Choisir son sirop d'érable

Chaque année, avec le réveil de la nature, les érables à sucre se gorgent d'eau. Cette eau, une fois transformée, donne une gamme de produits sucrés qui fait la joie des jeunes et des moins jeunes. Attention, l'abus d'eau d'érable peut induire la « cabana », un très proche parent de la « tourista ». Est-il besoin d'élaborer davantage?

Le sirop d'érable

Obtenu par évaporation, le sirop d'érable est donc produit à l'aide de l'eau d'érable. En fait, il faut 40 litres d'eau sucrée pour obtenir un litre de sirop. Et, durant l'évaporation, l'odeur vous ouvrira l'appétit.

Trois grandes catégories

Il existe trois catégories principales de sirop d'érable. Les deux premières sont d'égales qualités, la troisième est d'une qualité considérée comme inférieure.

Catégorie no 1 : les sirops extra-clair, clair et médium

  • Il s'agit d'un sirop de qualité supérieure limpide et de couleur uniforme, qui ne fermente pas.
  • Idéal comme sirop à déguster nature, sur des crêpes ou de la crème glacée, par exemple.
  • Il est exempt d'odeur et de goût désagréable, en plus d'offrir la saveur unique d'érable.

Catégorie no 2 : le sirop ambré

  • Il offre cette saveur unique d'érable, sans odeur ou goût désagréable. Comme les précédents, il est limpide et de couleur uniforme, sans fermentation. Ce sirop est parfois obtenu en fin de production, avant la montée de la sève.

Ces deux premières catégories assurent un goût uniforme du produit.

Catégorie no 3 : tous les sirops d'ambré à extra-clair, et une couleur foncée additionnelle

  • S'ils possèdent les mêmes caractéristiques au niveau de la limpidité, de la couleur et de la fermentation, il propose toutefois un léger goût de caramel, de bourgeon ou de sève, dit « défaut de saveur ».
  • C'est généralement le dernier sirop obtenu lors de la production, qu'elle soit artisanale ou industrielle.

Ces trois catégories sont subdivisées en sous-catégories qualitatives : « AA, A, B, C et D.

Les autres certifications

Biologiques

Des 10 00 producteurs acéricoles du Québec, 12 % offrent à leurs clients un sirop totalement biologique. Pour ce faire, ils doivent se soumettre à une certification bien précise qui porte, entre autres, sur l'aménagement de l'érablière, la diversité végétale, la fertilisation, le contrôle des ravageurs, l'entaillage, la collecte et la transformation de l'eau d'érable, voire le nettoyage des équipements et l'entreposage des produits.

Sirop cachère

Il est également possible d'obtenir un sirop cachère grâce à un procédé de transformation qui correspond aux normes des lois alimentaires juives. Pour ce faire, chaque production de chaque érablière est contrôlée par un rabbin.

Certification Siropro

Depuis quelques années, la Fédération des producteurs acéricoles du Québec propose sa propre certification : SIROPRO.

  • Cette dernière garantit l'authenticité du sirop vendu au Québec, de même que les diverses catégories citées plus haut.
  • Elle offre aux consommateurs « une norme de reconnaissance de qualité et un système de contrôle de qualité certifié aux producteurs acéricoles. Elle assure le système de traçabilité de la production acéricole mis en vente directement aux consommateurs québécois », peut-on lire dans le site Internet de l'organisme.

Pour obtenir cette certification additionnelle, le producteur doit respecter toutes les normes établies. Nous sommes donc bien loin de l'époque où des acériculteurs moins scrupuleux ajoutaient du sirop de table à leur production pour obtenir plus de sirop, du moins selon les informations qui circulaient à l'époque.

Les vertus du sirop d'érable

En plus d'être savoureux, le sirop d'érable est bon pour votre santé.

  • Un volume de 60 millilitres (1/4 de tasse) de sirop contient 100 % de l'apport quotidien recommandé en manganèse, 37 % en riboflavine, 18 % en zinc, 7 % en magnésium, 5 % en calcium et autant en potassium.
  • De plus, sa valeur antioxydante correspond à celle d'une banane, d'une tomate ou d'un brocoli.
  • Enfin, sa valeur glycémique moyenne est généralement inférieure à celle du miel, du sirop de maïs et du sirop d'agave.
  • Qui plus est, l'absence de produits chimiques et d'agents de conservation vous assure un produit naturel de grande qualité, à consommer sans crainte.

Conservation

Une boîte de sirop d'érable, scellée, peut se conserver durant plusieurs années. Une fois ouverte, il est préférable de verser le sirop dans un contenant de plastique ou de verre, puis de le mettre au réfrigérateur. Vous limiterez ainsi le phénomène d'évaporation. Pour une longue période de conservation, mettez votre sirop au congélateur.

Production

Avant de savourer une portion de sirop d'érable, sachez que la production moyenne totale, au Canada, est supérieure à 23 millions de litres de sirop. Pas moins de 920 millions de litres d'eau d'érable sont ainsi bouillis, chaque année... Le Québec produit 85 % de la consommation mondiale. Le reste provient de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et du nord-est des États-Unis.

Il ne vous reste plus qu'à savourer le produit offert sur le rayon de votre supermarché ou directement à la cabane à sucre.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Vous aimerez aussi