Comment tricher honnêtement quand on est au régime

On le répète souvent, la meilleure façon de perdre du poids de façon saine et durable, c'est de ne pas être au régime. Pourtant, les régimes, même lorsque tous les nutritionnistes de la terre les déconseillent, font désormais partie de la vie des femmes modernes. Évidemment, il est préférable de changer son alimentation et ses habitudes de vie sur le long terme pour ne pas constamment jouer au yo-yo avec son organisme. Seulement, voilà, parfois, nous avons besoin de voir des résultats rapides, ne serait-ce que pour perdre une taille de pantalon et avoir la motivation de continuer...

Les régimes trop restrictifs

Le problème, avec les régimes restrictifs, c'est que malgré toute notre bonne volonté, celle-ci s'estompe généralement après quelques jours. Nous avons beau être hyper sérieuses pendant une ou deux semaines, il arrivera toujours un moment où nous ne pourrons pas nous empêcher de plonger notre cuillère (à soupe) dans le pot de Nutella ou de craquer pour une portion de frites.

Bien sûr, la culpabilité suivra, avec des phrases du genre « Vraiment, je suis nulle! J'y arriverais jamais! » Et c'est ainsi que s'installe un cercle vicieux diabolique...
 

  • Je suis « nulle », donc je mange n'importe quoi.
  • Je mange n'importe quoi, donc je grossis.
  • Je grossis, donc je culpabilise.
  • Je culpabilise, donc je recommence un régime hyper strict.
  • Mon régime est trop strict, donc je flanche après quelques jours...
  • Et on reprend depuis le début!


Généralement, on recommence chaque fois avec 2-3 lb de plus (c'est le fameux effet yo-yo) et un peu moins d'estime de soi... Vous reconnaissez-vous dans ce scénario?

Les petits écarts

Plusieurs études très sérieuses en sont venues à la conclusion que le meilleur (et l'unique) moyen de parvenir à rester au régime sur de longues périodes consiste à tricher de temps en temps.

Évidemment, tricher « de temps en temps » ne signifie pas qu'on peut engloutir un hamburger géant tous les deux jours (nous y reviendrons plus loin), mais plutôt qu'on accorde à notre organisme des petites pauses bien méritées pour lui permettre de continuer sans « craquer. »

Ces petits écarts seraient bénéfiques sur plusieurs niveaux :

L'aspect psychologique

Si nous rêvons de chocolat ou de crème glacée pendant deux semaines, il y a de fortes chances que nous nous jetions sur le pot en une seule soirée pour « combler » le besoin que nous nous sommes créé en fantasmant pendant si longtemps. Au contraire, si nous nous accordons sans aucune culpabilité une demi-boule de notre crème glacée préférée à l'occasion, nous éviterons les débordements tout en contrôlant nettement l'apport calorique.

L'aspect métabolique

Lorsque notre corps est affamé pendant très longtemps, il se met en mode « restrictions de guerre ». Il apprend à fonctionner avec moins, parce qu'on ne lui laisse pas d'autre choix : le métabolisme se ralentit au maximum. Mais dès qu'il perçoit le retour à la vie normale, il va s'empresser de stocker au maximum les graisses et les calories pour résister lors de la prochaine période de privation. Résultat : votre crème glacée aura à peine le temps d'être digérée qu'elle se retrouvera déjà sur vos hanches! Bon, c'est peut-être exagéré, mais si peu...

Comment tricher?

Il y a certaines règles à suivre. Il faut devenir des professionnels de la tricherie afin de ne pas être pris à notre propre jeu et ainsi regagner tous ces kilos difficilement perdus. Globalement, il nous faut garder à l'esprit que nous sommes toujours dans un processus de perte de poids et que nos petits écarts font partie du plan à long terme. Pour cela :
 

  • On évacue toute culpabilité.
  • On « programme » nos écarts : un repas le week-end, un dessert à l'occasion, etc. Si vous sortez au restaurant, évaluez ce que vous aimez vraiment et faites un choix : vous n'avez droit qu'à un seul écart. Des frites ou un dessert? Un cocktail ou de la pizza? À vous de choisir, selon l'envie du moment qui se fait la plus pressante.
  • On planifie pour éviter les dégâts : vous adorez les chips, mais ne réussissez jamais à vous arrêter avant d'avoir fini le paquet? La solution consiste simplement à n'acheter qu'un seul paquet individuel... et à déguster lentement chaque croustille!
  • Le plus possible, on choisit des aliments vraiment « spéciaux » : si vous rêvez de chocolat, accordez-vous deux carrés d'un excellent chocolat fin plutôt qu'une barre hyper-sucrée qui sera moins satisfaisante.
  • On prend le temps de déguster : si vous engloutissez votre part de tarte en deux minutes, debout dans la cuisine, il y a de fortes chances que vous ne vous rendiez même pas compte que vous l'avez mangée... Vous en voudrez encore très rapidement. Au contraire, si vous placez votre pointe, aussi petite soit-elle, dans une jolie assiette décorée de fruits frais et que vous mangez à table, avec une bonne tasse de thé, vous aurez vraiment l'impression d'en avoir pour votre argent.
  • Surveillez vos portions : ce sont les premières bouchées qui vous apporteront le plus de plaisir. Contentez-vous donc d'un tout petit bol de frites ou de crème glacée, d'une mini-pointe de gâteau au fromage ou d'un seul carré de chocolat... En vous accordant de plus petits écarts (en termes de taille et de valeur calorique), vous pourrez succomber plus souvent à la tentation.
  • Si vous êtes particulièrement sage pendant toute une semaine, accordez-vous une gâterie plus importante pour vous récompenser. La plupart des nutritionnistes estiment que vous pouvez « additionner » vos portions. Ainsi, si vous êtes parvenus à économiser 100 calories par jour sur votre plan de régime, ne vous sentez pas coupable de faire quelques écarts lors d'un repas de fin de semaine (nous avons bien dit UN repas, pas la fin de semaine au complet!)
  • Enfin, si la poutine du casse-croute du coin (ou tout autre plat) vous obsède au point que vous n'en dormez plus, donnez-vous trois jours d'attente et augmentez vos séances sur le tapis roulant en conséquence. Une poutine contient entre 700 et 1000 calories, ce qui correspond à environ 1 h 30 de jogging... Vous savez ce qu'il vous reste à faire!

Le but à atteindre

Vous vous dites peut-être que votre but ultime consiste simplement à enfin entrer dans une certaine paire de pantalons ou à voir l'aiguille de la balance descendre à la même position qu'avant vos grossesses, mais il y a bien plus que cela...

Vous devriez surtout viser un poids santé que vous serez capable de conserver sans difficulté et sans alterner constamment les périodes de régime et de reprise. Et l'unique moyen pour y arriver consiste à opter pour une alimentation saine qui n'écarte aucun aliment « pour toujours. » Il ne faut jamais diaboliser le sucre, le gras ou les féculents, mais plutôt développer une manière de les inclure à votre alimentation tout en sachant faire les meilleurs choix à long terme.

Voilà... Bonne triche... (Mais n'en profitez pas pour aller tout de suite vider la boîte de biscuits triple-chocolat!)


Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires