas toujours nécessaires... Les facteurs de risque les plus fréquents sont :

  • Une prédisposition génétique : les fibromes se retrouvent fréquemment de mère en fille
  • L'origine ethnique : les femmes d'origine africaine et afro-américaine ont 4 fois plus de risques d'avoir des fibromes que les Caucasiennes
  • Le fait de n'avoir jamais eu d'enfants (nulliparité)
  • L'obésité et le surpoids
  • Le fait de boire plus de deux consommations d'alcool par jour
  • Des dérèglements hormonaux : l'augmentation du taux d'oestrogène est parfois mise en cause
  • Des facteurs environnementaux, comme les rayonnements radioactifs, peuvent aussi entrer en jeu

Contagion

Le fibrome utérin n'est pas une maladie contagieuse.

Les principaux symptômes du fibrome utérin

Dans plus des deux tiers des cas, le fibrome utérin ne présente aucun symptôme et est découvert lors d'examens de routine. Lorsqu'il est particulièrement volumineux ou situé dans la cavité utérine, il peut provoquer :

  • Des saignements abondants en dehors des menstruations
  • Des menstruations particulièrement longues et abondantes
  • Des problèmes urinaires : si la masse appuie sur la vessie, on a l'impression de devoir constamment uriner
  • Des problèmes intestinaux : le fibrome qui comprime le rectum peut causer de la constipation
  • Des douleurs lors des rapports sexuels
  • Des douleurs dans le bas du ventre et du dos
  • Un gonflement au niveau du bas-ventre
  • Des fausses-couches à répétition

Diagnostic du fibrome utérin

Les petits fibromes utérins ne sont détectables que lors d'une échographie. Pour les plus volumineux, le médecin est généralement en mesure de les sentir au moyen d'un toucher vaginal et/ou anal. Son diagnostic devra ensuite être confirmé au moyen d'une échographie, d'une hystéroscopie (petite caméra que l'on insère dans le vagin), ou encore d'une IRM.

Possibles risques de complications

Il est très rare que le fibrome utérin se transforme en cancer, cela n'arrive que dans 0,1 % des cas. Toutefois, certains d'entre eux entrainent des complications :

  • Infertilité
  • Fausses-couches à répétition
  • Problèmes urinaires et intestinaux chroniques
  • Anémie sévère à cause des pertes de sang
  • Lors d'une grossesse, il y a des risques d'accouchement prématuré

Traitement du fibrome utérin

Lorsque le fibrome utérin ne présente pas de symptômes et de gêne pour la patiente, il n'est pas traité. Il suffit de suivre son évolution par un rendez-vous tous les 6 mois.

Lorsque le fibrome utérin entraine des douleurs et des symptômes dérangeants, il existe plusieurs moyens de le traiter :

  • Contre la douleur : prise d'anti-inflammatoires, application de froid sur les zones touchées.
  • La pose d'un stérilet progestatif (Mirena) ou la prise de contraceptifs oraux, qui équilibrent les taux d'hormones et réduisent les saignements.
  • La myomectomie : c'est l'ablation des fibromes. Cette chirurgie est efficace, mais pas définitive. Les fibromes réapparaissent dans 15 % des cas.
  • L'embolisation : c'est une technique qui « tue » les fibromes en bloquant les veines qui les alimentent en sang. Ils perdent ainsi environ 50 % de leur volume total.
  • L'ablation de l'endomètre : c'est l'ablation de la paroi interne de l'utérus. Cette chirurgie arrête les menstruations, mais pas le cycle menstruel (on peut encore « sentir » les symptômes de SPM, par exemple). Elle est réservée aux femmes qui ne souhaitent plus tomber enceintes.
  • L'hystérectomie : c'est l'ablation totale de l'utérus. Elle n'est réservée qu'aux cas les plus graves, lorsque les patientes sont certaines de ne plus vouloir d'enfants.

Prévention du fibrome utérin

Comme les causes exactes de la formation de fibrome utérin sont mal connues, les moyens de prévention le sont aussi... Toutefois, les statistiques prouvent que les femmes physiquement actives et qui maintiennent un poids santé ont moins de fibromes utérins que les personnes sédentaires et en surpoids.

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Vous aimerez aussi

Commentaires