Calculs biliaires

Les calculs biliaires sont aussi appelés « lithiase biliaire »,  « cholélithiase » ou  « pierres au foie ». Ce sont de petits cristaux que l’on retrouve dans la vésicule biliaire et dont la taille varie entre celles d’un grain de sable et d’une balle de golf.

La vésicule biliaire est un petit organe en forme de poire qui mesure environ 10 cm de hauteur, situé juste sous le foie. C’est là qu’est stocké un liquide sécrété par le foie que l’on appelle la bile : c’est un liquide verdâtre qui se déverse dans l’intestin pour aider à la digestion. La bile contient de l’eau, du cholestérol, des sels biliaires, et certaines substances que le foie élimine.

Causes des calculs biliaires

Dans 90 % des cas, les calculs biliaires se forment lorsque la bile contient trop de cholestérol et pas assez de sels biliaires, ou encore lorsque la vésicule biliaire ne se contracte pas assez souvent. Les petites pierres sont donc en fait des cristaux de cholestérol.

Il arrive aussi que les calculs biliaires soient causés par une maladie préexistante comme une cirrhose, une infection du tractus biliaire ou l'anémie falciforme.

Qui est touché par les calculs biliaires? Quels sont les facteurs de risque?

Les calculs biliaires peuvent apparaître chez n’importe qui, indifféremment de l’âge, mais elles sont plus fréquentes chez :

  • Les femmes : elles ont 2 fois plus de chance d’en avoir que les hommes
  • Les femmes qui ont eu plusieurs enfants (le risque augmente avec le nombre de grossesse)
  • Les personnes âgées : passé 60 ans, on estime que 15 % des hommes en ont, et 30 % de femmes
  • Les personnes d’origine hispanique ou aborigène
  • Certaines maladies gastro-intestinales, par exemple la maladie de Crohn
  • Les personnes qui ont eu une chirurgie bariatrique (enlever une partie de l’estomac pour perdre du poids)

De plus, certains facteurs supplémentaires augmentent les risques :

  • L’obésité
  • La sédentarité
  • Le diabète
  • Le jeûne
  • Des prises et pertes de poids rapides
  • Une alimentation trop calorique, trop grasse
  • Une forte consommation d’alcool
  • Certains médicaments contenant des œstrogènes (contraceptifs oraux, entre autres) ou luttant contre les taux de cholestérol dans le sang
  • L’hérédité

Contagion des calculs biliaires

Les calculs biliaires ne sont pas contagieux.

Les principaux symptômes

Les calculs biliaires ne causent pas de symptômes dans la majorité des cas. On les découvre par hasard lors d’un examen pour autre chose, par exemple lors d’une radiographie.

C’est uniquement lors d’une crise, que l’on appelle « colique biliaire », que l’on peut se rendre compte que l’on a des calculs. Cette crise survient lorsqu’un ou plusieurs calculs se déversent dans le conduit menant à l’intestin et le bloquent. La vésicule biliaire gonfle et devient alors très douloureuse. Ces crises durent de 30 min à quelques heures et se répètent de plus en plus fréquemment. Les symptômes de la crise sont :

  • Une douleur intense à droite de l’estomac, sous le foie.
  • Pâleur et moiteur de la peau.
  • Des irradiations de la douleur jusque dans le dos.
  • Des nausées et vomissements.
  • Un changement de coloration de l’urine : elle devient très foncée.

Diagnostic des calculs biliaires

Si les calculs biliaires sont découverts par hasard et ne causent aucune douleur, le médecin n’envisage généralement pas de traitement et préconise simplement une modification de l’alimentation. C’est souvent suffisant pour que les crises ne se manifestent jamais.

Si la consultation se fait à la suite d’une colique biliaire, le personnel médical évaluera les symptômes et prescrira plusieurs examens afin de valider son diagnostic : échographie, radiographie, tomodensitométrie, IRM.

Possibles risques de complications

Les complications liées aux coliques biliaires sont des infections de la vésicule biliaire (cholécystite aigüe) ou du canal biliaire (angiocholite aigüe). Dans les deux cas, il est impératif de consulter en urgence si les symptômes suivants surviennent :

  • L’apparition d’une jaunisse
  • Des douleurs insupportables
  • Une très forte fièvre

Traitement des calculs biliaires

Lors des crises courtes et passagères, le seul traitement consiste d’habitude à soulager la douleur au moyen d’analgésiques.

Si la crise est accompagnée de fièvre, c’est généralement le signe qu’il y a une infection. Il est alors nécessaire d’être hospitalisé afin de prendre des antibiotiques par voie intraveineuse.

En cas de crises et infections récurrentes, le seul traitement efficace consiste à retirer chirurgicalement la vésicule biliaire. Dans 95 % des cas, la chirurgie se fait par laparoscopie (petites incisions sur l’abdomen) et le rétablissement est très rapide. En cas de grave infection, on procèdera à une opération par chirurgie traditionnelle (ouverte).

Il existe aussi un traitement par ultrasons qui consiste à réduire le calcul en de plus petits fragments grâce à la haute fréquence, puis à administrer un médicament visant à éliminer les résidus. Ce traitement n’est cependant envisageable que lorsqu’il n’y a que très peu (1 ou 2) de petits calculs biliaires.

Prévention des calculs biliaires

Il est impossible de faire disparaître un calcul biliaire existant, mais il existe des moyens de prévenir l’apparition des nouveaux:

  • Maintenir un poids santé
  • Être physiquement actif
  • Perdre du poids de manière saine (lentement, sans effet yoyo)
  • Éviter les périodes de jeûne prolongé
  • Avoir une alimentation équilibrée : favoriser les bons gras et les fibres, limiter les sucres.

Saviez-vous que...

Les calculs biliaires sont composés de cholestérol, mais ce n’est pas pour autant qu’avoir un haut taux de cholestérol sanguin favorise leur apparition, et vice-versa.

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en œuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires