Lorsque la médication limite votre entraînement

Auteur
Jimmy Sévigny

Qui dit médicaments dit souvent effets secondaires. Pendant que certains comprimés diminuent l’appétit, d’autres vont causer de la somnolence, des tremblements, et bien d’autres choses encore; la liste des effets secondaires possibles liés aux médicaments est très longue. Un des effets secondaires les plus remarqués chez les personnes médicamentées est sans doute la fatigue.

Qu’elle soit légère, moyenne ou extrême, cette fatigue nuit aux occupations quotidiennes, au moral, et a assurément un impact sur votre entraînement. Du même coup, si vous êtes fatigué lorsque vous bougez, vous performerez moins bien, et le risque d’abandon devient de plus en plus grand, car après tout, chaque personne désire progresser par rapport à l’entraînement. Bien que plusieurs types de médicaments puissent avoir comme effet secondaire la fatigue, seulement quelques-uns d’entre eux ont un puissant impact sur votre niveau d’énergie.  Jetons-y un coup d’œil de plus près.

Antihypertenseur

Comme son nom l’indique, l’antihypertenseur a pour but de diminuer votre tension artérielle. En baissant votre pression artérielle en général, cela peut vous causer des étourdissements, car le sang prend parfois plus de temps avant d’atteindre le cerveau. Il circulera également moins dans tous vos tissus, y compris vos muscles. Vous pourriez donc avoir l’impression d’avoir à fournir un effort titanesque afin d’obtenir les mêmes résultats à l’entraînement que vous aviez avant de prendre ces médicaments. De plus, certains hypertenseurs vont contenir un bêtabloquant. Cette molécule, en conjoncture avec l’antihypertenseur, vise à diminuer votre rythme cardiaque. Donc, en plus des étourdissements et de la fatigue, vous pourriez devenir essoufflé très rapidement au moindre effort physique. 

Puis-je continuer de m’entraîner quand même si je ressens ce type d’effet secondaire?

La réponse est oui. Toutefois, il faudra accepter le fait que vous ne pourrez pas nécessairement continuer au même rythme auquel vous étiez habitué. Si cela devient insupportable, prenez rendez-vous avec votre médecin afin qu’il vous prescrive un médicament qui influence moins votre rythme cardiaque.

Hypoglycémiant

Connu également sous le nom d’antidiabétique, ce type de médicament vise à contrôler votre glycémie. Un de leurs rôles est de diminuer le taux de sucre dans le sang avec pour résultat de créer de l’hypoglycémie.  Lorsque cela se produit, vous pourriez ressentir de la fatigue, des étourdissements et même perdre conscience (rare).

Puis-je continuer de m’entraîner quand même si je ressens ce type d’effet secondaire?

Oui! Vous venez d’être récemment diagnostiqué diabétique? Vous devrez apprendre à vivre avec cette maladie. Si des gens réussissent à accomplir des marathons en étant diabétique, avec un peu de temps d’ajustement, vous serez en mesure de vous entraîner au même rythme qu’avant sans ressentir les effets de la fatigue liés à l’hypoglycémie. Mon conseil? Ayez toujours avec vous une source de glucides à absorption rapide et un glucomètre*. Cela vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté afin de continuer (et d’aimer) votre entraînement.

Bien qu’il existe une multitude de facteurs reliés aux médicaments qui puissent nuire à votre entraînement, il est rare que ces comprimés puissent vous empêcher totalement de bouger. Le plus important est d’accepter le fait que vous allez devoir adapter votre entraînement à votre nouvelle condition, et de foncer droit devant, la tête haute! Le corps est probablement la plus belle « machine » au monde; il faut toutefois lui laisser du temps afin de s’adapter.

Bon entraînement!

* Glucomètre : appareil qui mesure la glycémie (taux de sucre dans le sang).

Vous aimerez aussi

Commentaires