Caféine : 5 faits à savoir

Nous sommes nombreux à consommer de la caféine quotidiennement, parfois même à notre insu. Si le café en est la principale source - il remporte le titre de la deuxième boisson la plus consommée sur la planète -, d’autres breuvages et aliments en regorgent également.

On trouve donc de la caféine dans le thé, les boissons gazeuses et énergisantes, le chocolat, et même dans le déca! Voici cinq trucs que vous ignorez peut-être concernant cette molécule psychostimulante.

La caféine agit rapidement

Ce n’est pas pour rien que le rituel du café est bien ancré dans notre routine matinale. En effet, il ne suffit que de quelques minutes pour que la caféine atteigne notre cerveau et stimule notre système nerveux.

Au bout de 10 minutes, notre vigilance augmente et nos fonctions cognitives, comme la mémoire et la concentration, s’améliorent. En moins d’une heure, la présence de caféine dans notre sang est à son plus haut, avant d’être en partie éliminée en 4 heures environ, le reste pouvant rester dans l’organisme jusqu’à 15 heures de plus.

Et si vous vous demandez pourquoi il est déconseillé d’en consommer en fin de journée, c’est tout simplement parce que la caféine bloque les signaux de fatigue et empêche ainsi l’endormissement.

Nous ne sommes pas tous égaux face à ses effets

De nombreux facteurs peuvent influer sur la façon dont notre métabolisme assimile ce stimulant : le sexe, l’origine ethnique, la consommation de tabac et d’alcool, ou encore la prise de la pilule contraceptive en sont des exemples.

Aussi, les fumeurs et les femmes ressentiront moins longtemps les effets de la caféine. À l’inverse, celles qui prennent un contraceptif, les hommes, les non-fumeurs et les Asiatiques garderont plus longtemps la molécule dans leur organisme. L’alcool agit également comme un ralentisseur.

Enfin, les personnes qui ont l’habitude d’en consommer deviennent moins sensibles à ses effets et perçoivent souvent de plus faibles réactions que les autres.

La caféine est bénéfique pour la santé

En plus d’agir sur les fonctions cognitives, des études ont démontré que la caféine était également bénéfique pour la santé. Les risques de contracter une maladie neurodégénérative comme la maladie de Parkinson ou l’Alzheimer seraient donc réduits puisque la caféine active, entre autres, la dopamine.

La caféine aurait aussi certaines vertus, notamment sur :

  • les reins, grâce à son action diurétique qui permet l’élimination de l’eau;
  • le transit intestinal, en augmentant les sécrétions qui aident à la digestion;
  • le système cardiovasculaire qui serait protégé, entre autres, par les substances bioactives issues des plantes qui composent la caféine;
  • le système pulmonaire, puisque cette molécule agit comme bronchodilatateur en ouvrant les voies respiratoires et en soulageant les symptômes liés, par exemple, à l’asthme;
  • l’humeur, puisqu’elle active la dopamine et renferme de nombreux antioxydants;
  • les maux de tête, aussi appelés céphalées, apaisés par le resserrement des vaisseaux sanguins du cerveau provoqué par la prise de caféine.

À consommer avec modération

Mais si la caféine regorge d’effets positifs pour notre santé, une surconsommation peut vite inverser la tendance et apporter son lot de risques.

Par exemple, des palpitations peuvent se faire sentir à cause de l’accélération de notre rythme cardiaque.

Aussi, si notre vigilance augmente significativement après l’absorption d’une tasse de notre breuvage caféiné préféré, c’est plutôt l’anxiété et l’insomnie qui vont nous gagner si on en abuse.

Elle peut également provoquer des troubles intestinaux, des ulcères ou encore des reflux gastriques dus à l’augmentation de notre production d’acide gastrique.

Malgré le fait que des décès aient déjà été constatés, l’absorption de doses létales demeure tout de même rare. Selon différentes études, nous ne devrions pas consommer plus de 400 mg de caféine par jour, chiffre qui tombe à 300 mg chez les femmes enceintes, afin de bénéficier de ses avantages sans en subir les effets négatifs. Sachez également que, d’une boisson à une autre, les quantités de caféine peuvent différer. 

Au-delà de la dose conseillée, des signes de dépendance peuvent être ressentis comme des maux de tête, de l’irritabilité, des problèmes de concentration… Il faudra alors quelques jours pour que les récepteurs à adénosine, ceux qui sont sensibles à la prise de caféine, se remettent à niveau. Pour aider au sevrage et soulager les symptômes, l’absorption d’une faible dose de caféine accompagnée d’un analgésique est conseillée.

La caféine est partout

Même dans le déca! S’il ne faut pas s’en inquiéter outre mesure, il est tout de même préférable de connaître la teneur en caféine de ce que vous ingurgitez au quotidien.

On trouve donc, environ :

  • 63 mg de caféine dans 250 ml de chocolat chaud;
  • 175 mg de caféine dans 250 ml de café filtre;
  • 100 mg de caféine dans 50 ml de café expresso;
  • 6 mg de caféine dans 250 ml de décaféiné;
  • 42 mg de caféine dans 250 ml de thé vert ou noir;
  • 80 mg de caféine dans 250 ml de boisson énergisante;
  • 32 mg de caféine dans 250 ml de soda.

Que vous soyez accroc au café ou que votre tasse de thé vous accompagne tout au long de votre journée, le plus important est évidemment le plaisir que vous en tirez. Ensuite, tout est une question de modération!

Philippine de Tinguy, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires