La gomme à mâcher, bonne ou mauvaise?

Les paquets de gommes à mâcher traînent sur toutes les tables et dans tous les sacs. Que ce soit pour rafraîchir l’haleine, ou encore, nettoyer nos dents après un repas, il est bon d’en avoir sous la main. Si, jadis, elle était relayée au rayon des confiseries, aujourd’hui, on lui accorde des propriétés hygiéniques. Est-elle bonne ou mauvaise pour la santé? Quels sont ses bienfaits? De quels ingrédients faut-il se méfier? Quel type de gomme favoriser?

Gomme avec sucre

Comme le dit son nom, parmi ses ingrédients, on retrouve du sucre. Elle est à éviter puisqu’elle peut provoquer des caries et la destruction prématurée de l’émail des dents.

Gomme avec des édulcorants tels que l’aspartame, le xylitol et le sorbitol

Ce type de gomme à mâcher ne contient pas de sucre, mais plutôt des édulcorants. Ces derniers sont des composés synthétiques. Leur pouvoir sucrant est très supérieur à celui du sucre, mais ils contiennent peu de calories, contrairement au sucre. Ils ne provoquent pas de caries non plus.

Gomme avec aspartame

L’édulcorant que l’on retrouve le plus sur le marché est l’aspartame. Il fait partie de la liste des ingrédients de plus de 5000 produits à travers le monde, dont la gomme à mâcher. Controversé, l’aspartame fait l’objet de plusieurs études scientifiques qui révèlent qu’il peut causer plusieurs effets secondaires liés au système nerveux tels que des maux de tête, des nausées et des troubles de la vue.

Gomme avec xylitol

De nombreuses compagnies de gomme à mâcher utilisent le xylitol, un substitut de sucre extrait des petits fruits sauvages. Cet édulcorant contribue, selon des recherches, à réduire la quantité de bactéries nocives dans la bouche. Il agit dans l’équilibre chimique de la bouche, et contribue ainsi à prévenir les caries. En effet, le xylitol neutralise les acides, ce qui permet de protéger l’émail des dents. De plus, le xylitol stimule la production salivaire, ce qui permet de retirer la plaque et les particules d’aliments de la surface des dents.

Gomme avec sorbitol

Cet édulcorant agit également comme substitut du sucre dans la gomme à mâcher. Tout comme le xylitol, on lui accorde des propriétés antibactériennes. Toutefois, on observe que, lorsque consommé en trop grande quantité, le sorbitol nuit à la capacité d’absorption des intestins, et peut avoir un effet laxatif.

Les bienfaits de la gomme à mâcher

Sur l’hygiène buccale

Selon plusieurs études, dont certaines homologuées par Santé Canada, mâcher de la gomme sans sucre favoriserait la santé buccale. D’après le docteur Stephen J.Moss, ancien président de l'American Pediatric Dental Association, mâcher de la gomme permet de stimuler la production de salive, et ainsi réduire la plaque dentaire, renforcer l’émail, réduire les risques de saignements des gencives et de gingivite.

En effet, l’importante production de salive provoquée par la mastication de la gomme permet de neutraliser l’acide produit par les glucides contenus dans les aliments. Après un repas, le pH de la plaque dentaire devient acide, ce qui provoque un affaiblissement des dents et les rend vulnérables aux caries. Tel que nous l’avons souligné précédemment, mâcher de la gomme contenant du sorbitol permettrait ainsi de minimiser les dommages.

Il est toutefois important de souligner qu’une gomme à mâcher ne remplacera jamais une bonne routine d’hygiène buccodentaire. Il est important de se brosser les dents au moins deux fois par jour, et de passer la soie dentaire.

Sur la concentration, l’humeur, etc.

Selon des études universitaires réalisées en collaboration avec Wrigley et Cadbury, les deux principaux fabricants de gomme à mâcher, mastiquer de la gomme améliorerait la concentration, la vigilance, la mémoire, l’humeur et réduirait le stress et l’anxiété. Évidemment, il est important de demeurer critique face à l’impartialité de ces études lorsqu’elles sont menées par les fabricants du produit. Toutefois, on observe que des études indépendantes sont arrivées à des résultats similaires. C’est le cas de celle menée par l’équipe américaine de la St-Lawrence University de New York et publiée dans la revue Appetite en octobre 2011.

Cette étude affirme que le stress est réduit lorsque nous mastiquons. En effet, les chercheurs ont observé que la mesure du taux de cortisol salivaire, un marqueur de stress, diminue lors de la mastication. Ils ont également noté que l’activité musculaire de mâcher déclenche une accélération du rythme cardiaque et de la respiration. Par conséquent, le cerveau est mieux oxygéné, ce qui permet d’augmenter le niveau de vigilance, d’attention et de concentration pendant une période donnée.

Les effets secondaires indésirables

La gomme à mâcher pourrait être la cause de migraines

Selon une étude publiée en janvier 2014 dans la revue Pediatric Neurology, mastiquer régulièrement, et pendant une longue période, de la gomme pourrait être à l’origine de migraines dont souffrent certains adolescents et enfants. L’étude conclut que la « surutilisation de l’articulation temporo-mandibulaire », qui est sollicitée lors des mouvements de mastication, est sans doute le mécanisme déclencheur des maux de tête.

La gomme à mâcher provoquerait des ballonnements

Mastiquer de la gomme provoque une importante production de salive. Lorsque celle-ci est avalée en même temps que l’air, elle est susceptible d’entrainer des problèmes digestifs tels que des ballonnements ou des flatulences.

Finalement, à la lumière de ces études, on constate que, si la gomme à mâcher sans sucre est consommée avec parcimonie, elle permet d’entretenir une bonne hygiène buccale sans occasionner d’effets indésirables sur la santé. La gomme à mâcher n’échappe donc pas à la règle voulant que la modération ait bien meilleur goût!

Sabrina Hammoum, rédactrice Canal Vie

Commentaires